Conseils de l’UE pour la nouvelle saison COVID-19

Ce vendredi 2 septembre, la Commission européenne, plus précisément sa Direction générale de la Santé et sécurité alimentaire, le service de la Commission responsable de la politique de l’UE en matière de sécurité alimentaire et de santé et du suivi de la mise en œuvre des lois connexes, a publié un document dans lequel elle appelle les pays membres à reprendre, continuer et intensifier toutes les conneries qui ont été faites contre le Covid-19 ces deux dernières années, dont bien sûr, les ineffables campagnes de vaccination, masques obligatoires et autres jauges et pass circulatoires.

Les auteur.e.s, on dirait qu’ils vivent sur une autre planète. Dès le début, on reprend les mantras, histoire de s’auto-convaincre, je suppose : « Le développement de vaccins COVID-19 peut être considéré comme un triomphe scientifique, et on estime que leur déploiement réussi a sauvé environ 20 millions de vies dans le monde au cours de leur première année. »

Un triomphe scientifique ! Sérieusement ? Alors qu’on sait maintenant de manière indéniable que, pour résumer, les injections ARNm contre le covid :

  • augmentent le risque d’attraper le covid (Effet ADE)
  • augmentent la propagation du virus (Portage plus long – étude publiée le 21 juin 2022 par le New England Journal of Medicine)
  • augmentent les formes graves, dont la mort (seuls chiffres de mortalité disponibles par statut vaccinal, les chiffres anglais)
  • et causent des effets secondaires graves comme on n’a jamais vu dans le monde de la médecine, tel que l’illustre par exemple cette extraction de la base américaine de recensement des effets indésirables suite à vaccination (le VAERS), extraction de août 2022, tous vaccins confondus depuis le début de l’existence du VAERS :

Eh ! Heureusement que les injections COVID-19 ont ralenti en 2022, ça se ressent immédiatement sur les chiffres d’effets secondaires !

Reprenons les élucubrations de ce document : « il est important de renforcer le message que les vaccins COVID-19 actuels (vaccins monovalents ciblant virus SARS-CoV-2 d’origine) continuent d’offrir des niveaux élevés de protection contre l’hospitalisation, la maladie et la mort. La vaccination demeure le moyen le plus fiable d’éviter les maladies graves, réduisant ainsi la mortalité due au COVID-19. »

Double mensonge ! Double mensonge qui tue des gens. Mensonge, car ces injections ne protègent pas des formes graves (au contraire, elles les accentuent) et mensonge, car il existe des médicaments qui, eux, diminuent les formes graves.

Voici donc ces gens qui nous mentent éhontément :

D’après leurs CV en ligne, une psychologue, une interprète, une avocate et un docteur en … écologie, voilà donc la fine équipe qui conseille l’UE en matière de santé, qui préside à l’injection de 450 millions d’européens. Du très lourd.

Le Pr. Raoult n’a plus qu’à aller se rhabiller, c’est sûr.

Et donc, quelques unes des préconisations à l’UE de nos bons petits curés de la foi covidiste :

  • Poursuivre les stratégies nationales de vaccination contre la COVID-19
  • Promouvoir l’absorption de doses de vaccin supplémentaires et promouvoir l’achèvement de la série primaire par ceux qui ne l’ont pas encore fait
  • Regrouper COVID et grippe dans les indicateurs de gravité à utiliser : incidence des maladies respiratoires aiguës sévères (SARI) dues au COVID-19 ou à la grippe par âge ; mortalité attribuée à la COVID-19 ou à la grippe selon l’âge
  • Combiner les campagnes de vaccination contre la COVID-19 et la grippe
  • Utiliser le certificat numérique COVID de l’UE au cas où la situation épidémiologique de cet automne et de cet hiver obligerait les pays à réintroduire temporairement des restrictions de voyage

Putain, on s’y attendait pas.

A la lecture de la conclusion, on se pince, on doute. Suis-je en plein cauchemar ?

« L’UE est déterminée à jouer un rôle moteur dans les négociations sur un nouvel accord international juridiquement contraignant sur la prévention, la préparation et la réaction en cas de pandémie. L’Union disposera bientôt d’un nouvel ensemble d’outils pour achever la révision du cadre de sécurité sanitaire de l’UE et pour renforcer l’infrastructure et les processus nécessaires à la mise en œuvre des mesures de préparation et de réaction à la COVID-19. »

Mais qui sont ces gens ?

Stella Kyriakides, Sandra Gallina, Claire Bury, Ladislav Miko ?

Pour qui se prennent-ils ? Jamais élus, qui les a mis là ? Devant qui sont ils responsables ? Comment peut-on les laisser divaguer ainsi lorsque leurs divagations ont tant de conséquences délétères sur nos vies ?

Il faudra bien qu’un jour ils répondent de leurs actes, c’est à dire de leurs écrits, devant des vrais gens, un tribunal populaire.

La triste farce de la prétendue protection contre les formes graves des injections ARNm, suite et fin (?)

L’Agence britannique de sécurité sanitaire, la UK Health Security Agency ou UKHSA, l’équivalent britannique de notre HAS, cherchait depuis des mois une excuse pour arrêter de publier les données, car celles-ci montraient clairement que la population vaccinée souffrait d’immenses dommages au système immunitaire, avec des taux de cas, d’hospitalisation et de mortalité pour 100 000 plus élevés parmi la population entièrement vaccinée. Il existe quelques données qui ont subsisté en ligne pour quelques semaines particulières (Week 3, Week 7 et Week 13)

Mais une autre agence gouvernementale britannique, connue sous le nom d’Office for National Statistics (ONS), un peu comme notre INSEE, vient juste de publier, ce 6 juillet 2022 dernier, des données sur les décès par statut vaccinal. Enfin, serait-on tenter de dire ! Toujours rien en revanche bien sûr pour la France.

Ce dernier ensemble de données de l’ONS est intitulé « Décès par statut de vaccination, Angleterre, 1er janvier 2021 au 31 mai 2022 », et il peut être consulté sur le site de l’ONS et téléchargé ici (pour ceux qui veulent s’amuser à refaire des calculs).

Comme l’indique le titre du dataset, on y trouve beaucoup de tables, comptabilisant le nombre de morts et les mortalités réajustées de l’âge, selon le statut vaccinal, par tranche d’âge, et liée au COVID ou pas, le tout mois par mois depuis le 1er janvier 2021.

Étant donné le caractère assez volatil de certains critères (doit-on faire confiance à la classification de mort liée au COVID ? pourquoi réajuster par rapport à 2013 ? doit-on s’intéresser à la période de début d’inoculation où peu de gens étaient « vaccinées » ? etc), j’ai préféré faire un petit calcul simple (simpliste ?) mais parlant. Enfin, je crois.

Depuis le tableau 1, j’ai juste extrait, mois par mois, le nombre de morts toutes causes confondues (pour pas m’encombrer de cette étiquette COVID à laquelle on fait dire n’importe quoi), en séparant d’une part ceux qui n’avaient jamais subi aucune inoculation et d’autre part, ceux qui s’étaient fait piquer au moins une fois (au moins une dose de cette merde). Et je ne me suis intéressé qu’aux chiffres à partir de septembre 2021. Pourquoi septembre 2021 ? Tout simplement parce que c’est grosso modo à partir de là que le taux de vaccination se stabilise à peu près en Angleterre entre 70% et 80%.

Et j’obtiens donc les chiffres suivants :

YearMonthVaccination statusCount of deathsTotal of deaths / monthPercentage of deaths / month
2021SeptemberUnvaccinated2172356776,09 %
2021SeptemberEver vaccinated335053567793,91 %
2021OctoberUnvaccinated2154390485,52 %
2021OctoberEver vaccinated368943904894,48 %
2021NovemberUnvaccinated2147388605,52 %
2021NovemberEver vaccinated367133886094,48 %
2021DecemberUnvaccinated2375422495,62 %
2021DecemberEver vaccinated398744224994,38 %
2022JanuaryUnvaccinated2166406235,33 %
2022JanuaryEver vaccinated384574062394,67 %
2022FebruaryUnvaccinated1493341064,38 %
2022FebruaryEver vaccinated326133410695,62 %
2022MarchUnvaccinated1437367853,91 %
2022MarchEver vaccinated353483678596,09 %
2022AprilUnvaccinated1349362343,72 %
2022AprilEver vaccinated348853623496,28 %
2022MayUnvaccinated1017304853,34 %
2022MayEver vaccinated294683048596,66 %

Chiffres qui sont beaucoup plus parlant une fois mis en graphique :

Tout le monde pourra noter que

  1. environ 95% des morts « tombent » chez les 75% de vaccinés (ça, c’est une putain d’efficacité négative les gars)
  2. cette part du nombre de morts « vaccinés » ne cesse d’augmenter (entre septembre et mai elle est passé de 94% à 96,6%).

Comme diraient les yankees « I rest my point ». Je m’arrêterai là. Si vous croyez toujours à la fable des labos et des gouvernants, on ne peut plus rien pour vous.

Ou alors, juste encore ça. Par rapport à la prétendue protection contre le COVID-19.

Le site, The Exposé, est aller plus loin dans l’analyse de ces données brutes. Malheureusement, c’est en anglais. Mais j’en ai extrait juste un graphique et une conclusion pour vous.

En partant du dernier ensemble de données du tableau 1 qui contient des chiffres sur les taux de mortalité par statut vaccinal en différenciant les décès impliquant Covid-19 et les décès n’impliquant pas Covid-19, et en se concentrant sur ce qui se passe depuis début avril 2022, juste donc sur les 2 derniers mois, ils ont pu montrer ça :

Leur conclusion est sans appel.

En Angleterre, les « vaccinés » représentent 94 % de tous les décès liés au COVID-19 depuis avril, dont 90 % étaient des triples/quadruples piqués.

Vivement les procès.

Protection contre les formes graves des injections ARNm, quelle (triste) farce !

Un article très intéressant (en anglais, évidemment, désolé) paru ce 4 mai 2022 sur l’Exposé, intitulé « Pfizer Documents reveal Medicine Regulators and Pfizer knew COVID Vaccine caused Vaccine-Associated Enhanced Disease » (VAED), que l’on peut traduire par

« Les documents de Pfizer révèlent que les organismes de régulation des médicaments et Pfizer savaient que le vaccin COVID causait des maladies VAED »

Des documents confidentiels de Pfizer que la Food and Drug Administration des États-Unis a été forcée de publier par ordonnance du tribunal confirment bien que Pfizer et la FDA savaient que des VAED (maladies provoquées par le vaccin) étaient une conséquence possible des injections d’ARNm.

Ils révèlent également qu’ils ont reçu des preuves de leur apparition, y compris plusieurs décès, mais les ont mises sous le tapis en affirmant « qu’aucun nouveau problème de sécurité n’a été soulevé ».

Les conséquences de cette dissimulation ? Les quelques rares données officielles du gouvernement (ici, le gouvernement UK) qui sortent encore (toutes les données triées par statut vaccinal ayant depuis été interdites en Angleterre, Écosse et Irlande) semblent bien confirmer fortement que les personnes entièrement piquées sont jusqu’à 2 fois plus susceptibles d’être hospitalisées avec Covid-19, et 2 à 3 fois plus susceptibles de mourir de Covid-19.

Quelques graphiques extraits de cette article.

Au final, une efficacité négative !

En conclusion, ces chiffres montrent que la plupart des individus doublement vaccinés ont deux fois plus de risques de mourir du Covid-19 que les individus non vaccinés à cause des VAED causées par le « vaccin », et Pfizer savait que cela allait arriver.

Allez, bonne 4ème dose !

Glissement de la fenêtre d’Overton vers l’odieux

Non vaccinés, non vaccinés, non vaccinés …

Ce matin, j’ai eu à subir une demi heure de chaîne de désinfo (ce que je ne fais jamais par moi-même), et franchement, ça fout la pétoche.

Un pilonnage façon mur de l’Atlantique où les importants qui sévissent dans les médias n’ont de cesse de te désigner, te montrer du doigt, te stigmatiser, te rabaisser, t’insulter. Nous serions responsables de tout, du prolongement de l’épidémie, de la saturation des hôpitaux, de la mort des vaccinés, de l’exaspération des chefs de service, de la suppression des libertés aux français, de la perte de sang froid de nos politiques, de tout j’vous dis …

Je les entends me traiter, moi !, d’égoïste, d’irresponsable, de désinformé, de débile inadapté, entraîné sans discernement dans des théories complotistes qui me dépassent !

Tout cela est à la fois tellement ironique et tellement effrayant.

Ironique car, paradoxalement, c’est exactement ce que je pense des ayatollahs de la piquouze qui se font injecter par conviction (je ne parle pas de ceux qui le font contraints et forcés) cet ARNm délétère en ne pensant qu’à leur gueule et en se foutant pas mal des conséquences de leur acte sur l’humanité tout entière. Ce sont eux, à mes yeux, les égoïstes décérébrés.

Et effrayant car je me demande où toute cette haine déversée à longueur d’ondes va nous mener. Je ne pense pas que ceux qui ne vivent pas cette ostracisation au quotidien puissent réellement se rendre compte de l’hostilité, d’un côté, et de la crainte, de l’autre, qui s’installent durablement dans notre pays.

Médias et politiques continuent consciencieusement de déplacer la fenêtre d’Overton vers l’abject. Tout un chacun, y compris des chefs de services anciennement trotskistes comme ce Grimaldi de théâtre, ne se met-il pas le plus sérieusement du monde à envisager que l’on puisse ne plus nous soigner (ou nous demander d’en payer les frais, ce qui revient sensiblement au même) ? Ne disserte-t-on pas le plus gravement du monde sur la légitimité de nous « emmerder », comme le souhaite le pervers psychopathe qui nous tient lieu de président de la république. Nous emmerder, nous qui refusons de participer à la perpétuation de ce virus en nous injectant un produit non immunisant en pleine pandémie ?

Où, quand et comment tout cela va-t-il finir ? Je n’en sais rien, je sais juste que je ne me suis jamais senti, en tant que français, autant en insécurité qu’aujourd’hui. Je sais que ce qui vient n’est pas joli.

Et j’en connais les responsables.

Covid et vaccin, le parti pris énigmatique européen

Pour faire suite (rapide) à mon billet du 1er décembre, voici sous la forme d’un tableau synthétique la liste des 10 vaccins anti-covid pour lesquels une autorisation d’urgence (EUL) a été enregistrée à l’OMS, liste sur laquelle j’ai ajouté la date d’autorisation équivalente au niveau européen (CMA) lorsqu’elle existe (pour 5 produits seulement).

Aucun vaccin traditionnel à virus inactivé (en vert dans mon tableau) autorisé en Europe ! Alors que certains (deux vaccins chinois, en l’occurrence) ont été enregistré à l’OMS dès mai et juin 2021. C’est vrai qu’ils sont chinois. Mais le virus lui-même n’est-il pas chinois également ? Et d’autre vaccins largement utilisés en Europe, comme celui contre la grippe, ne le sont-ils pas tout autant ?

Cette situation est-elle normale ? Ou là encore, et désolé si ça vous parait complotisse, n’est-il pas légitime de s’interroger sur les raisons qui retardent, voire interdisent, la mise à disposition des populations de produits à technologie connue et maitrisée, beaucoup plus sûrs et largement acceptés du grand public. Si le but est réellement d’enrayer la propagation du covid, cela vous parait-il avoir un sens ?

On en revient toujours à cette question lancinante : leur but est-il réellement sanitaire ?

Sources :