La République version 5.1 voulue par F. Hollande


Bien entendu, François Hollande n’a pas participé à la marche pour la 6ème république du 18 mars dernier qui a vu plus de 120 000 citoyens insurrectionnels défiler de Nation à la Bastille.  Mais faut reconnaître à sa décharge que l’initiative venait d’une organisation de gauche, le Front de Gauche.  Beaucoup trop populaire ce truc, ça ne pouvait clairement pas intéresser les aristocrates du PS.  Sur le fond, rien d’étonnant non plus.  On sait que F. Hollande de souhaite pas refonder notre république.  La 5ème république monarchique actuelle lui sied à ravir.  Il se voit déjà tellement monarque à la place du khalife!  Après toutes ces années de patience dans l’ombre de François Mitterrand, de Lionel Jospin, de Ségolène Royal, de Dominique Strauss-Kahn ou encore de Martine Aubry, il entrevoit enfin aujourd’hui la lumière que projettent sur lui les spots des instituts de propagande, médias et sondagiers confondus.

Doit-on pour autant en conclure que si, par une malheureuse occultation nationale du syndrome “Qui sème la social-démocratie récolte la droite réactionnaire” , F. Hollande était élu à la présidence de la République en mai prochain, la Constitution Française resterait inchangée ?  Eh ben non.  Justement pas.  Car lorsque l’on recolle tous les petits bouts de discours, d’interviews et de mesures programmatiques pondus par le capitaine de pédalo, on voit nettement se dessiner une nouvelle version de notre République.  La République 5.1, une sorte de république fédérale, communautarisée, qui permettrait que la loi ne soit plus la même pour tous.

Mettons de côté le fait que la plupart des dispositions dont je parle ici sont en contradiction directe avec l’article 1er de notre Constitution (rien que ça!) qui débute ainsi:

« La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens (…) »

Et regardons donc ça de plus près.

Avertissement: les lecteurs, auditeurs et téléspectateurs exclusifs des « grands médias » traditionnels français pourraient à la lecture de ce billet souffrir de quelques troubles plus ou moins bénins, tels que des démangeaisons au niveau du thalamus cérébral, si aucune désaccoutumance graduelle n’est entreprise préalablement ;-).  En effet, ce message ne contient aucun morceau de terrorisme, ni de plan vigipirate, ni d’Al-Quaïda, ni de Mohamed Merah, ni de son père, ni de son frère, ni de sa mère, ni de ses sœurs, ni du marteau oh oh, ni de vagues déferlantes incontrôlées d’immigrants le couteau entre les dents, ni même de « musulmans d’apparence« .   Ce message est « La France a peur » free.

Poursuivre la lecture de « La République version 5.1 voulue par F. Hollande »

Brouillard en rase campagne


Je serais mort de rire si ce n’était pas aussi lamentable, pitoyable, attristant, frustrant, décourageant …

un Sarkozy nouvellement converti à la taxation différentielle des exilés fiscaux prônée par le Front de Gauche depuis des mois, un Hollande soudainement adepte d’une tranche d’impôts supérieure très fortement taxée également inspirée par le Front de Gauche, et en même temps, un Hollande qui rassure les spéculateurs de la City sur son innocuité future et passée, un Sarkozy paradant sur une estrade style IIIème reich au beau milieu d’une foule excitée de rétrogrades assoiffés de bouc-émissaires qui se présente en défenseur du bas peuple,

hop … un petit coup de Le Pen qui entre en croisade contre l’abattage en boucherie qui se dresse comme le problème essentiel de la France,

le MEDEF qui annonce par son officine de désinformation officieuse, l’IFOP, que les français sont amnésiques et adorent de nouveau Sarkozy, un Hollande qui absorbe les écologistes et les Chevènementistes avec des accords de gouvernement compromettant en promettant aux uns exactement l’inverse de ce qu’il promet aux autres, un Sarkozy en grand défenseur du référendum après avoir outrageusement trahi le peuple avec son traité de Lisbonne et avoir entériné de manière autocratique le nouveau traité européen TSCG et le MES,

et hop … un petit coup de Le Pen qui obtient enfin, après un suspens insoutenable, ses 500 signatures de la part de maires incultes et eux aussi amnésiques, ouf … la démocratie est sauvée, les xénophobes auront leur tribune,

tiens, … la candidate d’extrême gauche qui affirme, en accord avec la candidate d’extrême droite, que le programme du Front de Gauche c’est la même politique que celles qui ont sévi pendant des décennies,

un candidat socialiste qui refuse obstinément un débat politique public avec  le candidat de gauche, un des deux candidats d’extrême droite, en l’occurrence la femme, qui accepte ce débat mais se dédit au dernier moment en refusant la confrontation en direct, des mégalos autocentrés suffisants et arrogants croyant pouvoir diriger la France avec leur seul petit cerveau musclé, des candidats qui envisagent ouvertement et sans aucune honte visible, et d’ailleurs sans aucune indignation sensible de la bonne société, de ne pas soigner des êtres humains malades présents sur le territoire des droits de l’homme,

une droite totalement extrême-droitisée se parant de quelques bijoux de gauche radicale, un parti socialiste totalement néolibéralisé avançant à vue sur un pédalo rose percé,

des communicants sans aucune conviction déblatérant des propositions jugées probablement à fort impact populaire par des conseillers en stratégie scotchés à leurs iPAD, leurs iPHONE, et leurs iPOD , des girouettes lestées aux études marketing qui virent à gauche, qui virent à droite, qui tournent-virent et n’indiquent plus aucune direction,

putain que de fourberies, de duplicités, de sournoiseries, de stratagèmes, d’artifices, d’escroqueries, de mensonges, de fausses promesses, de postures, d’impostures, de falsifications,

putain que de brouillard sur cette campagne!

Franchement, on peut comprendre que certains se sentent perdus.  Comme l’avait déjà très bien analysé notre cher Jean-Jacques Rousseau au XVIIIème siècle dans le Contrat Social:

« Jamais on ne corrompt le peuple, mais souvent on le trompe et c’est alors seulement qu’il paraît vouloir ce qui est mal »

Honte à ceux qui participent à cette tromperie, à cette tartufferie généralisée!

Allez, pour finir sur une note d’humour (à ne pas confondre avec la tartufferie):

Le parti socialiste participe à la création du Mécanisme Européen de stabilité


L’Assemblée Nationale ratifie l’accord autorisant la création d’un Mécanisme Européen de Stabilité.

J’avais anticipé cette nouvelle traitrise dans mon billet du 11 février « Le 21, le PS choisira-t-il enfin les barbares de la civilisation …« .

Et bien, voilà, c »est fait !  Les députés ont approuvé le texte par

  • 261 voix pour,
  • 44 contre
  • et 133 abstentions

permettant la création du Mécanisme Européen de Stabilité (MES), ce tyran financier intouchable voué au soutien de la spéculation financière transnationale contre les dettes publiques.

Le Front de gauche a bien évidemment voté contre.

Les socialistes se sont abstenus !  Ils ont cédé.  Encore une fois.  Comme pour la ratification du traité de Lisbonne, les députés socialistes se sont rangés du côté du « oui » pour laisser passer le texte sans s’y opposer.  Ils se sont donc encore une fois reniés.  Il s’agit d’une nouvelle traitrise.  Traitrise par rapport aux valeur de la gauche, traitrise par rapport aux grands effets de manche récents de F. Hollande contre la finance au Bourget, traitrise contre la majorité des militants ou sympathisants socialistes j’en suis persuadé, traitrise par rapport au progrès humain.

Voici la liste nominative des 16 députés socialistes (merci ami Cri du Peuple pour m’avoir averti de la sortie de cette liste ;-)) qui ont eu le courage de voter « non » et qui ne méritent donc pas d’être amalgamés à cette bande d’hypocrites collaborateurs:

Poursuivre la lecture de « Le parti socialiste participe à la création du Mécanisme Européen de stabilité »

Le 21, le PS choisira-t-il enfin les barbares de la civilisation …


… ou continuera-t-il de soutenir les civilisés de la barbarie?

[Pour ceux qui n’ont pas suivi, je fais référence ici à l’extrait du livre de Victor Hugo « Les Misérables » qui a été lu par Jean-Luc Mélenchon en clôture de son discours du 7 février 2012 à Villeurbanne.  une page entière, un grand moment citoyen.  Je vous ai mis l’extrait en fin de billet.]

Je vous parle dans ce billet de la responsabilité qui attend les sociaux-libéraux, socialistes et écologistes, le 21 février au parlement français.  Ils vont avoir la chance de pouvoir enfin rompre avec leurs habitudes européennes et enfin accorder leurs actes à leurs paroles.  Lors de son discours du Bourget, François Hollande a en effet insisté sur le fait que son seul ennemi était la finance.  Très bien.  Députés socialistes et écologistes, montrez-nous à quel point vous résistez à la finance !  On vous attend.

Tous les français vous attendent.  En particulier ceux qui s’apprêtent à voter socialistes par habitude ou fainéantise ou soumission à l’injonction de « vote utile ».  En tous cas, je espère bien qu’ils vous attendent.  Et j’espère qu’ils sauront se souvenir de votre comportement lorsqu’ils déposeront leurs propres bulletins de vote en avril, mai et juin 2012.

Que doit-il donc se passer à cette date ?  Comme je vous le disais dans ce billet, à partir du 21 février 2012, l’Assemblée Nationale commencent les discussions, « sous réserve de son dépôt, [du] projet de loi autorisant la ratification du traité modifiant l’article 136 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne en ce qui concerne un mécanisme de stabilité pour les États membres dont la monnaie est l’euro » et également, « sous réserve de son dépôt, du projet de loi autorisant la ratification du traité instituant le mécanisme européen de stabilité ».  Ces 2 textes faisant l’objet d’une discussion générale.

Vous savez, il s’agit ici des 2 traités qui ont déjà été acceptés au niveau européen, y compris par les euro-députés socialistes et écologistes, et dont je vous ai déjà parlé: Poursuivre la lecture de « Le 21, le PS choisira-t-il enfin les barbares de la civilisation … »

Régression sociale en France, régression démocratique en Europe


Je voudrais vous présenter aujourd’hui ce qui continue de se tramer au parlement européen, dans le dos de tous les peuples européens et, bien sûr, dans le silence complaisant des grands médias inféodés à la pensée unique.

Mais avant, permettez-moi un « bref » retour, comme promis dans ce billet, sur l’une des mesures les plus rétrogrades lancées dans l’indifférence générale par le président-candidat (ou candidat-président) Sarkozy lors du Sarkoday de la semaine dernière.  Je vous avais déjà expliqué en quoi la TVA anti-sociale n’est pas une mesure destinée à favoriser l’emploi ou la production française mais uniquement une des mesures phares de la doxa néolibérale, s’attaquant aux plus faibles revenus (par la TVA) pour favoriser le capital (par les réductions de cotisations patronales qui seront intégralement transformés en augmentation de dividendes).

Parlons deux minutes d’une autre des mesures présentées lors de cette émission sirupeuse, j’ai nommé l’institutionnalisation du chantage patronal présenté sous le nom « d’accords compétitivité-emploi ».

Poursuivre la lecture de « Régression sociale en France, régression démocratique en Europe »