À deux doigts de la tyrannie constitutionnalisée


Après la Grèce, le Portugal, la Slovénie, la Suède, le Danemark, la Lettonie, la Roumanie, l’Irlande et l’Allemagne, l’Italie vient de ratifier le traité budgétaire européen, par voie parlementaire, à une très large majorité.

Je parle ici bien sûr du fameux TSCG, le Traité sur la Stabilité, la Coordination et la Convergence au sein de l’Union Économique et Monétaire, dont je vous ai si souvent parlé.  Le fameux traité que l’illusionniste Hollande a prétendument renégocié il y a quelques jours, alors que 8 pays l’avait déjà ratifié, alors que l’Allemagne le ratifiait le jour même de cette fanfaronnade de renégociation victorieuse, alors que j’ai le fichier du traité renégocié sur mon ordinateur, au format PDF, depuis plusieurs mois.  Mais bon, il est renégocié, paraît-il.  Ouf, je m’inquiétais donc pour rien.

Je rappelle une dernière fois de quoi il retourne.  On ne sait jamais, par bonté d’âme à l’égard de celles et ceux qui viennent de débarquer d’une voyage interstellaire de quelques centaines d’années à la vitesse de la lumière, ou bien qui sortent tout juste de leur machine à voyager dans le temps installée dans leur sous-sol après un saut de quelques millénaires (ce qui est sensiblement la même chose au final, si mes quelques souvenirs de relativité ont survécu au ravage de l’âge).  Pourtant, le document original n’est pas très compliqué à lire.  Et il ne fait que 25 pages !  Dont 9 de notes, attendus, considérants et autres élucubrations bien pensantes totalement inutiles.

Un coup d’État en 16 pages, bravo.  C’est du grand art.  C’est même mieux que Poursuivre la lecture « À deux doigts de la tyrannie constitutionnalisée »

Publicités

Le parti socialiste participe à la création du Mécanisme Européen de stabilité


L’Assemblée Nationale ratifie l’accord autorisant la création d’un Mécanisme Européen de Stabilité.

J’avais anticipé cette nouvelle traitrise dans mon billet du 11 février « Le 21, le PS choisira-t-il enfin les barbares de la civilisation …« .

Et bien, voilà, c »est fait !  Les députés ont approuvé le texte par

  • 261 voix pour,
  • 44 contre
  • et 133 abstentions

permettant la création du Mécanisme Européen de Stabilité (MES), ce tyran financier intouchable voué au soutien de la spéculation financière transnationale contre les dettes publiques.

Le Front de gauche a bien évidemment voté contre.

Les socialistes se sont abstenus !  Ils ont cédé.  Encore une fois.  Comme pour la ratification du traité de Lisbonne, les députés socialistes se sont rangés du côté du « oui » pour laisser passer le texte sans s’y opposer.  Ils se sont donc encore une fois reniés.  Il s’agit d’une nouvelle traitrise.  Traitrise par rapport aux valeur de la gauche, traitrise par rapport aux grands effets de manche récents de F. Hollande contre la finance au Bourget, traitrise contre la majorité des militants ou sympathisants socialistes j’en suis persuadé, traitrise par rapport au progrès humain.

Voici la liste nominative des 16 députés socialistes (merci ami Cri du Peuple pour m’avoir averti de la sortie de cette liste ;-)) qui ont eu le courage de voter « non » et qui ne méritent donc pas d’être amalgamés à cette bande d’hypocrites collaborateurs:

Poursuivre la lecture « Le parti socialiste participe à la création du Mécanisme Européen de stabilité »

Que de temps perdu …


Enfin, pas complètement perdu pour tout le monde.  J’y reviens dans une seconde.

Dès le début de la spéculation sur la dette grecque, au printemps 2010, le Parti de Gauche avait énoncé clairement la solution, la seule solution pour bloquer tout de suite l’effet boule de neige spéculative.  Tiens, je vous ai retrouvé par exemple cet interview du 29 avril 2010 de J.L. Mélenchon qui présente parfaitement ce qu’il fallait faire: permettre à la BCE d’acheter directement (et non pas de racheter sur le marché secondaire, comme certains proposaient il y a quelques jours, ce qui est complètement différent puisque dans le cas de rachat il y a toujours un premier « passage » spéculatif par les banques privées) par création monétaire des bons de la dette grecque au taux auquel elle prête aux banques privées (entre 0 et 1%).

Mais non !  Les fidèles de la pensée unique de rétorquer tous en chœur: idiotie, ineptie, du yakafokon populiste de gens qui ne comprennent rien à l’économie.  Les UMP, les MODEM, les PS, dont le Directeur du FMI de l’époque, un certain DSK pressenti alors par l’oligarchie comme futur président français, tous de dénigrer, voire ignorer l’argument.  Enfin … pas tous.  Les économistes, eux, savaient.  Même les économistes libéraux savaient que c’était la seule solution pour arrêter la spéculation sur les dettes souveraines.  Écoutez par exemple le débat J.L. Mélenchon – M. Touati sur A ma télé ce soir.

Et hier, Poursuivre la lecture « Que de temps perdu … »

Officiel: la gauche a maintenant son candidat unique

Après la fin de cet interminable et grotesque jeu télévisé de 2 mois, dont l’issue était pourtant prévue de longue date puisque le jeu avait été construit à cette unique fin, nous pouvons maintenant l’affirmer haut et fort: la Gauche a son candidat pour 2012, le candidat du Front de Gauche.

Je m’adresse à tous les militants, sympathisants ou électeurs traditionnels du PS.  Faites votre introspection et surtout vos travaux dirigés.  Cessez de vous faire abreuver par la bienpensance généralisée.  Lisez, analysez, décortiquez, décrypter et comparez par vous même.  N’abandonnez à personne d’autre que vous-même ce devoir fondamental du citoyen en démocratie qui est de s’informer.

C’est vrai Poursuivre la lecture « Officiel: la gauche a maintenant son candidat unique »