Le blog du rouge qui saoule


C’est quoi encore ce foutu blog, vous demandez-vous excédé ?  Ben, rien de bien original.  Juste quelques petits bouts d’information peu (ou pas) relayés dans les « grands médias » par les experts de la désinformation, les médiacrates de la pensée officielle, les chaines de TV du salon, les stations radio de l’autoradio ou les journaux de votre libraire.

J’essaie de mettre quand même quelques vrais gros morceaux de politique, d’économie et d’économie politique dedans. Mais attention, je ne suis pas journaliste.  J’ai un vrai métier à côté 😉 . En même temps, il y a tellement de choses que je ne suis pas ! Comme photographe ou mathématicien, et cela ne m’empêche nullement de m’intéresser à l’exposition par faible lumière ou aux conjectures célèbres.

J’essaie de rester honnête sur les faits et de sourcer ce que j’avance.  En revanche, puisque choisir ses mots, c’est choisir son camp,  il va de soi que mes billets sont complètement subjectifs, partiaux et même engagés.  Et pour les nigauds qui hésiteraient à me situer sur l’échiquier politique, ceux qui n’auraient donc capté aucun des indices pourtant ostensiblement placés à dessein sur mes pages (titre du blog ou citation de Rousseau en exergue), je précise que, bien que non encarté (« sans parti, mais partisan de l’âme », comme dirait D. Saez.), je suis … de gauche, tout simplement de gauche (donc à mille lieux des idées du PS pour que tout le monde comprenne).

Ce blog est modéré par … moi-même.

Je supprimerai donc sans aucune explication ni aucun remords tous les commentaires racistes, xénophobes, antisémites, islamophobes, homophobes ou qui, plus généralement, me paraitront insultants, outrageants ou diffamatoires.

Même sanction pour les messages … comment dirais-je … lourdingues.  Je parle des messages qui me donneront l’impression d’avoir été rédigés par des adolescents tout juste post-pubères, probablement étudiants en école de « business » et vouant une foi aussi récente qu’inébranlable dans le Dogme néolibéral  (je présente mes excuses pour cet amalgame aux étudiants en business school qui ont su résister à la lobotomie 😉 ).  Attention, les adultes peuvent aussi se faire censurer sur ce blog.  Je m’adresse ici à vous, les forcenés adeptes du « lorsqu’on veut, on peut », vous qui crachez en permanence sur l’État et les assistés, vous qui vous croyez absous par Adam Smith pour ne privilégier que vos intérêts particuliers, vous les winners étatsunidolâtres, je vous le dis, vous avez franchement intérêt à travailler votre argumentation si vous voulez laisser quelque trace dans cette auberge rouge.  Argumenter (ou tenter d’argumenter dans votre cas, ce sera déjà pas si mal 😉 ) soit, mais ânonner votre catéchisme béat, ni comptez pas.  Le TINA* ne passera pas par moi, ni par mon blog.

De toute manière, d’expérience, il est souvent inutile de discuter avec les évangélistes du Dogme puisque par définition, leur vérité étant révélée, on ne saurait avancer quelque argument rationnel qui puisse les atteindre.

Marc, le rouge qui saoule

*TINA = « There Is No Alternative », ou « il n’y a pas d’alternative » en français.  Célèbre argument de Margaret Thatcher à propos du libéralisme pour remettre au goût du jour dans les années 80, à l’aide de son complice Ronald Reagan du régime étasunien, les mythes du marché et de la concurrence libre et non faussée, refondant ainsi le Dogme qui s’est aujourd’hui répandu universellement comme le virus létal qu’il est.   Elle est d’ailleurs quelquefois surnommée Tina Thatcher.  Heureusement, elle est enfin … morte.

« la République, c’est proclamer que les citoyens des grandes nations modernes, obligés de suffire par un travail constant aux nécessités de la vie privée et domestique, auront cependant assez de temps et de liberté d’esprit pour s’occuper de la chose commune. »

Jean Jaurès, 1903