Syriza, paralysée avant d’exister ?

Beaucoup de mes accointances virtuelles de la blogosphère, nettement plus qualifiées que moi, ont déjà donné leur avis, fort pertinent comme à l’accoutumée, sur ce que d’aucuns appellent la « capitulation en rase campagne », voire « la bérézina »,  de Varoufakis, Tsipras et Syriza face à la Troïka, la BCE, l’Union Européenne, Mame Merkel et le sinistre Schäuble.

Ce n’était toujours pas mon cas.  Cédant à mes vils penchants narcissiques (que j’essaie de réprimer au tréfonds de mon surmoi probablement tout à fait infréquentable), je voudrais aujourd’hui combler cette lacune (qui vous a probablement profondément perturbé, je me doute, si, si, ne le niez donc pas).

La plupart de ceux de mon bord (ceux qui comme moi avaient fondé un véritable espoir de révolution douce en Europe grâce à la victoire de Syriza en Grèce le mois dernier) voient dans cette base d’accord un compromis temporaire ayant pour but d’éviter une crise immédiate tout en permettant au gouvernement de Tsipras de préserver l’essentiel de ses engagements.  Certains y voient même l’achat de temps (4 mois) afin de se préparer à l’inévitable, c’est à dire la sortie de l’Euro (le fameux Grexit).  Vous pouvez par exemple aller lire (si vous jurez de revenir après!) les articles de Jacques Sapir ou de Jean-Luc Mélenchon, ou les billets, plus légers, des Pas Perdus ou de Gauche de Combat.

Mouais …

Désolé les gars, mais j’vous suis pas sur ce coup-là.  Désolé M. Mélenchon, je crois que vous allez pouvoir me classer irrémédiablement parmi les, comment dites-vous encore?, ah oui, parmi les « gauchistes toujours prompts à excommunier qui ne se plie pas à leur mantras abstraites ».

Je peux avoir tort bien évidemment.  Je souhaite avoir tort.  Je dois avoir tort.  J’ai tort, c’est sûr.

Car certes, en étudiant de près les mesures proposées par Varoufakis aux « institutions européennes », que voici, Poursuivre la lecture « Syriza, paralysée avant d’exister ? »

Budget 2015 de Hollande et Valls, quelques commentaires sur l’austérité

Pas d’inquiétude.

Les commentaires qui suivent ne sont pas de moi. Tout le monde sait que je suis un immonde rouge dégénéré, un crétin obtus, une brute bornée fort peu avertie des choses de l’économie. Ce que je pourrais dire ne saurait donc avoir une quelconque portée.

En revanche, qui, selon vous, a pu dire ce qui suit. Mélenchon ? Besancenot ? Tsipras ? Lisez et vous saurez.

« Si les faits ne correspondent pas à la théorie, il faut changer la théorie », dit le vieil adage. Mais trop souvent, il est plus facile de garder la théorie et de changer les faits, comme la chancelière allemande Angela Merkel et d’autres dirigeants européens pro-austérité semblent le croire. Bien que les faits s’imposent à eux, ils continuent de nier la réalité. (…)

L’austérité a échoué. (…)

L’austérité a été un désastre total et absolu, qui est devenu de plus en plus évident. Même dans les économies les plus performantes, comme l’Allemagne, la croissance depuis la crise de 2008 a été si lente que, dans toute autre circonstance, elle serait classée comme mauvaise. (…)

Les pays les plus touchés sont en dépression. Il n’y a pas d’autre mot pour décrire une économie comme celle de l’Espagne ou de la Grèce. (…)

Pendant ce temps, l’Allemagne oblige les autres pays à suivre des politiques qui affaiblissent leurs économies – et leurs démocraties. (…)

La France a en effet voté pour changer de cap il y a trois ans. Au lieu de cela, les électeurs ont reçu une nouvelle dose d’austérité pro-entreprise. L’une des propositions les plus anciennes dans l’économie est le « multiplicateur de budget équilibré » – l’augmentation simultanée des impôts et des dépenses de l’État en tandem stimule l’économie. Si les impôts ciblent les riches et si les dépenses ciblent les pauvres, le multiplicateur peut être particulièrement élevé. Mais le gouvernement soi-disant socialiste (sic) de la France réduit les impôts des entreprises et coupe dans les dépenses – une recette qui garantit inévitablement l’affaiblissement de l’économie mais une recette qui permet de s’attirer les éloges de l’Allemagne. (…)

L’espoir est que les réductions d’impôts sur les sociétés stimuleront l’investissement. C’est une pure absurdité. Qu’est-ce qui retient l’investissement (à la fois aux États-Unis et en Europe) ? C’est l’absence de demande, et non pas des impôts élevés. En effet, étant donné que la plus grosse partie des investissements est financée par la dette et que les paiements d’intérêts sont déductibles de l’impôt, le niveau d’imposition des sociétés a peu d’effet sur ​​l’investissement. (…)

[Un autre exemple d’absurdité est] la privatisation des retraites. Elle a toujours coûté chère dans les pays qui ont tenté l’expérience. Le système de soins de santé en grande partie privatisé des USA est le moins efficace dans le monde. Ce sont des questions difficiles, mais il est facile de montrer que la vente à bas prix d’actifs appartenant à l’État n’est pas un bon moyen d’améliorer la solidité financière à long terme. (…)

Toutes les souffrances en Europe – infligées au nom d’un artifice, l’euro – est encore plus tragique quand on sait qu’elles sont inutiles. Bien que les éléments de preuve que l’austérité ne fonctionne pas continuent de s’accumuler, l’Allemagne et les autres faucons doublent sans cesse la mise en pariant l’avenir de l’Europe sur une théorie discréditée depuis très longtemps.

Alors, vous avez trouvé ?

C’est un économiste, un prix Nobel d’économie même. Bon, vous me direz, cela ne présage pour autant aucun talent particulier dans le domaine. Le criminel de guerre Obama est bien Prix Nobel de la paix, nan ? Et vous aurez raison. Mais bon, ça en jette toujours !

C’était Joseph E. Stiglitz, un professeur d’économie à l’Université Columbia, aux USA, donc très loin du bolchévisme échevelé qui s’exprimait dans The Guardian, un journal anglo-saxon pas marxiste pour un sous.  Stiglitz est un adepte (tendance molle) du keynésianisme , fondateur même du « nouveau keynésianisme » (c’est dire !). Il jouit d’une grande notoriété suite à ses violentes (mais légitimes et fondées) critiques du FMI et de la Banque mondiale, alors qu’il a été lui-même économiste en chef dans cette même Banque mondiale jusqu’en 2000.

Rien à ajouter ou à retrancher de cette article. Comme quoi finalement, j’suis p’têtre pas si rouge que ça. Merde les gars, je me rosis ! Vite mes pilules !

Un triste printemps 2013


Me revenait en mémoire par ce grisâtre dimanche de mai (quel triste printemps quand même que ce cru 2013, tout juste 2 bonnes nouvelles à se mettre sous la dent, et paradoxalement, il s’agit de 2 décès, celui de la psychopathe ultralibérale britannique Margaret Thatcher et celui de l’ancien dictateur argentin Jorge Rafael Videla) me revenait en mémoire donc ce que j’écrivais au lendemain du premier tour de l’élection présidentielle 2012.

Pourquoi cette résurgence aujourd’hui, vous demandez-vous certainement (si, si, je le vois bien dans vos petits yeux chafouins)?  Indubitablement, à cause de ce qu’ai vu dans mon poste de télé.  Cette déferlante, toute honte bue, de la France cachée, de la France réac, de la France égoïste, de la France repliée, de la France rampante, de la France haineuse, de la France égoïste, de la France jalouse, de la France triste, de la France de RMC et d’ RTL réunies.

Parfois, emporté par mon indéfectible optimisme, j’oublie que 80% des français sont de droite.  Voici ce que je me disais alors, ce 23 avril 2012 au matin:

« Aujourd’hui, je m’en veux énormément.  De m’être laissé aller, encore une fois, à croire que nous serions capables, nous français, en tant que peuple adulte et responsable, d’avoir le courage d’emprunter un nouveau chemin vers une nouvelle société, une société de partage, de coopération et de solidarité.  À mon âge!  Quel indécrottable jeune con je fais! »

Et aujourd’hui, je me faisais encore cette remarque:

« Mais putain quel monde nous pourrions bâtir si tous ceux que je voyais là, devant mes yeux interdits, se mobilisaient avec autant d’ardeur, de conviction et de ténacité pour défendre, par exemple, notre système de retraites, ou nos services publics, ou nos enseignants, ou nos hôpitaux, ou notre industrie, ou bien encore notre écosystème planétaire.  Car là, plus encore, il s’agit bien de l’avenir de leurs enfants.   Et si les médias accordaient ne serait-ce que le dixième du temps d’antenne accordé à la Manif pour Tous aux idées progressistes. »

Mais non.  Cette France de l’ombre ne sort du refuge de son salon tamisé (la lumière nuit à l’obscurantisme ;-)), que très rarement, et uniquement pour des causes qui en valent vraiment la peine, comme par exemple, pour défendre … la condamnation de l’interruption volontaire de grossesse (en 1975), ou pour défendre … la pénalisation du délit d’homosexualité (en 1981), ou bien encore, comme aujourd’hui, pour défendre … l’interdiction aux homosexuels de se marier.

Bref, et pour en arriver (par un chemin détourné, je vous le concède) à mon sujet du jour, emporté cette fois par mon insatiable soif de mots, je continuais alors de lire mon propre billet post-premier-tour (pardon pour cet auto satisfecit indélicat).  Et j’y relus un peu plus loin ce pronostic:

« La sécurité sociale et de le CDI ne sont-ils pas les prochaines cibles de la casse de l’intérêt commun déjà identifiées par les marchés et qui seront donc attaquées quoi qu’il en soit, par l’un (Sarkozy) ou par l’autre (Hollande)? »

Prémonitoire, non? Poursuivre la lecture « Un triste printemps 2013 »

Pour Merkel, le salaire minimum cause le chômage


Dans un entretien jeudi au journal Bild Zeitung, la chancelière allemande, Angela Merkel, voit dans le salaire minimum généralisé dont l’Allemagne est dépourvue, la «raison» qui explique que «de nombreux pays en Europe ont un taux de chômage bien plus élevé que chez nous, du fait que les salaires et le rendement ne sont pas en rapport».

Elle aurait ajouté un peu plus tard au journaliste qui l’interviewait (mais malheureusement uniquement en off , et il n’existe donc aucune trace de ces révélations ;-), c’est ballot) que, selon elle,

  1. l’interdiction des armes à feu est la cause principale de la criminalité (ben oui, car du coup, « les chens ne beufent bas pien sé téfentre, non mais allo! »),
  2. les indemnités de chômage sont la raison première du déficit de l’assurance … chômage,
  3. le remboursement des frais médicaux est la cause unique du déficit de … la sécurité sociale,
  4. la limitation de la vitesse sur les routes est cause d’énormément de retard dans les rendez-vous d’affaire (« et za, z’est fraiment bas pien bour lé buziness! »),
  5. l’obligation d’envoyer les enfants à l’école est la cause essentielle de la surpopulation dans les classes de cours,
  6. les impôts sont la cause fondamentale de la pauvreté,
  7. et enfin, le besoin ridicule des pauvres de devoir manger est la cause principale de la faim dans le monde.

Et de conclure dans un débordement de ferveur mal contrôlée (qui aurait effrayé quelques enfants présents dans la salle, nous rapporte le journaliste):

Vaisons zauter doudes les régles, lois, oplikations et indertictions et dout ira bour lé mieux tans lé meilleur tes montes!
Fife lé lipéralisme !
Fife l’esklafache !

😀

 

 

Le prestige de Hollande


Comme prévu, François Hollande est satisfait après le sommet Européen de Bruxelles d’hier.

Pourquoi dis-je, sournoisement, « comme prévu » ?

Et bien, votre bonne foi légendaire vous forcera à reconnaitre que, avant même l’élection de notre nouveau président, le scénario du film était éventé.  Je vous en parlais par exemple dans ce billet du 4 mai ou, plus récemment, dans celui-ci du 23 mai.  Le bon président français gagne ses gallons de négociateur en chef en arrachant de haute lutte un pacte de croissance à l’intransigeante Angela, et voici le doux peuple français, totalement enamouré pour ce héros de la gauche inflexible, qui accepte sans plus rechigner, les bonnes potions mortifères préparées avec patience et méticulosité par le sorcier Merkozy et sa Main Invisible.

Bien.  Regardons ce que contient ce pacte de croissance que, semble-t-il, nos Pieds nickelés de l’Europe, Merkel, Barroso et Von Rumpuy, feignent d’avoir eu tant de mal à accepter.  Et, je vous prierai de ne pas vous éclater de rire.  Un peu de respect.  C’est vrai, quoi, notre bon président s’est donné beaucoup de mal, tout de même.  François Hollande, avec ses petits bras musclés, aurait donc réussi l’incroyable, l’inimaginable.  Il a obtenu:

  • 0.8% du PIB de l’Europe, soit 120 milliards d’euros, pour relancer l’économie et l’emploi
  • et une …. Taxe Arlésienne sur les Transactions financières pour dans … encore quelques mois … promis.

Je passe rapidement sur le deuxième point pour ne pas accabler de ridicule notre bon président si volontaire.

Et je reviens sur le premier. Car toute la dextérité du tour est là.  En effet, comme l’ont fort bien décryptés (ah, pour une fois, le mot prend tout son sens, je trouve) Thomas Coutrot, co-président d’ATTAC, et Pierre Khalfa, co-président de la Fondation Copernic:

Poursuivre la lecture « Le prestige de Hollande »