Tel est pris qui croyait prendre

Par défaut

Bon, d’habitude, je ne disserte pas sur de telles niaiseries.  Mais là, puisque mon ami Syd m’a taquiné sur le sujet en commentaire de mon billet précédent, je me sens dans l’obligation d’entrer dans la danse.

Syd, voici ma réponse.  Bien sûr, moi aussi, je suis chafouin, comme tu le sais ;-) et je vais donc te taquiner … un petit peu :-D , en toute amitié bien sûr.

Syd, sans déc, bêler avec la meute désinformante, c’est vraiment pas ton style !  Je sais que tu n’apprécies pas beaucoup M. Mélenchon, mais de là à colporter les inepties complotistes des chiens de garde qui ont tous, comme tu dois le savoir, utilisé cette photo pour affirmer, avec délectation, voire jubilation, qu’il n’y avait personne à la manif du 1er Décembre du Front de Gauche, franchement, il y a un pas de Guéant (Claude) !

Comme tu le dis, j’étais bien entendu à cette manif, comme d’hab, et d’après mon expérience, je dirais plutôt que nous étions dans les 70 000 – 80 000.  Quelque chose entre le stade Vélodrome et le Stade de France, à mon avis d’(ex?) amateur de foot.  100 000 ?  J’sais pas, peut-être pas.  Mais 7 000, comme le prétend Valls, ça, c’est totalement ridicule.  Et alors, 50, comme le soutiennent tous les médias décérébrés (presse écrite, radios et télés) ainsi que tous les partis politiques de droite, du PS au FN, c’est … j’sais pas … j’trouve pas de mot … on devrait même pas en discuter plus de 10 secondes si tout le monde exerçait, ne serait-ce que 5 minutes, leur raison plutôt que leur fiel ou leur ressentiment.

Je résume.  Quel est exactement le complot que ces énergumènes tentent de nous vendre ?  Et que beaucoup de nigauds peu informés (je ne parle pas de toi bien sûr, Syd ;-) ) sont trop heureux d’acheter ? Que TF1 et M. Mélenchon se seraient entendus pour créer une manipulation machiavélique tendant à faire croire aux gens (ou en tous cas aux téléspectateurs de TF1, donc déjà, pas moi) que la manif du Front de Gauche rassemblait beaucoup de monde alors qu’en fait il n’y avait personne ou uniquement la cinquantaine de clampins qui agitaient leur drapeau derrière M. Mélenchon pendant l’interview de Claire Chazal.

Bon, ok, puisqu’il faut perdre du temps, allons-y, jouons le jeu (pourtant, j’te jure, j’ai d’autres choses à foutre, mais juste pour te taquiner).  Alors, voici comment on décortique un enfumage (pourtant très amateur).  Toi, qui est adepte du re-open 911, tu sais comment on s’y prend !  Voici ma démonstration (ou en tous cas, ce que je crois être une démonstration) de la manipulation.  Démonstration en 4 temps :

  1. Cette photo ne représente pas la tête du cortège de la manif
  2. Mais, alors qu’est-ce que c’est que cette scène surréaliste ?
  3. Y’aurait-il quand même complot et à qui profite le crime ?
  4. Les sources, toujours les sources !

Lire la suite

Tout ce que vous dites est un tissus de propagande

Par défaut

Non, mais écoutez un peu jusqu’à quel point ces pauvres petits chiens de garde sont totalement imbibés du Dogme.  Et admirez leur mine incrédule et railleuse.  On sent bien que même le recadrage pourtant pédagogique, clair et argumenté (et plutôt calme, pour une fois, c’est à noter – je ne sais pas comment il fait pour ne pas exploser de rage en entendant de telles "questions") que M. Mélenchon leur assène en pleine figure ne les fait pas douter une seule seconde quant à leurs certitudes révélées (par la Main Invisible), leur foi aveugle aussi inébranlable qu’illusoire.

J’hésite entre pitié et aversion.  J’avoue plutôt pencher pour la seconde option.

Pour ceux qui ne savent pas de quoi on parle, voici un résumé de l’ANI et des 54 reculs qu’il contient.

Le peuple ne saurait prendre lui-même en mains ses destinées

Par défaut

"… car il est assez clair que ce peuple ne saurait prendre lui-même en main ses destinées" Paul Nizan, 1932

Cela faisait quelques temps que je n’avais pas trouvé le courage de baver ne serait-ce que quelques ridicules lignes de révolte ici-bas.  C’est vrai, ça, dans quel but ?  À l’intention de qui ?  Ceux qui me lisent assidument (je les en remercie) sont probablement déjà convaincus.  Et ceux qu’il faut convaincre afin qu’ils rejoignent nos rangs clairsemés … et bien ceux-là … ne me lisent probablement pas.  Beaucoup d’entre eux ne lisent d’ailleurs vraisemblablement pas grand chose, ou alors Gala, c’est à dire pas grand chose.  D’autres, peut-être Le Monde ou Libération, c’est à dire, pas beaucoup plus.

Putain, que c’est frustrant.

Tant pis.  Une nouvelle envie pressante de me soulager dans un Stradivarius m’a repris après le visionnage du film documentaire dont je vous parlais en janvier 2012, pour sa sortie en salle, il y a un an.

Il s’agit des Nouveaux chiens de garde, vous vous souvenez ?

Dénonciation virulente, quoique souvent sur un mode narquois maniant un malicieux second degré quelquefois déstabilisant, de l’inféodation des grands médias, et plus particulièrement de leurs vedettes, aux puissances capitalistes.  Décryptage d’une presse volontiers oublieuse des valeurs d’indépendance :-D, d’objectivité :-D et de pluralisme :-D qu’elle prétend incarner et mise à nu de ses journalistes, éditorialistes et experts médiatiques devenus évangélistes du marché et gardiens de l’ordre social.

Bon, je sais, c’est quand même 1h40.  C’est vrai qu’en 1 heure 40 minutes, on peut regarder plein d’autres émissions bien plus utiles.  Comme … j’sais pas moi … 2 épisodes des Experts, peut-être même 3 avec un peu de chance …. ou un Koh-Lanta … ou le Grand Journal incluant le Petit de Yann Barthès … ou un "C dans l’air" intégral … ou un 20h00 de Claire Chazal suivi d’un 20h00 de David Pujadas (putain quelle chance!) … ou un édito économique de Christophe Barbier sur i>Télé en boucle une bonne centaine de fois (le pied!) … ou un bon Sylvester Stallone qui sauve le monde avec son pote Bruce Willis pour se détendre parce qu’on a pas envie de se faire chier en rentrant du boulot avec les conneries de la politique, d’toute façon, c’est tous les mêmes, ma pauv’Lucette !

Pas grave.  Pour ceux qui ont du temps à perdre pour prendre en mains leur destinée, je me permets de diffuser quand même ce film afin de tenter de lutter, de manière dérisoire j’en suis malheureusement bien conscient, contre cet état de fait absolu énoncé par "ce brave" Franz-Olivier Giesbert (FOG pour les intimes) lui-même dans le film:

"Le vrai pouvoir stable, c’est le pouvoir du Capital.  Ça, c’est le vrai pouvoir.  Il est tout à fait normal que le pouvoir s’exerce [sur les médias]"

[EDIT 14/12/2012] J’ai retiré la vidéo suite au commentaire avisé de Marc Siramy ci-dessous.  Vous pouvez néanmoins acheter le DVD (chose que j’ai faite) ici, ici ou encore .  Tiens, voilà une bonne idée de cadeau pour Noël, pour votre belle sœur réactionnaire ou pour votre cousine indignée mais non votante.  Si vous ne pouvez vraiment pas vous le permettre, il faudra attendre que le film soit disponible gratuitement sur Internet.  Vérifiez régulièrement sur ma Télé, je l’y mettrai dès que ce sera possible.

Fiche technique

Documentaire – France – 2011

  • Réalisation : Gilles Balbastre, Yannick Kergoat
  • Scénario : Serge Halimi, Pierre Rimbert, Renaud Lambert, Gilles Balbastre, Yannick Kergoat
  • Production : Jacques Kirsner, Anne-Marie Marsaguet,
  • Image : Laurent Fénart, Alberto Marquardt, Guillaume Deffontaines
  • Son : Laurent Malan, Philippe Fabbri, Romain Degueltz, Olivier Walczak, Julien Cloquet
  • Direction artistique animation : Joris Clerté (Petite Ceinture)
  • Musique : Fred Pallem
  • Infographie : Arnaud Lamborion
  • Documentaliste : Valérie Massignon
  • Montage : Yannick Kergoat, Marie-Pierre Camus
  • Production : JEM Productions

Un Américain pour sauver l’honneur … d’une profession

Par défaut

La bonne nouvelle, c’est que ça commence à devenir insupportable pour beaucoup de monde.  Les féroces chiens de garde du système que sont les "grands" médias français, les "grandes" chaines de télé ou de radios, les "grands" titres de la presse écrite, leurs "grands" journalistes, éditorialistes, analystes et experts, sont maintenant découverts pour ce qu’ils sont par le très grand nombre.  Nous, nous le savions déjà et je le dénonce d’ailleurs souvent ici.  Mais qu’il m’est doux aujourd’hui de lire par exemple cet article de Marianne, en forme de mea culpa involontaire , qui dénoncent la partialité et le gigantesque fiasco journalistique que représente la campagne électorale de 2012.

Avant d’en venir au sujet principal de ce billet, un article paru récemment dans The Guardian, faisons un point rapide sur l’état de ce fiasco journalistique français (c’est pas moi qui l’ait dit, cette fois ;-)).

Personne ne doute plus aujourd’hui que, babines retroussées, crocs sortis, bave à la commissure des lèvres, jarrets tendus, toutes griffes dehors, nos braves médiacrates français n’ont pour seul et unique objectif que de défendre et évangéliser les bienfaits de la pensée unique, de la doxa néolibérale et de son arme de destruction massive, le bipartisme accommodé à la sauce du vote utile.  Jean-Luc Mélenchon, comme d’autres insoumis, est donc à leurs yeux un hérétique honni qui doit être remis au plus vite, si ce n’est sur le droit chemin, tout au moins dans sa boite de 3% d’intentions de vote.  Il subit donc, comme il se doit, le tir d’artillerie lourde de la part de nos grosses têtes de la propagande.  L’Acrimed a publié une excellente revue des "meilleurs" portraits stérilement et naïvement à charge éructés par quelques uns des plus célèbres médiacrates français à l’encontre du candidat du Front de Gauche.

Sur la forme, citons quelques perles de nos grands penseurs:

Lire la suite

Indignez-vous contre le vote pseudo-utile !

Par défaut

« Ralliez-vous à la gauche que dirige François Hollande ! ».  Voilà tout ce que Stéphane Hessel a trouvé à dire à Jean-Luc Mélenchon !

Un appel au vote utile venant d’un résistant !  Hallucinant !  Irréel !  Je rappelle qu’il a vendu plusieurs millions d’exemplaires de son ouvrage (enfin, petit opuscule de 20 pages pour être précis) « Indignez-vous » paru en fin d’année 2010 dans lequel il mettait en cause notre système économique, dénonçant les écarts de richesses grandissants.  Citons:

"Nous n’avons pas su tirer les leçons des erreurs de la crise économique, pourtant dévastatrice."

"L’écart entre les plus pauvres et les plus riches n’a jamais été aussi important: et la course à l’argent, la compétition, autant encouragée."

"L’actuelle dictature internationale des marchés financiers (…) menace la paix et la démocratie."

Et de proposer comme alternative que "l’intérêt général" prime sur "l’intérêt particulier", et le "juste partage des richesses créées par le monde du travail" sur le "pouvoir de l’argent".

Cela était très bien dit.  On ne saurait qu’approuver.  C’est la ligne directrice du Front de Gauche.  Alors je me demande: mais où est donc passée cette « indignation » tant plébiscitée et publicisée il y a à peine 13 mois ?

Car enfin j’aimerais bien comprendre contre quoi exactement on s’indigne en votant François Hollande ?

Lire la suite