Protection contre les formes graves des injections ARNm, quelle (triste) farce !

Un article très intéressant (en anglais, évidemment, désolé) paru ce 4 mai 2022 sur l’Exposé, intitulé « Pfizer Documents reveal Medicine Regulators and Pfizer knew COVID Vaccine caused Vaccine-Associated Enhanced Disease » (VAED), que l’on peut traduire par

« Les documents de Pfizer révèlent que les organismes de régulation des médicaments et Pfizer savaient que le vaccin COVID causait des maladies VAED »

Des documents confidentiels de Pfizer que la Food and Drug Administration des États-Unis a été forcée de publier par ordonnance du tribunal confirment bien que Pfizer et la FDA savaient que des VAED (maladies provoquées par le vaccin) étaient une conséquence possible des injections d’ARNm.

Ils révèlent également qu’ils ont reçu des preuves de leur apparition, y compris plusieurs décès, mais les ont mises sous le tapis en affirmant « qu’aucun nouveau problème de sécurité n’a été soulevé ».

Les conséquences de cette dissimulation ? Les quelques rares données officielles du gouvernement (ici, le gouvernement UK) qui sortent encore (toutes les données triées par statut vaccinal ayant depuis été interdites en Angleterre, Écosse et Irlande) semblent bien confirmer fortement que les personnes entièrement piquées sont jusqu’à 2 fois plus susceptibles d’être hospitalisées avec Covid-19, et 2 à 3 fois plus susceptibles de mourir de Covid-19.

Quelques graphiques extraits de cette article.

Au final, une efficacité négative !

En conclusion, ces chiffres montrent que la plupart des individus doublement vaccinés ont deux fois plus de risques de mourir du Covid-19 que les individus non vaccinés à cause des VAED causées par le « vaccin », et Pfizer savait que cela allait arriver.

Allez, bonne 4ème dose !

Glissement de la fenêtre d’Overton vers l’odieux

Non vaccinés, non vaccinés, non vaccinés …

Ce matin, j’ai eu à subir une demi heure de chaîne de désinfo (ce que je ne fais jamais par moi-même), et franchement, ça fout la pétoche.

Un pilonnage façon mur de l’Atlantique où les importants qui sévissent dans les médias n’ont de cesse de te désigner, te montrer du doigt, te stigmatiser, te rabaisser, t’insulter. Nous serions responsables de tout, du prolongement de l’épidémie, de la saturation des hôpitaux, de la mort des vaccinés, de l’exaspération des chefs de service, de la suppression des libertés aux français, de la perte de sang froid de nos politiques, de tout j’vous dis …

Je les entends me traiter, moi !, d’égoïste, d’irresponsable, de désinformé, de débile inadapté, entraîné sans discernement dans des théories complotistes qui me dépassent !

Tout cela est à la fois tellement ironique et tellement effrayant.

Ironique car, paradoxalement, c’est exactement ce que je pense des ayatollahs de la piquouze qui se font injecter par conviction (je ne parle pas de ceux qui le font contraints et forcés) cet ARNm délétère en ne pensant qu’à leur gueule et en se foutant pas mal des conséquences de leur acte sur l’humanité tout entière. Ce sont eux, à mes yeux, les égoïstes décérébrés.

Et effrayant car je me demande où toute cette haine déversée à longueur d’ondes va nous mener. Je ne pense pas que ceux qui ne vivent pas cette ostracisation au quotidien puissent réellement se rendre compte de l’hostilité, d’un côté, et de la crainte, de l’autre, qui s’installent durablement dans notre pays.

Médias et politiques continuent consciencieusement de déplacer la fenêtre d’Overton vers l’abject. Tout un chacun, y compris des chefs de services anciennement trotskistes comme ce Grimaldi de théâtre, ne se met-il pas le plus sérieusement du monde à envisager que l’on puisse ne plus nous soigner (ou nous demander d’en payer les frais, ce qui revient sensiblement au même) ? Ne disserte-t-on pas le plus gravement du monde sur la légitimité de nous « emmerder », comme le souhaite le pervers psychopathe qui nous tient lieu de président de la république. Nous emmerder, nous qui refusons de participer à la perpétuation de ce virus en nous injectant un produit non immunisant en pleine pandémie ?

Où, quand et comment tout cela va-t-il finir ? Je n’en sais rien, je sais juste que je ne me suis jamais senti, en tant que français, autant en insécurité qu’aujourd’hui. Je sais que ce qui vient n’est pas joli.

Et j’en connais les responsables.

Covid et vaccin, le parti pris énigmatique européen

Pour faire suite (rapide) à mon billet du 1er décembre, voici sous la forme d’un tableau synthétique la liste des 10 vaccins anti-covid pour lesquels une autorisation d’urgence (EUL) a été enregistrée à l’OMS, liste sur laquelle j’ai ajouté la date d’autorisation équivalente au niveau européen (CMA) lorsqu’elle existe (pour 5 produits seulement).

Aucun vaccin traditionnel à virus inactivé (en vert dans mon tableau) autorisé en Europe ! Alors que certains (deux vaccins chinois, en l’occurrence) ont été enregistré à l’OMS dès mai et juin 2021. C’est vrai qu’ils sont chinois. Mais le virus lui-même n’est-il pas chinois également ? Et d’autre vaccins largement utilisés en Europe, comme celui contre la grippe, ne le sont-ils pas tout autant ?

Cette situation est-elle normale ? Ou là encore, et désolé si ça vous parait complotisse, n’est-il pas légitime de s’interroger sur les raisons qui retardent, voire interdisent, la mise à disposition des populations de produits à technologie connue et maitrisée, beaucoup plus sûrs et largement acceptés du grand public. Si le but est réellement d’enrayer la propagation du covid, cela vous parait-il avoir un sens ?

On en revient toujours à cette question lancinante : leur but est-il réellement sanitaire ?

Sources :

COVID-19, qui sont les anti-vax ?

Je le répète depuis des mois. Je l’ai même dit à mon médecin en mai dernier. Je suis tout à fait disposé à me faire vacciner contre le COVID-19. Je suis à jour de tous mes rappels, je me fais vacciner tous les ans contre la grippe, alors pourquoi pas un vaccin contre ce COVID-19 ?

Le problème auquel je me heurte depuis des mois, c’est que l’Agence Européenne du Médicament (EMA) n’autorise pas les vaccins anti-COVID en Europe. Les seuls produits qu’elle autorise, de manière temporaire, en attendant la fin de la phase III, sont ces injections géniques de nouvelle technologie qui forcent nos cellules à générer en grande quantité, que ce soit par ARNm ou par vecteur viral, des protéines spike pathogènes.

Or, au niveau mondial, l’OMS autorise quant à elle (également sous EUL) un nombre beaucoup plus important de produits, dont les vaccins traditionnels à virus inactivé ou atténué. Vous pouvez en retrouver la liste complète ici. :

L’EMA se défend en prétendant qu’à part les 4 cavaliers de l’apocalypse génique injectés en Europe, réduits à deux depuis quelques temps, Pfizer et Moderna, les autres produits listés par l’OMS « n’ont pas nécessairement suivi le processus complet d’autorisation de l’agence » (have not necessarily undergone the EMA process of authorisation).

Non mais on se fout de nous ! Encore une fois ! Alors, les 4 merdes géniques ont obtenu leur autorisation d’urgence en à peine quelques semaines, et les autres produits existants, tous autorisés par l’OMS, n’auraient toujours pas terminé le processus d’autorisation, depuis des mois et des mois que cette histoire dure ? Et on serait au milieu d’une pandémie terrible dont il faudrait absolument nous protéger par tous les moyens ?

Je n’aime pas être pris pour un con.

Je le répète donc une dernière fois. Si vraiment votre but est sanitaire, vaccinez-moi ! Avec un vaccin à virus inactivé ou atténué, par exemple un :

Si vraiment vous avez des problèmes politiques avec les chinois, autorisez au moins le vaccin Indien, Covaxin, par exemple. Je lis sur sa fiche :

  • schéma de vaccination en 2 doses administrées à 28 jours d’intervalle.
  • efficacité vaccinale de 77,8% contre la maladie symptomatique COVID-19, grâce à l’évaluation de 130 cas confirmés, dont 24 observés dans le groupe vaccin contre 106 dans le groupe placebo.
  • efficacité contre la maladie COVID-19 symptomatique sévère est de 93,4%. Les données d’efficacité démontrent une protection de 63,6% contre le COVID-19 asymptomatique.
  • efficace contre les variants : Il s’est avéré neutraliser les variantes – B.1.1.7 (Alpha) d’abord isolé au Royaume-Uni, P.1- B.1.1.28 (Gamma) & P.2 – B.1.1.28 (Zeta) d’abord isolé au Brésil , B.1.617 (Kappa) isolés pour la première fois en Inde, B.1.351 & B.1.617.2 (Beta & Delta) isolés pour la première fois en RSA et en Inde. Les données d’efficacité démontrent une protection de 65,2 % contre le SARS-CoV-2, variante B.1.617.2 Delta.

Sur le papier, c’est largement aussi bon que les chiffres présentés par Pfizer and Co pour leurs produits. Et en plus, puisqu’il s’agit de virus entier inactivé, ce sera de toute manière nettement plus efficace contre les différents variants. Donc où est le problème, putain ?!

Il me semble que devraient être stigmatisés et montrés du doigt comme anti-vax ceux qui interdisent l’utilisation des vaccins, nan ? On parle donc de l’EMA et de tous ses sous-fifres européens, le gouvernement français en tête.

Voilà les véritables anti-vax.

Moi, je ne suis pas anti-vax, je n’arrive pas à me faire vacciner, c’est tout.

Efficacité de la « vaccination » covid contre les formes graves

Si tout le monde, en tous cas tous les gens informés, sérieux et de bonne foi, s’accordent aujourd’hui à reconnaitre que, avec l’explosion des variants, l’efficacité de la « vaccination » contre la contraction et contre la transmission du virus, bref contre sa propagation, ne vaut plus tripette, certains s’accrochent encore à l’idée, ou l’espoir, qu’elle constituerait toujours un rempart solide contre les formes graves de la maladie.

On entend d’ailleurs toujours à ce propos, de la part des ayatollahs de la vaccination de masse, dans un effort dérisoire pour tenter encore d’étayer cette affirmation pourtant contraire à tout ce qui se passe dans les autres pays fortement vaccinés, le chiffre magique de 84% ou 90%. La proportion de personnes non vaccinés en réanimation dans nos hôpitaux représenterait, selon eux, 90% de l’ensemble des personnes en réanimation pour covid. Étant donné qu’aucune statistique, à mon grand désespoir, n’existe sur les grands sites de tracking covid (géodes, oms, world in data, par exemple) qui répartisse les indicateurs selon le statut vaccinal, je suppose (je ne vois que ça) que ce chiffre provient de l’étude de la DREES du 29 juillet concluant que 84 % des personnes hospitalisées n’étaient pas vaccinées. Cette étude me parait tellement foireuse que je cherche toujours, en l’absence d’indicateurs réguliers officiels, à confirmer ou infirmer cette affirmation par d’autres moyens. Les injections inoculées en Occident sont-elles, oui ou non, efficaces contre les formes graves de la maladie ?

Ceci n’est pas une étude statistique sérieuse. Juste quelques points de repère.

J’ai pris quelques pays européens, avec un niveau de vie sensiblement équivalent, et par conséquent, je suppose (même si je ne suis pas allé vérifier un à un tous les pays considérés), un système de santé à peu près du même niveau. Mais j’ai voulu m’intéresser à des pays avec un taux de vaccination très différent. Mon choix s’est donc porté sur :

  • un premier groupe composé de la Belgique et l’Espagne, avec un taux de personnes complètement vaccinées de l’ordre de 70%, le groupe des « très bons élèves » de la folie covid
  • un deuxième groupe composé uniquement de la France, bon élève de la doxa avec un taux de vaccination de l’ordre de 60%,
  • et un dernier groupe, le groupe des « cancres », composé de la Slovénie et de la Serbie, dont la population est vaccinée à hauteur de 40%

Et voilà maintenant les courbes d’entrées en réanimation et de décès covid pour ces pays. (La Serbie ne remonte pas ses stats de réanimation.) Franchement, si vous y voyez un quelconque effet de la vaccination, vous êtes vraiment tout à fait de mauvaise foi, probablement un médecin de plateau télé, ou un membre de la REM (ah merde, c’est les mêmes).

Où on voit que la Slovénie, du groupe des « cancres » de la vaccination, est le pays qui a le moins d’entrée en réanimation par habitant.

Où on voit que l’Espagne, championne de la « vaccination » est également championne du nombre de décès par millions d’habitants.

Maintenant, vous pouvez toujours essayer de vous convaincre que, pour les pays vaccinés, les courbes de réa et de morts, qui collent pourtant de très près à celles des pays beaucoup moins vaccinés, ne contiennent en fait que des personnes non vaccinées. Vous pouvez également croire que la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d’alu. La foi est un mystère au delà de toute raison.

A vous de vous forger votre conviction.

Moi, c’est fait !

Source : Our World in Data