L’austérité budgétaire affaiblit la croissance


Et ce n’est pas moi qui le dit, pour une fois ;-).

Ce n’est pas non plus Jean-Luc Mélenchon ou Pierre Laurent. Il ne s’agit pas non plus d’un nouveau tract revendicatif de la CGT, ni du dernier slogan déclamé à la fête de l’huma ce week-end. Ce ne sont pas non plus les centaines de milliers d’Espagnols et de Portugais déferlant dans les rues ensoleillées de la péninsule ibérique.

Non, non. Bien sûr, M. Mélenchon, M. Laurent, la CGT, le Front de Gauche, les citoyens d’Espagne, du Portugal, de Grèce, et d’ailleurs, de plus en plus d’économistes par le monde, de chercheurs, de trouveurs, d’analyseurs, d’investigateurs, de travailleurs, de penseurs, de blogueurs, de rêveurs, de simples viveurs, et également votre serviteur, ne cessons de le répéter depuis plus de 2 ans.

Ces propos se trouvent dans le dernier rapport annuel de la CNUCED, qui est, pour simplifier, la branche de l’ONU qui s’occupe d’économie mondiale. Avec de vrais économistes dedans. Quelques extraits du communiqué de presse:

« l’austérité budgétaire et la compression des salaires affaiblissent toujours plus la croissance dans les pays développés sans que soient obtenus les résultats escomptés en matière de réduction des déficits budgétaires, de création d’emplois et de rétablissement de la confiance des marchés financiers. »

Poursuivre la lecture « L’austérité budgétaire affaiblit la croissance »

Publicités

Bilan du Rio+20


De sommets sauveurs de la terre en sommets sauveur du monde, nous sautons frénétiquement.

Ce soir débute le … attendez … hum … bon, on s’en fout … disons le Nième sommet européen pour sauver l’Europe et l’Euro.  Attendons le rapport final pour vérifier si ce que j’en disais il y a un mois s’est avéré.

En attendant, je souhaitais revenir une seconde (faut lire vite, aussi, vous me faites rigoler, tiens) sur le dernier grand sommet international dont il n’est sorti finalement que très peu d’analyses, commentaires, décryptages (comme disent nos amis les bêtacrates) , synthèses ou bilans.  Normal, en même temps, le sujet n’est pas très vendeur. Et puis, c’est pas comme si il y avait une quelconque urgence puisqu’il s’agissait de tenter de préserver un avenir pour l’humanité.  Voyez qu’il n’y a vraiment pas de quoi fouetter un chaton.  Je veux parler du Rio+20 (pour les branchés), c’est à dire du sommet de la Terre qui s’est tenu à Rio de Janeiro, au Brésil, du 20 au 22 juin 2012.  Je rappelle brièvement que « les sommets de la Terre » sont des rencontres entre dirigeants du monde, organisées par l’ONU tous les dix ans depuis 1972, afin de définir et mettre en œuvre  le développement durable au niveau mondial.  Le premier sommet a eu lieu à Stockholm (Suède) en 1972, le deuxième à Nairobi au Kenya en 1982, le troisième il y a 20 ans, en 1992, à Rio déjà (d’où le Rio+20, t’as compris maintenant ! 😉 trop fort, hein) , et le quatrième à Johannesburg en Afrique du Sud en 2002.  C’est d’ailleurs lors de l’assemblée plénière de ce dernier sommet que le président français d’alors, Jacques Chirac, avait lâché son très fameux « Notre maison brûle et nous regardons ailleurs ».

Vous me connaissez (ou pas).  J’ai voulu, comme d’habitude, m’abreuver directement à la source plutôt que d’essayer de me désaltérer avec les très rares articles humides de la presse sur le sujet.  Me voici donc parti, la fleur à la souris, sur le site officiel du Rio+20.  Je télécharge le document officiel de synthèse, en français siouplait!, celui signé par 191 états, le document intitulé « The future we want » ou « L’avenir que nous voulons« , in french.  Et là, quelle splendeur …

Bien sûr, je ne m’attendais pas à une nouvelle vision d’ensemble de la vie collective de l’humanité sur la planète, une nouvelle conception, un nouveau paradigme de la convergence sociale, économique, environnemental, politique, culturelle, bref globale.  Non, bien sûr.  Je ne suis pas complètement benêt, je n’espère plus l’avènement, de manière démocratique s’entend, d’une déclaration du bien commun de l’humanité, comme celle proposée par exemple, par le Forum Mondial des Alternatives au Sommet des Peuples (qui est au Sommet de la Terre ce que le Off est au festival d’Avignon, si vous voulez).  Non, évidemment, ce serait inespéré.  Mais quand même, à ce niveau là de blablatitude stérile, on a rarement vu, je crois.  En tout cas, personnellement, j’ai rarement lu autant de néant.  Et pourtant, Dieu sait que je m’en farcis des condensés de rien fourrés au vide intersidéral.  Là, on atteint une maîtrise proprement merveilleuse, éblouissante, fascinante même.

Poursuivre la lecture « Bilan du Rio+20 »

Bilderberg 59 – 0 Démocratie


Je me fais quelquefois penser (souvent, en fait) à Mel Gibson dans le film de Richard Donner, « Complots« .  Si vous ne l’avez pas vu, pas de panique (je vous sentais déjà tout mortifié), il ne s’agit pas non plus d’un chef d’œuvre du 7ème art.  C’est l’histoire d’un mec, Mel Gibson, chauffeur d’un taxi jaune (comme il se doit au pays des taxis jaunes) de son état, qui est convaincu que de nombreux complots se trament en permanence à notre insu, à nous, le bas peuple, dans la moiteur feutrée de réunions secrètes où les maitres du monde se rencontrent, se réunissent, s’entremêlent, s’associent, se combinent, se brassent, s’entrelacent … et se tripotent un peu éventuellement (même ceci est une autre histoire qui ne nooous … regarde pas tant que cela se passe entre adultes consentants).  Vous vous remettez le film maintenant ?  Toujours pas ?  Peu importe.  En tous cas, comme lui, j’ai l’impression de voir en permanence à travers la matrice.  Je ne me souviens pourtant plus du tout avoir pris la petite pilule rouge.  Ni la bleue d’ailleurs.  Peut-être cela devrait-il m’inquiéter.  Peut-être devrais-je même consulter.  Qu’en pensez vous ?  Une très bonne amie vient justement de terminer ses études de psychologie.  Anne, au secours …  Mais où en étais-je ?  Ah oui.  Les complots.

Je vais prendre des pincettes.  Il le faut, sous peine de paraitre totalement paranoïaque.  Je voudrais en effet dire un tout petit 😉 mot aujourd’hui sur ces clubs informels et très cachotiers qui rassemblent régulièrement les plus hauts dirigeants du monde.  Et plus particulièrement sur l’un de ces clubs, le Bilderberg.  Il y en a d’autres, comme la Trilatérale ou le diner du Siècle pour la France.  Pourquoi le Bilderberg ?  Parce qu’il y a à peine quelques jours, vient de se terminer, dans l’indifférence hexagonale la plus totale, leur réunion annuelle qui se tenait, du 31 mai au 3 juin, à Chantilly.  Quoi ?  Chez Eric Woerth ?  Mais non, voyons, Chantilly en Virginie états-unienne, à une quarantaine de kilomètres de la Maison Blanche, états-unienne également, la Maison Blanche (pas celle de Moscou, ni de Marseille, faut suivre un peu).

J’ai attendu quelques jours pour voir ce qui filtrerait, dans nos grands médias tant épris de démocratie :-D, de cette réunion au sommet.  Et puis, j’en ai eu marre d’attendre.  Poursuivre la lecture « Bilderberg 59 – 0 Démocratie »

La semi-démence « modérée » à la mode


Encore un Sarkoday.  Triste dimanche grisâtre.  Je me lève, je zappe sur les chaînes de désinformation continue LCI, i-Télé, BFM-TV et Euronews.  Le Sarkoshow de Villepinte en continu.  Allez, pour être honnête, un peu moins sur Euronews.  Les autres, elles ont même prévu une journée spéciale à partir de midi pour ne rien vous faire rater des ineffables inepties qui seront débitées toute la journée dans ce lieu de perdition.  Le ponpon de la marine 😀 revient, comme souvent serais-je tenté de dire, à BFM-TV qui, après une demi-journée non-stop de droite réactionnaire à la mode Sarkozy vous achèvera à partir de 18h00 avec 2 heures de droite réactionnaire à la mode Marine Le Pen.  Une bonne grosse journée de décérébration individualiste en perspective pour les téléspectateurs.  Et une bonne grosse journée de rattrapage en perspective pour moi.  Je vais enfin pouvoir vous parler brièvement (promis) d’un sujet qui me démange depuis pas mal de temps mais que l’actualité électoraliste française ne me permettait pas d’aborder.  Voici donc.

J’espère qu’il vous reste un peu de temps de cerveau disponible pour vous intéresser à autre chose qu’à nos élections franco-françaises de dans 1 mois et demi.  Quoi que, s’agit-il vraiment d’un sujet totalement décorrélé ?  Vous verrez.

Vous savez certainement que 6 mois après nos propres élections, se tiendront d’autres élections qui pourraient bien s’avérer déterminantes pour l’avenir du monde.  Je parle de l’élection présidentielle aux États Unis.  Pourquoi déterminantes ?  Parce que nous parlons là de la plus grande puissance militaire du monde, avec six cent mille hommes de troupe, cumulant à elle seule 50% de dépenses militaires mondiales, disposant de 700 et 800 bases militaires réparties sur tous les continents, une puissance agressive, impliquée dans la plupart des conflits mondiaux depuis la seconde guerre mondiale, dont ses présidents successifs, y compris le dernier, prix Nobel de la paix :-D, bafouent en permanence et impunément la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme en emprisonnant de manière abusive par simple lettre de cachet et en appliquant et justifiant la torture.

Il est bien entendu impossible de prédire qui va remporter ses élections, qui va accéder à cette puissance militaire sans limite.  Mais je vais me risquer à un pronostic.  Obama ne sera pas réélu.  Le syndrome « Qui sème la social-démocratie récolte la droite réactionnaire » sévira aux USA comme ailleurs, comme partout, tout le temps.  Encore tout récemment avec l’élection de Rajoy en Espagne.  Entre parenthèses, ce sera la même chose en 2017 si M. Hollande est élu en France en 2012.  Les politiques molles et soumises de la sociale démocratie sont toujours sanctionnées à terme par la volonté de punition ironiquement masochiste des électeurs qui porte ainsi au pouvoir les pires politiques de droite réactionnaires.  Et Obama, bien qu’il ne soit même pas ce qu’on pourrait appeler un social démocrate (ce qui serait considéré comme un crime de lèze-américanisme par la grande majorité de la population américaine, si clairvoyante, si cultivée, si humaniste) entre dans ce cas de figure.  Hormis sa tentative d’instaurer aux USA un embryon de couverture sociale pour les plus démunis, il n’a rien fait.  Néant sur la lutte contre la finance, néant sur la lutte contre le chômage, contre la pauvreté, néant sur l’arrêt de l’arrogance militaire extérieure, néant.

Il est donc à prévoir que les américains vont s’en retourner à leurs instincts individualistes et élire un … Républicain. Et là, on s’affole.  Ou on devrait.  Allez les gens, affolez-vous!  Car ces braves éléphants ont encore franchi un cap dans la démence.  J’en veux pour preuve le panel des candidats de ce parti en lice en ce moment même dans leurs si fameuses primaires (qui ont tant inspiré nos braves militants PS franchouillards).

Ce qui me frappe et m’insupporte Poursuivre la lecture « La semi-démence « modérée » à la mode »