Programme de Macron 2017 : en marche vers le vide

L’élection présidentielle 2017 est dans moins de trois mois.

Il est grand temps de s’intéresser aux programmes de nos impétrants.

Commençons, si vous le voulez bien, par le poulain des médias du CAC40, le fils prodigue de BFM TV et du Point, le favori de ces dames du Siècle, le héraut du mépris de classe, j’ai bien sûr nommé l’infatué Macron.  Pour trouver son programme, il suffit de suivre le lien approprié sur son site.

Magnanime, j’ai décidé de vous aider en vous l’indiquant sur l’image ci-dessous :

Le programme de Macron peut se résumer ainsi : le vide intense avec des gros morceaux de rien dedans.  Une jolie peinture transparente mâtine le tout.

Je reconnais que j’exagère un tantinet car, en attendant la copie définitive (aux dernières nouvelles, les actionnaires de la banque Rothschild seraient sur le point d’y apposer le point final), on peut d’ores et déjà, grâce à quelques fuites de notre source secrète infiltrée au plus profond de l’équipe de travail Rothschildienne, révéler deux ou trois petites choses sur son futur programme.  On sait que le jeune réactionnaire Macron veut être président parce que Rothschild le vaut bien, qu’il aura 577 candidats En marche aux législatives pour attraper des brins de néant (des astrophysiciens des trous noirs ont été contactés pour aider à leur localisation), que les cendres de Mme Thatcher la Salope seront transférées au Panthéon (à côté de E. Zola) durant le quinquennat et que l’assurance maladie ne remboursera plus que la vaseline.

Et dire que quelques niais comptent réellement voter pour cet ectoplasme !  Ça fait froid dans le dos.

Publicités

Politique générale du gouvernement Hollandais


Je tiens à préciser immédiatement, pour que les choses soient claires entre nous, que cet article ne constitue aucunement, loin s’en faut, une profession de foi ou une motion d’adhésion, à retardement, au programme social-libéral de M. Hollande. Il s’en faut de beaucoup !

Mais, le parti socialistes cumulant, pour les années à venir, à peu près tous les pouvoirs officiels (Présidence de la République, majorité absolue à l’Assemblée Nationale et au Sénat, présidence de toutes les régions, maires de la plupart des grandes villes de France) de la France, sans parler des pouvoirs officieux des faiseurs d’opinions infiltrés dans beaucoup des grands médias main stream qui lavent les cervelles au quotidien, je considère qu’ils n’auraient aucune excuse, lorsque que tintera le gong du temps qui leur était imparti, a priori le temps du quinquennat de Hollande, à ce que leur programme n’ait pas été strictement et totalement appliqué.

Je me suis donc mis en quête de tenter de suivre, à la culotte, l’avancement de ce que les socialistes vont faire de ce pouvoir pendant les cinq années qui viennent (à moins que des événements extraordinaires ne viennent bousculer le calendrier tel qu’il se présente aujourd’hui). Nous verrons bien si je tiens le coup jusqu’au bout …

Plutôt que de me référer au discours de politique générale prononcé aujourd’hui par le premier ministre, j’ai préféré juger de cet avancement sur la base du programme du candidat François Hollande à l’élection présidentielle de mai-juin 2012, « le changement, c’est maintenant« . J’en ai donc extrait le tableau qui suit, en en conservant cependant uniquement les mesures que je considère suffisamment précises pour pouvoir être évaluées selon la grille:

  • : une mesure est passée sur le sujet, mais très loin de ce qui était promis dans le programme, ce que l’on pourrait appeler une trahison ou un enfumage réussi
  • : une mesure est passée sur le sujet, mais tellement noyée de restrictions, de conditions, de bémols et d’estompages que cela ne correspond plus du tout, à mes yeux, à ce qui était promis dans le programme ou en tout cas à l’esprit du programme
  • : la mesure n’est toujours pas passée, il ne s’est encore rien passé sur le sujet (peut-être plus tard ?)
  • : la mesure est passée exactement telle que promise dans le programme, ce que l’on peut donc considérer comme une promesse tenue (même s’il s’agit d’une mesure néolibérale que je réprouve par ailleurs, mais là n’est pas le sujet de ce tableau, j’aurai toujours mes billets pour exprimer ce que j’en pense ;-))

Poursuivre la lecture « Politique générale du gouvernement Hollandais »

When the streets have no name


Quand les mots n’ont plus aucune signification, quand ils ne servent plus à désigner sans ambigüité une chose ou une idée précise, mais son exact contraire,

Quand les politiques n’ont plus aucun scrupule, quand ils n’éprouvent plus aucune honte à dire une chose et son contraire, à dire une chose et faire l’inverse, à changer en permanence de positions,

Quand les journalistes n’ont plus aucune déontologie, quand ils ne se voient plus comme quatrième pouvoir, ni même comme contre pouvoir, quand ils ne s’imposent plus de connaître les faits et de les rapporter intacts au plus grand nombre, quand ils n’ont plus le désir ou les capacités de confronter leurs interlocuteurs à leurs contradictions,

Quand les citoyens n’ont plus aucune culture, quand ils ne se sentent plus le devoir de rester informés de leur histoire, de l’Histoire et de l’offre politique qui leur est proposée, quand ils ne respectent plus la condition fondamentale de la démocratie:

« quelque faible influence que puisse avoir ma voix dans les affaires publiques, le droit d’y voter suffit pour m’imposer le devoir de m’en instruire », Jean-Jacques Rousseau dès l’introduction Du Contrat Social

Quand les êtres humains n’ont plus aucune empathie, quand ils acceptent, sans même que cela leurs paraisse insoutenable, l’idée que l’on puisse dénier à d’autres être humains le droit à être soignés, le droit à être éduqués, le droit à rester en famille, le droit à se loger convenablement, le droit à éprouver plus de difficultés que d’autres sans pour autant devoir être condamnés à l’opprobre, l’abandon et l’oubli, le droit à essayer d’être heureux

Alors …

Alors tous les ingrédients sont réunis pour que soit parfaitement scénarisée, que soit quotidiennement jouée et que soit goulument dévorée l’affligeante parodie de démocratie qui nous est proposée aujourd’hui. La scène est grandiose et les marionnettistes bien cachés au sommet des cintres financiarisés.  Le spectacle qui nous est offert met en émoi le tout-France.  Les spectateurs-zappeurs-voteurs de se passionner pour ce vaudeville grandiloquent, ce jeu de rôle dans lequel seuls ont survécus Sarkopen, le Nain halluciné, et Hollandreou, le Mage déboussolé.

Tout le monde comprendra qu’il est fondamental pour les marionnettistes que nous continuions de croire que nous sommes en démocratie, que nous sommes donc maîtres de nos destins, que nous avons le choix entre une politique économique libérale de droite et une autre politique économique qui serait de gauche, que nous pouvons donc changer d’orientation, qu’une réelle alternative nous est proposée.   Que d’efforts déployés pour nous présenter cette farce de manière crédible.  Un exemple ?  Tiens, écoutons le Nain halluciné sur RTL, la radio des beaufs réactionnaires, hier matin:

Ce qu’assène péremptoirement, et à plusieurs reprises, M. Sarkozy dans cette interview est inexact.  Malheureusement!  Devrais-je ajouter en véritable homme de gauche.  Mais c’est totalement faux.  M. Hollande ne propose absolument pas dans son programme « d’embaucher soixante et un mille fonctionnaires ».  Non, il ne propose pas « de créer 60 000 emplois de fonctionnaires »!  C’est faux!  Pourquoi suis-je donc le seul à réagir, à m’indigner que l’on puisse ainsi mentir ouvertement?  Et un président de la République en plus!

Poursuivre la lecture « When the streets have no name »

Synthèse des programmes 2012, heu … moins objective cette fois-ci


Le jour J approche. Va falloir commencer à converger maintenant. À se décider.

Voici donc un nouveau billet pour vous y aider ;-). Ma nouvelle contribution à la démocratie 😀 si j’ose dire. J’ai passé beaucoup de temps à lire, à lire des lignes et à lire entre les lignes, à écouter, à chercher, à vérifier, à consolider, à approfondir, à analyser, à décrypter (comme ils disent dans la boîte à lessivage encéphalique du salon). Comme vous le savez, j’en ai tiré un comparatif des programmes intégrant 4 des principaux candidats à la présidentielle 2012, comparatif que j’ai voulu exhaustif et objectif. Aujourd’hui, je livre ma synthèse beaucoup plus … comment dire … personnelle. J’ose espérer que vous saurez faire confiance en l’incontestabilité de ces conclusions ;-).

Lisez et choisissez tous, car ceci est mon encre, l’encre de mon clavier, versée pour la multitude, pour la diffusion des idées 😀

Économie

Programme LEPEN Austérité
Et moins d’étrangers pour plus de travail
pour les vrais français de pure souche
Programme SARKOZY Austérité
Mais j’ai changé,
moi, le défenseur de la fonction publique
Programme BAYROU Austérité
Y’en a marre de la droite et la gauche,
Il nous faut …
une politique de droite
Programme HOLLANDE Austérité
Mais je compte sur votre vote utile
Programme JOLY Heu … comme le Front de Gauche
ah non y’a ce putain d’accord avec le PS
ben donc … Austérité
Programme MELENCHON – Relance de l’activité par la demande
– Planification écologique
– Services publics renforcés
– Mise au pli de la finance
– Protection et lutte contre le dumping fiscal et le dumping social

Poursuivre la lecture « Synthèse des programmes 2012, heu … moins objective cette fois-ci »

Vive la 6ème république, non aux chèques en blanc


Rendez-vous compte.  À 1 mois et demi de l’élection présidentielle, 2 des candidats parmi les 4 chevaux préférés des propagandistes sondagiers n’ont même pas de programme écrit !  Et le « grand favori », donné vainqueur avec prétendument plus de 10 points d’écart au second tour selon les faiseurs d’opinions, bien qu’en ayant un (de programme), ne semble pas vouloir (ou pouvoir) s’y tenir plus que ça!

Je résume la situation :

Candidat Statut objectif du programme Mes qualificatifs sur les programmes (attention subjectivité detected ;-))
Marine Le Pen Programme écrit depuis fin 2011 nauséabond, rétrograde, droitier, libéral à l’intérieur de l’hexagone, sclérosant, replié sur soi, apeuré, xénophobe, misogyne
Nicolas Sarkozy Pas de programme écrit ? (ultra libéral pour sûr)
François  Bayrou Pas de programme écrit ? (très libéral pour sûr)
François Hollande Programme écrit avec dérives orales admises (?!) Petit bras, de gauche sur les aspects sociétaux, libéral sur les aspects économiques et sociaux, incomplet, dans la continuité, sans perspective, faible, sans volonté, soumis
Jean- Luc Mélenchon Programme écrit et disponible depuis septembre 2011 Ambitieux, fort, radical, courageux, social, socialiste, européen, internationaliste, écologique, complet, précis, chiffré, raisonnable, cohérent

Une insulte à l’intelligence des français, ne trouvez-vous pas ?

Ah, par contre, pour faire des coups avec des annonces tonitruantes (buzzifiantes devrais-je dire de nos jours) aussi inattendues qu’incongrues, alors là, y’a du monde !  Quelle avalanche de nouvelles propositions dans tous les coins depuis quelques jours !  Un véritable feu d’artifice.  On en a plein les yeux.

Prenez F. Hollande par exemple.  Il annonce sur TF1 il y a quelques jours (le 27 février 2012), au beau milieu d’une tranche incroyable de vide intersidéral nappée d’une fine couche transparente d’absence de rien, il annonce disais-je donc, une “nouvelle tranche d’impôts à 75% au delà de 1 000 000 € de revenus par an”.  Ça sort d’où ça ?  De chez nous, ça c’est sûr, mais sinon, quelle mouche bolchévique a bien pu piquer notre François? Car en tous cas, ce n’est pas dans son programme écrit.  Bon tout le monde sait bien qu’il s’agit uniquement d’une tentative de repêchage de voix à gauche après sa dernière dérive droitière à la City de Londres.  Dieu que ça peut tanguer un pédalo dans la tempête !  On sent bien l’urgence et l’impréparation de « sa bombe ».  On voit bien que la proposition nouvelle n’a été passée au filtre de la cohérence globale du programme du candidat.

Creusons un peu.

Poursuivre la lecture « Vive la 6ème république, non aux chèques en blanc »