Rapport sur le crash du vol MH17 : comme disait mon ami Jean-Jacques …

« Jamais on ne corrompt le peuple, mais souvent on le trompe, et c’est alors seulement qu’il paraît vouloir ce qui est mal. »
Du contrat social, Chapitre III « si la volonté générale peut errer »,
Jean-Jacques Rousseau, 1762

Je reste encore quelquefois abasourdi (innocent que je suis) par le niveau qu’a atteint de nos jours la propagande médiatique, en toute impudeur, en toute irresponsabilité, en toute impunité.  Encore un exemple tout récent.

Cette semaine, les enquêteurs du Bureau néerlandais pour la sécurité (OVV) ont rendu leur rapport tant attendu sur le crash du vol MH17 au dessus de l’est de l’Urkaine.

Le jour même, la déferlante nous submergeait.

Dans la presse de référence française :

Poursuivre la lecture « Rapport sur le crash du vol MH17 : comme disait mon ami Jean-Jacques … »

Publicités

Autodérision rafraichissante et informative

Une chaine de média mainstream allemande, la ZDF, qui déconstruit, avec un humour fort efficace, la propagande russophobe va-t-en-guerriste des médias occidentaux (dont elle fait elle même partie, donc) sur la crise en Ukraine ! Les (quelques rares) résistants au grand lavage de cerveau otanesque sont aujourd’hui … en Allemagne. Bravo messieurs.

Voilà un modèle allemand que l’on devrait suivre, à l’inverse de son modèle économique bien sûr, hein Monsieur Doze !

Tout ce que vous dites est un tissus de propagande


Non, mais écoutez un peu jusqu’à quel point ces pauvres petits chiens de garde sont totalement imbibés du Dogme.  Et admirez leur mine incrédule et railleuse.  On sent bien que même le recadrage pourtant pédagogique, clair et argumenté (et plutôt calme, pour une fois, c’est à noter – je ne sais pas comment il fait pour ne pas exploser de rage en entendant de telles « questions ») que M. Mélenchon leur assène en pleine figure ne les fait pas douter une seule seconde quant à leurs certitudes révélées (par la Main Invisible), leur foi aveugle aussi inébranlable qu’illusoire.

J’hésite entre pitié et aversion.  J’avoue plutôt pencher pour la seconde option.

[youtube.com/watch?v=_WEjvkGrQ80]

Pour ceux qui ne savent pas de quoi on parle, voici un résumé de l’ANI et des 54 reculs qu’il contient.

Le peuple ne saurait prendre lui-même en mains ses destinées


« … car il est assez clair que ce peuple ne saurait prendre lui-même en main ses destinées » Paul Nizan, 1932

Cela faisait quelques temps que je n’avais pas trouvé le courage de baver ne serait-ce que quelques ridicules lignes de révolte ici-bas.  C’est vrai, ça, dans quel but ?  À l’intention de qui ?  Ceux qui me lisent assidument (je les en remercie) sont probablement déjà convaincus.  Et ceux qu’il faut convaincre afin qu’ils rejoignent nos rangs clairsemés … et bien ceux-là … ne me lisent probablement pas.  Beaucoup d’entre eux ne lisent d’ailleurs vraisemblablement pas grand chose, ou alors Gala, c’est à dire pas grand chose.  D’autres, peut-être Le Monde ou Libération, c’est à dire, pas beaucoup plus.

Putain, que c’est frustrant.

Tant pis.  Une nouvelle envie pressante de me soulager dans un Stradivarius m’a repris après le visionnage du film documentaire dont je vous parlais en janvier 2012, pour sa sortie en salle, il y a un an.

Il s’agit des Nouveaux chiens de garde, vous vous souvenez ?

Dénonciation virulente, quoique souvent sur un mode narquois maniant un malicieux second degré quelquefois déstabilisant, de l’inféodation des grands médias, et plus particulièrement de leurs vedettes, aux puissances capitalistes.  Décryptage d’une presse volontiers oublieuse des valeurs d’indépendance :-D, d’objectivité 😀 et de pluralisme 😀 qu’elle prétend incarner et mise à nu de ses journalistes, éditorialistes et experts médiatiques devenus évangélistes du marché et gardiens de l’ordre social.

Bon, je sais, c’est quand même 1h40.  C’est vrai qu’en 1 heure 40 minutes, on peut regarder plein d’autres émissions bien plus utiles.  Comme … j’sais pas moi … 2 épisodes des Experts, peut-être même 3 avec un peu de chance …. ou un Koh-Lanta … ou le Grand Journal incluant le Petit de Yann Barthès … ou un « C dans l’air » intégral … ou un 20h00 de Claire Chazal suivi d’un 20h00 de David Pujadas (putain quelle chance!) … ou un édito économique de Christophe Barbier sur i>Télé en boucle une bonne centaine de fois (le pied!) … ou un bon Sylvester Stallone qui sauve le monde avec son pote Bruce Willis pour se détendre parce qu’on a pas envie de se faire chier en rentrant du boulot avec les conneries de la politique, d’toute façon, c’est tous les mêmes, ma pauv’Lucette !

Pas grave.  Pour ceux qui ont du temps à perdre pour prendre en mains leur destinée, je me permets de diffuser quand même ce film afin de tenter de lutter, de manière dérisoire j’en suis malheureusement bien conscient, contre cet état de fait absolu énoncé par « ce brave » Franz-Olivier Giesbert (FOG pour les intimes) lui-même dans le film:

« Le vrai pouvoir stable, c’est le pouvoir du Capital.  Ça, c’est le vrai pouvoir.  Il est tout à fait normal que le pouvoir s’exerce [sur les médias] »

[EDIT 14/12/2012] J’ai retiré la vidéo suite au commentaire avisé de Marc Siramy ci-dessous.  Vous pouvez néanmoins acheter le DVD (chose que j’ai faite) ici, ici ou encore .  Tiens, voilà une bonne idée de cadeau pour Noël, pour votre belle sœur réactionnaire ou pour votre cousine indignée mais non votante.  Si vous ne pouvez vraiment pas vous le permettre, il faudra attendre que le film soit disponible gratuitement sur Internet.  Vérifiez régulièrement sur ma Télé, je l’y mettrai dès que ce sera possible.

Fiche technique

Documentaire – France – 2011

  • Réalisation : Gilles Balbastre, Yannick Kergoat
  • Scénario : Serge Halimi, Pierre Rimbert, Renaud Lambert, Gilles Balbastre, Yannick Kergoat
  • Production : Jacques Kirsner, Anne-Marie Marsaguet,
  • Image : Laurent Fénart, Alberto Marquardt, Guillaume Deffontaines
  • Son : Laurent Malan, Philippe Fabbri, Romain Degueltz, Olivier Walczak, Julien Cloquet
  • Direction artistique animation : Joris Clerté (Petite Ceinture)
  • Musique : Fred Pallem
  • Infographie : Arnaud Lamborion
  • Documentaliste : Valérie Massignon
  • Montage : Yannick Kergoat, Marie-Pierre Camus
  • Production : JEM Productions