Les vaccins ne sont autorisés que parce qu’il n’y aurait pas de traitement

Aujourd’hui, tous les vaccins anti-Covid utilisés en Europe ne bénéficient que d’une autorisation de mise sur le marché (AMM) conditionnelle délivrée par l’Agence européenne du médicament (EMA). Il ne s’agit donc que d’une autorisation temporaire soumise à certaines conditions.

Or, l’une des conditions nécessaires à l’obtention de cette AMM conditionnelle, outre les conditions sur la balance bénéfice-risque, l’efficacité et la documentation adéquate desdits vaccins, est que, je cite (je traduis) :

il n’existe pas de thérapie efficace approuvée contre la COVID-19 dans l’Union Européenne.

C’est ce que l’on retrouve en page 14 du dossier de demande de mise sur le marché conditionnelle déposé par Pfizer à l’EMA (j’ai pris Pfizer comme exemple, mais les mêmes dossiers existent pour les autres labos), ici :

Ce pré-requis d’absence de traitement approprié est d’ailleurs similaire à ce que l’on trouve dans la législation française pour les conditions d’obtention d’une autorisation temporaire d’utilisation (ATU) :

Par conséquent, si l’UE ou la France avait autorisé un traitement contre le COVID-19, par exemple le protocole HCQ + Azithromycine ou bien encore l’ivermectine, eh bien, il n’aurait pas été possible d’accorder les AMM conditionnelles aux vaccins.

Approuver aujourd’hui un traitement ce serait stopper net toute la stratégie vaccinale des gouvernements / labos occidentaux. Quand on pense que sur la page officielle du gouvernement présentant les vaccins anti-COVID, il n’est nulle part fait allusion ni à la période de tests actuelle ni à l’AMM conditionnelle, ça laisse rêveur … et ça présage de retentissants procès à venir dans le futur.

Le voudraient-ils, nos gouvernements ne peuvent plus arrêter cette machine infernale. Approuver un traitement ambulatoire ? Retirer l’AMM conditionnelle aux vaccins et faire s’effondrer un marché de plusieurs centaines de milliards d’euros sur plusieurs années ? Tout simplement impossible, à mon avis.

Aujourd’hui, dire cela est considéré comme complotiste. Il y a quelques années, au moins pour les gens de gauche, c’était simplement de la dialectique matérialiste. Pauvre gauche.

On peut dire que Raoult a vraiment foutu la merde avec ses pilules à 2 balles ! 😀

COVID-19 : Vaccination vs Mortalité

Croyez-moi, ça me fait mal au fondement de le dire, mais là, M. Christophe Prudhomme débloque complètement. Je parle de cette interview, que j’ai dû arrêter au bout de 20mns tellement ça me mettais mal à l’aise de le voir ainsi s’embourber dans ce mélange d’incurie, de mauvaise foi et d’arrogance, mélange si représentatif de la Macronie en temps normal :

Son seul argument pour défendre les produits des labos pharmaceutiques face aux statistiques citées par Mme Alexandra Henrion-Caude, semble tenir dans cette phrase : « je ne sais pas d’où vous sortez vos chiffres ! ». Et lorsque Mme Alexandra Henrion-Caude donne ses sources, ne le voilà-t-il pas réduit à nous rapporter son témoignage personnel (« son activité quotidienne de clinicien » insiste-il) : « nous avons beaucoup moins de patients âgés en provenance des EHPAD et a priori ce bénéfice a été obtenu par la vaccination ».

Ce « a priori » est tellement minable dans une telle discussion. Un aveu d’incapacité à argumenter. Une croyance face aux statistiques. La foi face à la science. Pour un médecin, ça la fout mal !

Je suis allé vérifié ce qu’affirmait Mme Henrion-Caude. C’est d’ailleurs un sujet sur lequel je me penche régulièrement sur mon FB depuis quelques temps (sans jamais tomber). Et je me suis même permis le luxe de ne pas utiliser les sources qu’elle cite, mais d’autres, tout aussi officielles, l’université d’Oxford ou l’OMS. C’est assez complotiste pour vous comme source ?

Et devinez quoi ?

Sur ce que j’ai pris le temps dé vérifier (des 20 premières minutes de la discussion), M. Prudhomme est complètement à côté de la plaque. J’ai repris les pays cités en exemple dans l’interview (Israël, Angleterre, Maroc, Serbie, États-Unis et France) et je résume mes conclusions, courbes à l’appui, ci-après.

Commençons par bien considérer cette courbe, celle du taux de vaccination par habitants pour ces pays. Où l’on voit parfaitement que Israël est largement en tête avec plus de 100 doses injectées pour 100 habitants, que l’Angleterre suit, loin derrière, avec plus de 40%, etc. Le Maroc est effectivement devant la France avec ses 18% ! et la Serbie également avec un détonnant 32% Mais attendez la suite de l’histoire …

Maintenant, M. Prudhomme, regardons la courbe de la mortalité cumulée par million d’habitants, voulez-vous, et essayons d’y détecter une influence, comme par exemple un inflexion :

Hum, ça ne semble pas trop bouger mais il est vrai que c’est difficile à certifier. Regardons alors plutôt la mortalité sur 7 jour glissés pour mieux se rendre compte de l’effet de la vaccination (en imaginant un délai de latence d’un mois pour que les effets commencent à se faire sentir) :

Et c’est là où ça devient très intéressant, je trouve, puisque :

  1. Si la courbe de la mortalité d’Israël s’inverse bien à partir de la mi-janvier, un mois après le début de leur vaccination, peut-on cependant vraiment y voir un effet direct de la vaccination quand on voit que, en même temps, pratiquement TOUS les pays développés (j’ai vérifié sur plein d’autres pays), même ceux très peu vaccinés, dont la France, voient leur courbe de mortalité hebdomadaire redescendre à partir du mois de janvier ?
  2. Et à l’inverse, on a la Serbie, pourtant citée comme exemple par M. Prudhomme, dont la mortalité était sur une courbe descendante stable depuis la mi-décembre, et qui se remet à monter sérieusement à partir de début Mars, c’est à dire à peu près un gros mois après le début de leur vaccination massive !

En conclusion, lorsque je vois ces courbes officielles établies sur des millions de personnes, et malgré ce que voit M. Prudhomme sur ses quelques cas examinés en tant que clinicien, je serais plutôt porté à penser que, dans le meilleur des cas, la vaccination n’a aucun effet direct sur la mortalité … et dans le pire des cas, comme la Serbie, qu’elle aurait plutôt tendance à l’aggraver.

Enfin, dernier point abordé par Mme Henrion-Caude, le pic de mortalité record dépassé par Israël après la vaccination. Faites-vous votre idée, mais cela ne me semble pas délirant comme constat :

En passant, je fais remarquer que, vaccination ou pas, le Maroc a une très faible mortalité depuis le début de tout ça. Encore une illustration de ce qu’essaie d’expliquer (dans le désert de la mauvaise foi) le Pr. Raoult sur l’écart qui s’est creusé entre les pays dit développés et le reste du monde (mais c’est lié au replacement de molécules anciennes et gratuites, chuuuut, on n’a pas le droit d’en parler, sinon on est taxé de complotisme ou de confusionnisme) ?

Et puis tiens, j’en ai encore, je vous le mets aussi. C’est le tableau de la mortalité par million d’habitants pour ces quelques pays-là :

Bravo à l’Angleterre qui malgré (ou à cause 😉 ) de sa vaccination va bientôt rattraper, avec son taux de 0,0184%, le plus mauvaise élève européen, la Belgique et ses 0,0193%.

Sources :

Oxford : https://ourworldindata.org/covid-vaccinations

OMS : https://covid19.who.int/table