Venezuela en temps de guerre de ZIN TV


Au Venezuela, un processus révolutionnaire fait face à une contre-révolution menée par les classes dominantes et les États-Unis et s’acharnent à vouloir détruire le chavisme. Ce conflit est aussi une guerre non-conventionnelle, baptisée « guerre de 4e génération ». L’année 2017 a mené la droite nationale dans une aventure insurrectionnelle et paramilitaire ainsi qu’à des échecs électoraux… Néanmoins, elle contrôle encore le pouvoir économique et médiatique, là où le chavisme peine à trouver des solutions.

Titre du film : Venezuela, en temps de guerre
Réalisation : Thomas MICHEL & Rafael ABRIL
Production : ZIN TV
Genre : Documentaire
Durée : 45 minutes
Support : HD 720p
Tournage : décembre 2017
Sortie du film : mai 2018

Image, montage et voix off : Thomas MICHEL

Source : https://www.zintv.org/Venezuela-en-temps-de-guerre

 

Publicités

Les morts ne mentent pas

Les français, sains de corps et d’esprit, parait-il, ont choisi le retour au XIXème siècle (soyons honnêtes et disons début XXème).  Laissons-les patauger un temps dans leur CDI renouvelable (ou pas) tous les soirs et recommençons-donc à nous intéresser un poil, si vous le voulez bien, aux sujets internationaux brulants.

En l’occurrence, le Venezuela, ou plus exactement les manifestations « contre le régime du dictateur Maduro » au Venezuela, manifestations qui durent depuis 3 mois et ont déjà fait des dizaines de victimes.

Arte, Euronews, Libé et Le Monde nous en abreuvent quotidiennement, signe incontestable de l’ingérence imminente sur Caracas des défenseurs armés de la démocratie mondiale (tout le monde aura bien sûr reconnu les aplatisseurs de l’Irak aidés des affameurs de la Grèce).  Je ne suis pas vénézuélien, je n’y habite pas et, à vrai dire, je n’y ai même jamais foutu les pieds (et je le regrette, croyez-le bien).  En même temps, comme dirait Pharaon, je n’ai jamais foutu les pieds au Club des Jacobins entre 1789 et 1793 (je n’étais pas né, pour ceux qui se demanderaient pourquoi) et cela ne m’empêche pourtant pas de m’être forgé une idée (en toute immodestie) sur la pensée révolutionnaire qui animait les Mirabeau, Brissot, Robespierre et autre Saint-Just.

Ah, la parole sacrée de Bourdin, Apathie, Salamé et Barbier !  Souvenons-nous avec déférence qu’ils font tout de même partie des rares humains à comprendre, que dis-je, à anticiper la pensée, pourtant fort complexe, comme chacun sait, de Pharaon.  Donc, bon, ça pose son homme quand même (et sa femme, pour Salamé) …  Mais, malheureusement, leur engagement politique aveugle auprès des forces de la régression sociale et de la réaction internationale les entraine bien trop souvent dans les impasses sombres et humides de la propagande anti-progressiste.  Ont-ils quelques notions lexicales, voire grammaticales, de la langue de Cervantès ?  Sauraient-ils pointer le Venezuela sur une mappemonde ?  Je n’en jurerais point et peu importe finalement.  En revanche, force est de constater que leurs prestations régulières sur le sujet ressemblent foutrement à des copier-coller des dépêches de Reuters, qui ne sont elles-mêmes, comme chacun sait, que des copier-coller des intoxications machiavéliques de la CIA.  La figure rhétorique bien connue utilisée consiste à juxtaposer ad nauseam deux mots, comme par exemple « manifestation » et « mort », jusqu’à ce que le quidam ciblé (celui qui écoute ou lit la dépêche) assimile parfaitement l’indissociabilité des deux concepts, dans notre exemple, l’inéluctabilité de la mort des manifestants au Venezuela, permettant par là-même de justifier le caractère totalitaire et donc illégitime du « régime », préparant ainsi les cerveaux au coup d’état prochain des libérateurs US.  Yeah, man.  God  bless America.

Comme la plupart de mes lecteurs le savent déjà (mais je m’adresse ici plus aux autres, désolé les gars), évidemment, un autre angle de vision des événements qui se déroulent au Venezuela existe et peut être facilement trouvé sur Internet sur des sites totalement respectables (même si probablement exécrés par le Decodex de l’imMonde) comme Le Grand Soir ou Mémoires de Luttes.  Bien entendu, comme leurs homologues de la pensée unique, leur ligne éditoriale est engagée mais, à l’inverse de ces derniers, leur biais politique est assumé, connu et affiché.  Ça tombe bien, c’est le mien aussi.  De nombreux articles, témoignages, enquêtes et reportages renversants (le point de vue) et très documentés peuvent y être lus, comme par exemple celui-ci.  Quand on se souvient de quoi les médias ont traité les manifestants contre la loi El Khomri après la mise à bas de 5 vitrines de l’hôpital Necker (qui, de surcroit, ont probablement possiblement été cassées par un flic en civil), on est pris de tournis, à la lecture de ces articles, quand on découvre que des individus qui balancent des grenades sur le Parlement de Caracas et qui tirent à balles réelles sur des policiers sont encore qualifiés de « manifestants » par ces mêmes médias.

Pour tenter d’y voir plus clair, j’ai donc décortiqué cette triste liste nécrologique que j’ai trouvée ce matin dans cet article.  Il s’agit de la liste exhaustive, documentée et classifiée (et tenue à jour) des 107 personnes qui sont mortes jusqu’à présent (fin juin) dans les manifestations au Venezuela entre Avril et juin 2017.

Chaque victime y est identifiée et présentée individuellement : nom et photo lorsque disponible.  L’intérêt « politique » de ce document est que, pour chaque victime sont détaillées les circonstances de sa mort. Ainsi peut-on tenter de se faire une idée un peu plus précise du chaos qui s’installe quand les gentils « manifestants anti-régime » déboulent.

Bien sûr, comme toujours, le site (radio bolivarienne vénézuélienne) est marqué politiquement.  Mais le travail semble parfaitement sérieux (sources diverses recoupées) et l’opposition pleinement admise (comme l’attestent les commentaires en bas d’articles dont la modération est pour le moins souple).

Vous y découvrirez que, bien loin de l’image qui a été véhiculée selon laquelle la quasi-totalité des 100 morts du Venezuela depuis avril étaient des manifestants innocents, assassinés par des effectifs militaires ou policiers, la grande majorité des victimes étaient en fait, dans la plupart des cas, des personnes innocentes qui se sont trouvées piégées dans des affrontements, ou qui ont été victimes d’accidents de la route causés par les barricades ou qui ont été victimes de tirs de l’opposition anti-Maduro elle-même.

Vous découvrirez également que le Ministère Public a arrêté tous les fonctionnaires policiers et militaires accusés d’avoir assassiné des manifestants (quelques 19, d’après les informations fournies par la Procureure Générale, Luisa Ortega Díaz, début juin).

Bref, un son de cloche bien différent de l’antienne de nos médiacrates.  Je vous laisse entrer dans les détails si ça vous intéresse.  Le site et l’article sont en espagnol mais, avec un bon traducteur en ligne, vous devriez vous en sortir haut la main (c’est pas non plus de la poésie du XVIIIème).

Laissez-moi juste citer ces 2 ou 3 chiffres pour illustrer et conclure.  On dénombre 9 morts dus à des tirs des forces de sécurité « pour » 6 forces de sécurité assassinées.

Et 4 personnes lynchées et brulées vives par les « gentils manifestants ».

Au temps pour la vision manichéenne et simpliste d’Élisabeth Quin (bon, ça tombe sur elle en fin de billet, c’est pas de cul mais j’aurais pu mettre n’importe qui d’autre à la place, genre BHL ou Jean-Pierre Elkabbach ou n’importe lequel de nos médiacrates rémunérés par la bande des dix).

De Grèce, un vent du sud contre la résignation

Une nouvelle semaine s’achève.  Une semaine qui a vu notre petit monde tourbillonner nonchalamment à ses bien belles occupations machinales.

Les fusionnelles foules de la bienpensance charlienne s’en sont retournées chez elles, remisant au fin fond du grenier de leur apathie engagée leur habit du dimanche (de marche) en pure « union nationale » 100% made in France.

Les experts des médias ont continué de nous régaler, jusqu’au bout des nuits, de leurs inestimables péroraisons sur la liberté de la presse, les mesures qu’il serait urgent de prendre pour lutter contre la radicalisation des islamistes de France, que ce soit en prison, sur internet ou à la maternelle, et les restrictions de nos libertés individuelles qu’il serait urbain d’accepter (dans le cadre de notre si chère servitude volontaire) afin de mieux garantir notre sécurité tant menacée (car nous sommes en guerre Mame Lucette ! z’étiez pas au courant !  allez donc acheter des pâtes et du sucre ! vite ! et n’oubliez pas les piles pour votre transistor !).

Les 85 personnes les plus riches du monde sont officiellement devenues aussi riches que 50% de l’humanité, soient 3,5 milliards de personnes, et se sont déclarées tout à fait enthousiastes à l’idée d’aller chercher la richesse des 3,5 milliards restants (ah, que c’est beau cet esprit d’entreprise !).  Leurs missionnaires et serviteurs zélés se sont d’ailleurs immédiatement attelés à la tâche en se réunissant comme chaque année à Davos pour discuter, confronter et affiner leurs stratégies dans la lutte des classes qu’ils sont seuls à mener.

La réécriture de l’Histoire s’est accélérée puisque l’on a appris de source sûre (Porochenko, tout de même, c’est du sûr ça, nan? la preuve c’est qu’il était à quelques pas de Hollande le 11 janvier à Paris et qu’il se pavane à Davos en ce moment même, nananère) que, outre le fait d’avoir envahi l’Ukraine, la Russie est maintenant officiellement responsable (par un tour de passe-passe dont seuls nos médias délavés et nos gouvernants dépravés ont le secret) de la mort des milliers de civils du Dombass pourtant pilonnés sans relâche par l’artillerie de l’armée Ukrainienne, armée dirigée par des nazis et soutenue par l’Otanusue, Le Monde et Arte (liste non exhaustive).  On a également appris que la Russie avait honteusement envahi la paisible Allemagne pendant la seconde guerre mondiale et que l’armée rouge n’était pour rien dans la libération du camp de concentration d’Auschwitz puisque ce sont en fait les ukrainiens de Bandera le nazi qui en serait le héros.

Rien que de très normal donc.

Ah oui, la semaine a également été marquée, c’est vrai, par la mort du roi Abdullah ben Abdulaziz d’Arabie Saoudite.  Nouvelle tragique s’il en est (un peu du niveau de l’annonce de la mort de De Margerie) qui sera heureusement rapidement adoucie par la procession larmoyante des dignitaires du « monde occidental » (un peu la même que la procession du 11 janvier à Paris) venus rendre à Riyad un dernier hommage bitumeux à l’abondante richesse et la considérable influence géopolitique de ce phare de l’humanité.

Pour nous rendre compte de l’importance de l’événement, examinons la réaction officielle du chef du régime étasunien à l’annonce de cette tragédie (il est inutile de s’intéresser aux autres réactions, celles des serviteurs, des sous-fifres, genre Cameron ou Hollande, puisque leur maitre a montré la voie):

Poursuivre la lecture « De Grèce, un vent du sud contre la résignation »

Des nouvelles de … la Grèce … entre autres


Encore un petit billet sur l’international, désolé.

Ça y est. La Crimée a fait son referendum. Un referendum constitutionnellement tout à fait illégal, au moins aussi illégal que le nouveau gouvernement d’Ukraine (qui n’est nazi qu’à 20%-25% [1], ouf, rien de grave donc), ou que la déclaration unilatérale d’indépendance du Kosovo en 2008 par exemple, ou que l’occupation expansionniste d’Israël en Palestine, ou évidemment, que l’ensemble des interventions et ingérences étasuniennes de par le monde durant ces 70 dernières années. Que va-t-il se passer maintenant ? Escalade belliciste avec sanctions économiques de « l’Empire du Bien » et contre sanctions de « l’Empire du Mal » (n’oublions pas en effet que s’il y a des FDI, investissements directs étrangers, russes aux USA ou en UE, il y en a également énormément des occidentaux en Russie, tiens je pense soudainement aux titres de dette souveraine en dollars ou en euros détenus par la Russie), accélération du processus de signature du Traité de libre-échange entre UE et Ukraine, balkanisation du pays ? Ah, si seulement l’UE avait accepté en novembre 2013, la demande de la Russie de les inclure dans une négociation tripartite sur les accords de libre-échange de l’Ukraine avec ses voisins au lieu de suivre les va-t-en-guerre OTANiens en soutien des surexcités de Maïdan.

Une chose est sûre. Les médias, perpétuellement à la recherche de sang frais, quitteront bientôt la place Maïdan et la Crimée (qui parle encore de la Syrie?).  Le chef du régime étasunien a réussi à foutre le bordel aux portes de son rival de toujours. Le tsar russe a réussi (ou va réussir) à récupérer la Crimée. L’extrême droite a réussi une nouvelle percée sur la scène « démocratique » européenne. Reste sur le carreau le peuple ukrainien dépossédé de sa légitime révolution. Le peuple ? Pfff, pas assez photogénique. Sauf quand il est en colère comme sur Maïdan ou Tahrir. Le rouge lui va si bien. Le rouge qu’il verse bien sûr, pas le rouge qu’il arbore. La presse aux ordres va maintenant pouvoir se concentrer de manière plus méthodique sur la nouvelle assignation du régime étasunien, la prochaine cible de la pensée officielle, le Venezuela bien sûr. La droite anti-démocratique vénézuélienne ne peut en effet compter que sur un tir de barrage nourri (façon pluie de bombes à la Curtis LeMay) des médias « occidentaux » pour espérer pouvoir reprendre illégalement le pouvoir (faut les comprendre aussi, 18 élections perdues et un coup d’état foiré, ‘sont un peu démoralisé les Kapriles, López et autre Machado). Pour arriver à se ré-accaparer le pouvoir et les richesses du pays sans attendre les prochaines élections, ils ont besoin de leurs brigades internationales de désinformation au meilleur de leur forme et de tout le vocabulaire de la manipulation quotidienne de l’AFP et Reuters (vous savez à base de « manifestation pacifique », « intensification du mouvement », « raz-le-bol populaire », « répression policière », « dictature », « régime totalitaire »), et pour ce qui nous concerne plus directement, de nos plus brillants artilleurs de la démocratie à vitesse variable, les Christophe Barbier, Jean-Pierre Elkabbach, Jean-Michel Aphatie, Nicolas Domenach, Renaud Dély, Yves Thréard, Jean Quatremer, Laurent Joffrin, Daniel Cohn-Bendit, Claire Chazal et Laurent Delahousse, j’en passe et des meilleurs. Aux abris [2], le pilonnage va commencer.

Mais je me laisse emporter … Le but de ce billet était juste en fait de vous faire part d’une petite info concernant … la Grèce. Poursuivre la lecture « Des nouvelles de … la Grèce … entre autres »

Hugo Chávez était une révolte


Inattendu et d’autant plus remarquable hommage à Hugo Chávez que je vous livre in extenso.  Essayez donc de découvrir de qui il s’agit, prenez le temps de lire, appréciez ;-), ne bondissez pas comme des gros bœufs à la solution donnée en fin de billet, imaginez …

Ce soir, un lourd silence s’étend depuis le cœur du Venezuela. Une des grandes voix du monde libre s’est éteinte. Le président Hugo Chavez, qui avait si souvent trompé la mort, n’a pas pu gagner son dernier combat.

En 1999, un homme qui se veut « le fléau de l’oligarchie et le héros du peuple » est porté au pouvoir par les suffrages d’une très large majorité des Vénézuéliens.

Ce soutien indéfectible de la nation, Hugo Chavez le trouvera toujours dans le verdict des urnes qu’il a scrupuleusement respecté. C’est bien en tant que président légitime qu’il a surmonté un coup d’Etat attenté par l’oligarchie pétro-militaire en 2002 ; c’est bien en tant que président légitime qu’il a reconnu sa défaite référendaire en 2007. Curieux « dictateur » tant décrié par la pensée unique que cet homme qui s’est toujours soumis au vote populaire quand tant de nos « démocrates » autoproclamés s’en lavent les mains.

Hugo Chavez était une révolte. Une révolte contre la confiscation de la rente pétrolière par quelques uns quand tous n’ont que la pauvreté à se partager. Une révolte contre le défaitisme d’État incapable de promettre à ses enfants autre chose que la misère. Une révolte contre la soumission intéressée de dirigeants au parti de l’étranger américain.

On ne bouleverse pas le destin d’une Nation sans erreur. Hugo Chavez en a sans aucun doute commis de nombreuses. L’homme n’était ni un saint ni une idole. Il incarnait pourtant la fierté d’un peuple pour lequel un rêve nouveau avait été dessiné. La pauvreté a reculé, l’accès à l’éducation et aux soins a progressé, la démocratie s’est renforcée. En douze années de réformes, Hugo Chavez a contribué à donner aux Vénézuéliens les moyens de leur propre liberté.

Un peuple n’est pas libre quand il est tétanisé par la misère ; une nation n’est pas libre quand ses dirigeants se couchent devant les intérêts étrangers.

Désormais, les Vénézuéliens sont libres. Ils seront fidèles à l’œuvre d’Hugo Chavez s’ils savent regarder son bilan avec lucidité, préserver ses accomplissements, poursuivre ce qui reste à accomplir, corriger ce qui ne fut pas bien accompli.

Toute légende vivante a ses failles mais elle anime un peuple fier d’être libre. Les défis sont nombreux pour le Venezuela, faire le deuil du bruit et de la fureur n’est pas le moindre.

Pourquoi inattendu ?  Pourquoi remarquable ?

Poursuivre la lecture « Hugo Chávez était une révolte »