Les financiers en ont rêvé, les politiques le font

Imaginez …

Imaginez une créature, que l’on appellera MES pour l’instant, constituée ainsi:

« Article 8: Le capital social s’élève à 700 milliards d’euros. (…) »

« Article 9: (…) Les Membres du MES, irrévocablement et inconditionnellement, s’engagent à payer sur demande l’appel de capital effectué par le Directeur Général conformément au présent paragraphe, cet appel devant être payé dans les sept (7) jours suivant la réception de ladite demande. (…) »

« Article 10: Le Conseil des Gouverneurs (…) peut décider du changement du capital social et de la modification de l’article 8 et l’annexe 2 en conséquence. (…) »

Les membres du MES sont des états.  Voilà donc une institution qui peut demander, quand elle le veut, autant d’argent qu’elle veut et les états membres ont, de manière irrévocable et inconditionnelle, 7 jours pour payer.  Déjà, c’est du très lourd.  Mais avançons un peu: Poursuivre la lecture de « Les financiers en ont rêvé, les politiques le font »

Rappel: candidature de la Palestine à l’ONU dans 5 jours

JPEG - 311.2 ko

Je rappelle (voir mon message du mois d’août) que, sauf surprise de dernière minute, le 20 septembre prochain, dans 5 jours donc, l’Organisation des Nations unies (ONU) sera saisie de la candidature officielle d’adhésion de la Palestine. Selon les observateurs, plus de 129 Etats – c’est-à-dire la majorité des deux tiers requise pour l’admission d’un nouveau membre – ont d’ores et déjà annoncé qu’ils voteraient en sa faveur. Quinze à vingt autres envisageraient d’en faire autant. On ignore, en revanche, le verbatim de la (ou des) résolution(s) soumise(s) à l’Assemblée générale.

S’il s’agissait effectivement d’accueillir formellement un nouvel Etat, il faudrait saisir le Conseil de sécurité, au sein duquel les Etats-Unis ont annoncé qu’ils useraient de leur droit de veto.[…]

Pour mieux comprendre ce qui est en jeu, je propose cet excellent, quoique très bref, dossier dans Les Blogs du Monde Diplomatique: « Un Etat palestinien, mais lequel ? » par Dominique Vidal.

Je rappelle également que Barack Obama était partisan, pendant sa campagne électorale, et encore tout récemment en mai dernier lors d’un discours sur le monde arabe, d’un état Palestinien dans ses frontières de 1967.

Va-t-il encore une fois faire machine arrière, rogner sur ses prétendues convictions, en bref, baisser son froc ?

Le FMI pris la main dans le Dogme

Un rapport intéressant est sorti en Juin 2011 et personne, ou presque, n’en a parlé (seul le Monde Diplo à ma connaissance).  Comme d’habitude.  En même temps, il faut reconnaître que cela coïncidait avec l’éclatement de l’Affaire (vous savez, l’affaire people américano-française, l’affaire qui est juste nommée d’après un acronyme).  La situation ne manque d’ailleurs pas d’ironie puisqu’il s’agit justement d’un rapport concernant le fonctionnement du Fond Monétaire International (FMI ou IMF en anglais).  Que n’a-t-on pas entendu sur le rôle positif du bon docteur Strauss-Kahn au sein du FMI !  A en croire les « experts », « éditorialistes » et autres doctes « commentateurs » qui sévissent en permanence sur nos médias et dans notre presse, sa présidence avait permis de transformer l’institution financière mondiale en organisation humanitaire coopérative gauchiste dévouée à la seule instauration de la justice humaine universelle (j’exagère à peine ;-)).

Or, il est évident pour toute personne regardant les faits d’un peu plus près, que le FMI a toujours été, est et reste une institution financière au service exclusif du Dogme néo-libéral de manière générale, et des intérêts de la finance en particulier.  Que ce soit sous Camdessus, Strauss-Kahn ou maintenant Lagarde, le FMI Poursuivre la lecture de « Le FMI pris la main dans le Dogme »

La dette souveraine des pays européens

L’histoire officielle à dormir debout

Les apôtres du Dogme montent la garde. Leur clergé, à tous les niveaux, simples curés, évêques et cardinaux, tient les media et les postes de pouvoir. Ils continuent de répandre la bonne parole. L’évangélisation a réussi. Chaque jour, ils nous le martèlent : « tout cela est très compliqué, mais croyez-nous, il n’y a rien d’autre à faire. C’est dur mais c’est comme ça que ça marche. C’est la mondialisation. »  Les bons croyants, du coup, ils font confiance. C’est normal, c’est dans leur nature. En plus, « les apôtres, ils sont savants, et ils sont tous d’accord entre eux, ils ne peuvent donc dire que la vérité pure et aveuglante ». Et ainsi certains portent même à leur tour la parole sainte aux détours de repas entre amis ou de discussions enflammées avec quelque sauvage qui n’a pas encore été converti. Poursuivre la lecture de « La dette souveraine des pays européens »

Europe: programmes de stabilité et programmes de réforme

La page du site de la Commission liste ses « recommandations » économiques pour chacun des 27 pays de l’UE:

« Country-specific Recommendations 2011

With the publication of 27 country-specific recommendations on 7 June 2011, the Commission has taken another decisive step to support each Member State in delivering growth and jobs – and thus put the whole EU economy back on track. The recommendations are based on a thorough assessment (Staff Working Papers) of every Member State’s plans for sound public finances (Stability or Convergence Programmes, or SCPs) and policy measures to boost growth and jobs (National Reform Programmes, or NRPs). » Poursuivre la lecture de « Europe: programmes de stabilité et programmes de réforme »