La perversion de la cité


« La perversion de la cité commence par la fraude des mots. » disait Platon

Le devoir fondamental du citoyen en démocratie est de se tenir informé (je crois que c’est dans un roman de Philipp Roth, qui est pourtant un pur étasunien, donc a priori fort peu rompu aux choses de la démocratie, que j’ai lu cette phrase scintillante de vérité).  Or, faute de temps pour fouiller, creuser et décrypter par soi-même, bien souvent, le citoyen s’en remet aux médias – dont ce devrait être, il est vrai, la responsabilité unique – pour accomplir consciencieusement cette tâche essentielle.

Et là, paf, les chiens … de garde, et leur arme absolue d’endoctrinement massif : la déformation, le dévoiement, voire (carrément) l’inversion du vocabulaire politique courant.  Cette technique lente d’opacification des argumentations, cette « désémantisation » incrémentielle des opposions d’idées (pourtant bien réelles) constitue à terme un véritable empoisonnement de la démocratie puisque le peuple n’est rapidement plus apte à séparer le bon grain de l’ivraie afin de faire ses choix en toute connaissance de cause.  C’est exactement le sens de la phrase de Rousseau (tirée du Contrat Social) que j’ai choisi de mettre en exergue au frontispice de mon blog:

« Jamais on ne corrompt le peuple, mais souvent on le trompe et c’est alors seulement qu’il paraît vouloir ce qui est mal.« 

Quelques exemples de cette désémentisation.

  • Réforme => Régression
    Aujourd’hui, la plupart des lois structurelles votées dans les pays démocratiques sont appelées des « réformes ». Pourtant, elles n’apportent aucune amélioration ou avancée pour les peuples, que ce soit sur le plan démocratique ou social. Au contraire, elles engendrent souvent une véritable régression par rapport aux acquis sociaux obtenus de haute lutte par le passé, ce qui les éloigne du sens courant du terme réforme
  • Moderne => Rétrograde
    Terme souvent employé pour qualifier une idée en accord ou directement issue du néolibéralisme (« Soyez moderne, accepter la concurrence libre et non faussée ! » entend-on souvent). Pourtant, le libéralisme économique est appliqué à la lettre dans beaucoup de pays depuis plus de 25 ans (e.g. pays anglo-saxons), c’est aujourd’hui (malheureusement :-() le dogme dominant sur la planète, et il est basé sur des principes vieux de plusieurs siècles (e.g. la main invisible des marchés de A. Smith au milieu du XVIIIème siècle, 1 siècle avant K. Marx ;-)). Autant de critères qui devraient le disqualifier pour l’étiquette « moderne »
  • Flexibilité => Précarité
  • Investisseur => Spéculateur
    Les investisseurs sont inquiets, les investisseurs pourraient partir du pays, les investisseurs bla bla bla ». Je rappelle que seulement 3% des transactions financières dans le monde servent à financer une activité économique réelle (production ou circulation de marchandises ou services). Le reste (97% donc) des transactions financières alimente … la finance, les bulles quoi. La plupart du temps, nous parlons donc bien tout simplement de spéculateurs sans scrupules, point barre.
  • Socialiste => Social-démocratie libérale
    Qui se rappelle aujourd’hui de ce qu’est le socialisme: « Le socialisme universel affirme à l’heure actuelle que pour émanciper les travailleurs il n’y a aujourd’hui qu’une solution, oh ! blessante pour beaucoup d’intérêts, troublante pour beaucoup de préjugés, pénible même à beaucoup de bonnes volontés hésitantes, pénible peut-être à ceux qui dans la lutte purement politique sont nos voisins de combat, (…) il n’y a qu’un moyen (…); c’est, partout où il y a divorce, où il y a séparation de la propriété et du travail, de remplacer ce qu’on appelle le capital, c’est-à-dire la propriété privée des moyens de production, par la propriété sociale commune ou collectiviste des moyens de production. Et sans faiblesse, sans hésitation. », J. Jaurès 1897. Règle générale qui peut être adoucie selon les cas: « sachant bien que cette formule générale saura bien dans son unité s’adapter à la diversité des conditions économiques, nous la proclamons pour le monde paysan comme pour le monde industriel ». On est loin des positions du PS quand même, nan ?
  • La gauche => aujourd’hui, lorsqu’un médiacrate ou un quelconque apôtre chien de garde du système parle de « la gauche », il parle, à dessein, uniquement du Parti Socialiste, quelquefois accompagné des écologistes.  Or comme je viens de le rappeler ci-dessus, depuis plusieurs années maintenant, il est clair que les valeurs structurantes de « la gauche » ne sont plus portées par le PS.
  • Politique => People / politicien
    Juste un exemple de ce que signifie la politique aujourd’hui dans les grands médias.  Pendant l’Affaire, le lancement d’un « journaliste » dans le journal télévisé d’une grande chaîne de TV: ‘Politque maintenant, dans l’affaire opposant Banon à DSK, bla bla bla (j’ai coupé ;-))’. S’intéresser à la politique ce n’est pas essayer de savoir si Untel préfère le vin rouge ou le vin rosé ou si Untel est devant Telautre dans le dernier sondage, ou si Unetelle attend un garçon ou une fille.  Tout ça, on s’en fout ! Ou en tout cas, les citoyens devraient s’en cogner.  En revanche, ils devraient s’intéresser à ce que propose Untel concrètement pour résoudre tel problème, ou en quoi les arguments d’un Untel sur tel sujet économique sont différents des arguments de Telautre.  Mais cela n’existe plus dans les grands médias généralistes.  Cela demande certainement plus de travail intellectuel, et plus d’indépendance.  En ont-ils encore un tant soit peu, de l’un comme de l’autre ?
  • Plan d’aide de l’Europe à un État => Double plan: plan d’enrichissement des banques et spéculateurs privés accompagné d’un plan de mise sous tutelle politique de l’Étatpar la troïka adémocratique FMI-Commission Européenne-BCE. Voir un certain nombre de mes articles sur le sujet, dont, par exemple:

L’ACRIMED, qui a justement pour but de pointer ce genre de lavage de cerveau dans la communication politique, avait d’ailleurs également sorti en son temps ses propres lexiques, tout simplement hilarants:

Enfin, tout récemment (octobre 2012), j’ai découvert ce fabuleux travail, incroyablement complet et définitivement tordant, sur Beez.  À ne rater sous aucun prétexte.  Quelques exemples:

Al Quaida Parfois surnommé « AlCIA », Al Quaida est un groupe de tueurs fanatiques très méchants voulant, depuis des montagnes d’Afghanistan, obliger le monde à appliquer la Charia (traduit par « loi islamique »). Ses tueurs sont redoutables et dotés de moyens énormes. Ils sont capables, à dix-neuf et armés de cutter, de faire s’écrouler trois tours avec deux avions et de faire rentrer un boeing par un petit trou dans le pentagone…. Son chef est feu Monsieur Ben Laden, domicilié à Tora Bora. (voir dossier Al Quaida)
Alternance politique Expression aujourd’hui utilisée pour qualifier le remplacement d’un membre du PPA (parti de la presse et de l’argent) arborant une couleur par un membre du PPA arborant une autre couleur. Ne pas confondre « alternance » avec « alternative »!
Américain Etatsunien, les USA sont un pays sans nom mais n’englobent pas (encore) la totalité du continent américain.
Arabo musulman Expression servant à entretenir la confusion entre religion, ethnie et localisation géographique. Notion très utile pour donner corps au concept de « choc des civilisations ».
Ascenceur social Concept servant à faire croire que des personnes pourraient, par leurs efforts ou une grâce quelconque, accéder aux niveaux supérieurs de la hiérarchie sociale dans le cadre de l’ordre économique et ainsi les dissuader de tenter de modifier ce cadre. L’ascenseur social est en fait un très long escalier piégé que l’on monte marche par marche… et il semble cassé.
Assistanat Sécurité et entraide : assistanat désigne péjorativement le système de redistribution des richesses ou de solidarité afin de convaincre qu’il faut le supprimer. Qui veut être un « assisté »?
Capital Mot banni mais central de l’ordre économique en ce sens que ce sont les détenteurs du capital qui fixent les règles de son accumulation -qui est la finalité ultime de l’ordre économique. Ce mot ne peut être utilisé que dans des associations incongrues ; capital temps, capital soleil, capital santé… ou comme l’un des termes d’un oxymore : capital humain
Casseur (manifestation) Policier habillé en noir ayant pour but d’inciter, par son exemple et ses injonctions, les jeunes manifestants à commettre des actes de vandalisme afin de discréditer l’ensemble d’un mouvement. Les images très télégéniques de personnes vêtues tels des ninja seront montrées au « JT » en lieu et place de la masse de citoyens pacifiques demandant une atténuation de leur exploitation. L’incitation policière est une pratique formellement interdite mais la « justice » ne semble pas motivée à poursuivre ces faits servant efficacement l’ordre économique
Centrisme (Im)posture politique prétendant changer le système sans jamais remettre en cause l’ordre économique établi et ses moyens d’action. Les partis dits « centristes » font partie de l’écurie du PPA.
Changement Mot très souvent répété par les communicants de l’ordre économique. Le changement peut tout concerner, à condition qu’il n’affecte rien qui touche à l’organisation de la domination. Comme le dit le vieil adage : « Tout changer pour que rien ne change » (Noter la répétition de ce mot dans les discours des membres éminents du PPA).
Charges sociales Sont ainsi nommées les cotisations servant à la solidarité interpersonnelle et au « salaire socialisé » des travailleurs. Qui peut être contre une diminution de charge?
Choc des civilisations Concept central de l’ordre économique le concept de « Choc des civilisations », malgré le non-sens absolu du concept (a-t-on déjà vu des « civilisations » s’entrechoquer?) a de multiples avantages : il permet de diviser la population mondiale en des groupes arbitrairement définis, il dédouane les responsables de l’ordre économique de leurs forfaits en plaçant leurs actions dans un cadre qui les dépasse (a-t-on vu un homme assez puissant pour « modifier une civilisation ») tout en étant assez simple à mettre en place car jouant de vieilles peurs présentes chez (presque) tous.
Communauté Internationale Pays de l’OTAN et leurs obligés, il n’y a aucun rapport avec l’assemblée générale de l’ONU qui réunit l’ensemble des pays de la planète.
Compétitivité Anciennement,selon Paul Ricoeur, « est démocratique, une société qui se reconnaît divisée, c’est-à-dire traversée par des contradictions d’intérêts, et qui se fixe comme modalité d’associer à parts égales chaque citoyen dans l’expression, l’analyse, la délibération et l’arbitrage de ces contradictions ». Aujourd’hui est démocratique une société pilier de l’ordre économique dans laquelle on peut, au moins formellement, s’exprimer sans contrarier l’ordre économique et son bras armé l’OTAN. Les sociétés démocratiques organisent des « élections ».
Démocratie Mesure du degré de soumission à l’ordre économique et des biens collectif offerts à l’épanouissement de celui-ci
Déréglementation Ce terme qui semble signifier l’augmentation du degré de liberté de tous signifie supprimer le code du travail et la protection sociale ainsi que les contraintes environnementales et généralement toute chose considérée comme un frein à l’épanouissement de l’ordre économique.
Dette publique Élément fondamental de justification des politiques de l’ordre économique (pardon, des mesures prises par l’ordre économique). Son pendant, la créance (privée), ne peut être évoquée. Or s’il y a dette, il y a forcément créance et cette créance est due à un mécanisme par lequel des gens échappant à l’imposition avancent sous forme de prêts à l’État les impôts que cet État s’est interdit de prélever.
Devoir d’ingérence Droit de pillage.
Dictateur Chef d’état d’un pays non-membre de l’OTAN et dérangeant cette dernière.
Dictateur Chef d’état d’un pays non-membre de l’OTAN et dérangeant cette dernière.
Expert (économie) Diplômé ès incompétence mais bon propagandiste par son aplomb.
Expert (général) Terme utilisé pour qualifier les propagandistes s’exprimant pour justifier les politiques de l’ordre économique. Comment critiquer, de sa position de quidam, les dires d’un expert ? Le silence est donc la réaction de la plupart et ce silence vaut acquiescement pour ceux qui le remarquent. Les effets en sont puissants.
Flexibilité (du travailleur) Acceptation de conditions de travail précaires et de la diminution de ses moyens d’existence.
Forces vives Patronat
G7/G8/G20 Rassemblement des pays les plus riches. Les GX veulent combattre les ennemis de la liberté (économique) qui refusent la mondialisation et/ou qui prônent le bien être pour tous.
Jeune Désignait anciennement une personne sortie de l’adolescence. Le jeune désigne aujourd’hui les adolescents « d’origine étrangère » ayant une casquette à l’envers et les lacets défaits. Ce « jeune » est supposé aimer le rap, le foot et accessoirement le basket. Il est en « déficit culturel ».
Lutte des classes Concept périmé, toute personne l’utilisant sera classé comme « archaïque », « primaire »,… Bref, ni sérieux ni moderne : l’individu moderne fera preuve d’adaptabilité et ne luttera pas, si ce n’est contre ses proches (voir classes sociales).
Mondialisation Concept rhétorique masquant la responsabilité de l’organisation de l’ordre économique « financiarisé » dans la situation actuelle en laissant croire qu’il est inédit d’avoir des rapports avec des contrées éloignées. Le monde a pourtant toujours été « mondialisé »
Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) Organisation terroriste de l’atlantique nord (US et quelques satellites laquais) chargée de piller le maximum de nations et de détruire toute nation présentant un modèle fonctionnel contrariant l’ordre économique. Noter que la Grèce ou la Turquie font partie de « l’Atlantique Nord »
Patriot-Act Le néophyte traduira par « loi patriotique » cette loi minant la constitution américaine et permettant toutes les exactions imaginables a des implications pour l’ensemble des alliés-subalternes des US
Philosophe Présent dans les médias, le philosophe est un propagandiste « en vue » ayant souvent une pensée inexistante mais beaucoup de certitudes et servant, volontairement ou non, l’ordre économique. Même de nos jours, des « archaïques » pensent encore qu’un philosophe réfléchit à la condition humaine et propose des manières de voir et des outils pour penser le monde ; ceux-ci méconnaissent le fait que l’ordre économique apporte tout, tout étant économique.
Populiste Concept permettant de condamner un homme politique qui parle une langue compréhensible par le peuple ou un dirigeant qui essaie de réaliser les volontés du peuple. Anciennement on appelait cela un démocrate !
Prolétariat Mot désuet qualifiant les gens qui vivent de leur travail (c’est à dire qui ne possèdent ni moyens de production ni capital spéculatif), donc l’immense majorité de la population. Son usage est proscrit car il pourrait amener à la lecture d’ouvrages anciens qui éclairent la situation actuelle d’une lumière crue.
Sanctions économiques Ensemble de mesures telles que la confiscation des valeurs financières et l’embargo habituellement infligées à des états voyous. Premières touchées, les populations les plus pauvres de ces pays appelés « États voyous » ou Axe du Mal » en raison de leur opposition (ou non soumission totale) à l’ordre économique.
Socialiste Désignait anciennement les personnes adeptes du socialisme. Actuellement utilisé pour désigner les productivistes soutenant l’ordre économique et délivrant des messages de « compréhension » à leurs victimes. Les « socialistes » sont les adeptes du « qui va doucement va sainement »
Vote utile Expression très utilisée en période de campagne électorale poussant les gens à voter pour une des couleurs du PPA (parti de la presse et de l’argent). Tout vote pour des partis n’ayant que très peu de chances des remporter une majorité est présenté comme « inutile ». De nombreuses personnes suivant ce prescrit du « vote utile », les idées contraires à l’ordre économiques ne sont jamais portées, fussent elles partagées par de très nombreux électeurs.