Ah, si seulement Chávez …


Oui, je sais que notre urgence, en Europe, c’est de savoir si ce traité honteux, économiquement absurde, socialement insupportable et démocratiquement inacceptable va rester bloquer en travers de la gorge populaire et si nous arriverons à le régurgiter onctueusement à la figure des omniscients qui tentent de nous l’imposer. À ce propos, rappel du prochain rototo, demain à Nation.

Mais, dans les prochains jours, comme vous le savez déjà certainement, deux pays importants (à bien des égards) vont élire leur président de la république. Il est vrai que cela ne se passe pas du tout en Europe. Qu’importe ! Mondialisation oblige, on se doit de s’y intéresser. Bien sûr, eussions-nous préféré ne pas nous occuper des histoires (forcément inintéressantes) de ces sauvages qui vivent au delà des frontières de notre magnifique territoire européen. Tatata. Un petit effort. Il s’agit de 2 pays américains. Le 7 octobre, dans une semaine, ce sont les Vénézuéliens qui s’y collent. Puis, le 6 novembre, un mois après, ce sera le tour des États-uniens d’Amérique.

Si on en croit la pensée dominante, et vous feriez mieux d’y croire Mame Dupont, sinon, il vous en cuira, c’est Christophe Barbier qui vous le dit, le premier, le Venezuela est une sombre dictature bananière et tropicale, actuellement dirigée par un tyran de la pire espèce, M. Hugo Chávez, un sanguinaire avéré, mangeur d’enfants, oppresseur du peuple, museleur de médias et embastilleur à tout va, pour tout dire, un rebelle notoire qui ose tenir tête à l’Empire du Bien, et ça, ce n’est pas admissible dans un monde civilisé, nous dit Jean-Michel Apathie.

Et, toujours selon la bienpensance raisonnable, le second, les États-Unis d’Amérique, les USA pour les intimes, c’est l’Empire du Bien, une pure allégorie flottante de la démocratie, le symbole de la paix, l’emblème du progrès, la statue de la liberté, l’incarnation des valeurs humaines à travers l’univers, un pays modèle, que dis-je, la référence des civilisations, le mètre-étalon des nations, actuellement dirigé par un prix Nobel de la paix, M. Barack Obama, c’est tout dire. Et ça, c’est Michel Denisot qui vous le dit, alors, voyez, c’est du lourd.

Poursuivre la lecture de « Ah, si seulement Chávez … »

La semi-démence « modérée » à la mode


Encore un Sarkoday.  Triste dimanche grisâtre.  Je me lève, je zappe sur les chaînes de désinformation continue LCI, i-Télé, BFM-TV et Euronews.  Le Sarkoshow de Villepinte en continu.  Allez, pour être honnête, un peu moins sur Euronews.  Les autres, elles ont même prévu une journée spéciale à partir de midi pour ne rien vous faire rater des ineffables inepties qui seront débitées toute la journée dans ce lieu de perdition.  Le ponpon de la marine 😀 revient, comme souvent serais-je tenté de dire, à BFM-TV qui, après une demi-journée non-stop de droite réactionnaire à la mode Sarkozy vous achèvera à partir de 18h00 avec 2 heures de droite réactionnaire à la mode Marine Le Pen.  Une bonne grosse journée de décérébration individualiste en perspective pour les téléspectateurs.  Et une bonne grosse journée de rattrapage en perspective pour moi.  Je vais enfin pouvoir vous parler brièvement (promis) d’un sujet qui me démange depuis pas mal de temps mais que l’actualité électoraliste française ne me permettait pas d’aborder.  Voici donc.

J’espère qu’il vous reste un peu de temps de cerveau disponible pour vous intéresser à autre chose qu’à nos élections franco-françaises de dans 1 mois et demi.  Quoi que, s’agit-il vraiment d’un sujet totalement décorrélé ?  Vous verrez.

Vous savez certainement que 6 mois après nos propres élections, se tiendront d’autres élections qui pourraient bien s’avérer déterminantes pour l’avenir du monde.  Je parle de l’élection présidentielle aux États Unis.  Pourquoi déterminantes ?  Parce que nous parlons là de la plus grande puissance militaire du monde, avec six cent mille hommes de troupe, cumulant à elle seule 50% de dépenses militaires mondiales, disposant de 700 et 800 bases militaires réparties sur tous les continents, une puissance agressive, impliquée dans la plupart des conflits mondiaux depuis la seconde guerre mondiale, dont ses présidents successifs, y compris le dernier, prix Nobel de la paix :-D, bafouent en permanence et impunément la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme en emprisonnant de manière abusive par simple lettre de cachet et en appliquant et justifiant la torture.

Il est bien entendu impossible de prédire qui va remporter ses élections, qui va accéder à cette puissance militaire sans limite.  Mais je vais me risquer à un pronostic.  Obama ne sera pas réélu.  Le syndrome « Qui sème la social-démocratie récolte la droite réactionnaire » sévira aux USA comme ailleurs, comme partout, tout le temps.  Encore tout récemment avec l’élection de Rajoy en Espagne.  Entre parenthèses, ce sera la même chose en 2017 si M. Hollande est élu en France en 2012.  Les politiques molles et soumises de la sociale démocratie sont toujours sanctionnées à terme par la volonté de punition ironiquement masochiste des électeurs qui porte ainsi au pouvoir les pires politiques de droite réactionnaires.  Et Obama, bien qu’il ne soit même pas ce qu’on pourrait appeler un social démocrate (ce qui serait considéré comme un crime de lèze-américanisme par la grande majorité de la population américaine, si clairvoyante, si cultivée, si humaniste) entre dans ce cas de figure.  Hormis sa tentative d’instaurer aux USA un embryon de couverture sociale pour les plus démunis, il n’a rien fait.  Néant sur la lutte contre la finance, néant sur la lutte contre le chômage, contre la pauvreté, néant sur l’arrêt de l’arrogance militaire extérieure, néant.

Il est donc à prévoir que les américains vont s’en retourner à leurs instincts individualistes et élire un … Républicain. Et là, on s’affole.  Ou on devrait.  Allez les gens, affolez-vous!  Car ces braves éléphants ont encore franchi un cap dans la démence.  J’en veux pour preuve le panel des candidats de ce parti en lice en ce moment même dans leurs si fameuses primaires (qui ont tant inspiré nos braves militants PS franchouillards).

Ce qui me frappe et m’insupporte Poursuivre la lecture de « La semi-démence « modérée » à la mode »