Programme de Macron 2017 : en marche vers le vide

L’élection présidentielle 2017 est dans moins de trois mois.

Il est grand temps de s’intéresser aux programmes de nos impétrants.

Commençons, si vous le voulez bien, par le poulain des médias du CAC40, le fils prodigue de BFM TV et du Point, le favori de ces dames du Siècle, le héraut du mépris de classe, j’ai bien sûr nommé l’infatué Macron.  Pour trouver son programme, il suffit de suivre le lien approprié sur son site.

Magnanime, j’ai décidé de vous aider en vous l’indiquant sur l’image ci-dessous :

Le programme de Macron peut se résumer ainsi : le vide intense avec des gros morceaux de rien dedans.  Une jolie peinture transparente mâtine le tout.

Je reconnais que j’exagère un tantinet car, en attendant la copie définitive (aux dernières nouvelles, les actionnaires de la banque Rothschild seraient sur le point d’y apposer le point final), on peut d’ores et déjà, grâce à quelques fuites de notre source secrète infiltrée au plus profond de l’équipe de travail Rothschildienne, révéler deux ou trois petites choses sur son futur programme.  On sait que le jeune réactionnaire Macron veut être président parce que Rothschild le vaut bien, qu’il aura 577 candidats En marche aux législatives pour attraper des brins de néant (des astrophysiciens des trous noirs ont été contactés pour aider à leur localisation), que les cendres de Mme Thatcher la Salope seront transférées au Panthéon (à côté de E. Zola) durant le quinquennat et que l’assurance maladie ne remboursera plus que la vaseline.

Et dire que quelques niais comptent réellement voter pour cet ectoplasme !  Ça fait froid dans le dos.

Les rouages de l’évasion fiscale dans la lutte des classes

Rencontre avec Monique et Michel Pinçon-Charlot, sociologues, autour de leur nouveau livre, «Tentative d’évasion (fiscale)», paru aux Editions Zones-La Découverte, et David Leloup, journaliste indépendant et réalisateur du film «L’homme qui voulait détruire le secret bancaire» (A Leak in Paradise).

Dans cette nouvelle émission «Regards», Monique Pinçon-Charlot, Michel Pinçon et David Leloup démontent les rouages de l’évasion fiscale et ses enjeux politiques. Depuis les plages paradisiaques des îles Caïman jusqu’au cœur de nos États où s’organise la fraude à grande échelle, ils mettent en lumière le cynisme et la cupidité des plus riches, mobilisés pour accumuler toujours plus d’argent… sur le dos des peuples.

Une émission proposée par la FGTB wallonne & produite par le CEPAG.

Réalisation: Yannick Bovy – Octobre 2016 – 29’30.

A voir également en ligne sur
www.fgtb-wallonne.be
www.cepag.be

Les ordres 2016 de l’UE à la France, orgie néolibérale habituelle

Avant, chaque année depuis leur instauration en 2011, je les traduisais, les analysais, les commentais …

Mais ça, c’était avant.  Avant que je me rende compte, tout à mon affliction, que tout le monde s’en battait les tuuuut, en fait.  Je veux parler des recommandations de réformes que la Commission Européenne (sous le masque translucide du Conseil Européen) se permet de donner à chacun des 28 membres de l’Union, en sa qualité de … ben de j’sais pas quoi en fait, dans le cadre de la fameuse procédure du « Semestre Européen » dont je vous ai si souvent parlé.  Ainsi, en 2011 année de la création du triste semestre, puis en 2012 et finalement en 2013.

Et puis ce weekend, je suis encore tombé sur des gens (je ne me suis pas fait mal, ne vous inquiétez pas), fort bien intentionnés au demeurant, qui ne semblaient pas vraiment se rendre compte que les actes politiques d’aujourd’hui (tiens, comme le projet de loi El Khomri), sont les conditions d’existence de demain, ou, translatées dans le temps, que les décisions politiques d’hier sont notre environnement d’aujourd’hui.  La dialectique matérialiste toussa-toussa …

Ainsi, le Semestre Européen d’hier (ou le TSCG puisque le Semestre est maintenant intégré au TSCG) autorisent la Commission Européenne a dicté ses recommandations de réformes aux nations de l’UE.  Et le TAFTA (ou TTIP) d’aujourd’hui permettra, s’il est signé, à la société Coca-Cola (par exemple) d’obtenir des dommages et intérêts faramineux de la part de l’État français (c’est à dire, nous) si ce dernier s’obstine à vouloir maintenir (par exemple) un rétrograde salaire minimum en France, l’empêchant ainsi de réaliser les bénéfices auxquels elle pourrait raisonnablement s’attendre si on pouvait payer ces gueux à 1 € de l’heure comme dans tout bon pays civilisé.

Bref, j’ai lu les recommandations 2016 de la Commission concernant la France.  On peut trouver le document, bien à sa place, au milieu du tableau contenant également les 27 autres listes de recommandations nationales.  Et force est de constater que les commissaires passent (avant c’était Barroso le Commissaire en Chef, aujourd’hui c’est Juncker) mais les recommandations persistent, toujours les mêmes, inébranlables, intransigeantes, obstinées, glaçantes, impitoyables (cruelles) et pitoyables (risibles) à la fois.  Devant un tel aveuglement dogmatique radicalisé, je n’ai pu résister à l’envie de vous les faire partager encore une fois.

Mais, comme évidemment rédigées en novlangue européolibérale, elles nécessitent une traduction minimum afin d’être mieux digérées des néophytes pas très au fait des belles choses de cette Union qui nous protège (mais de quoi ? faudra bien qu’un jour on se pose la question quand même).

Un petit document, d’à peine 8 pages.  Dense.  Un splendide concentré d’homélie ultralibérale, un inventaire à la Prévert d’exhortations prosélytes au dieu Compétitivité (amen).

Le sermon commence, comme il se doit, par les « considérants ».  Que je vous ai traduits :

Poursuivre la lecture « Les ordres 2016 de l’UE à la France, orgie néolibérale habituelle »

Ken Loach : « Comment voulez-vous ne pas être en colère ! »

Deux extraits de « I, Daniel Blake » le dernier film de Monsieur Ken Loach et nouvelle Palme d’Or Cannes 2016 :

Mais les sociaux-démocrates n’ont jamais été de gauche ! Pour moi ils ont toujours été de droite, d’une façon ou d’une autre. De droite extrême ou modérée. Mais jamais de gauche. Blair n’était pas un homme de gauche, Brown n’était pas un homme de gauche. La guerre impérialiste en Irak à laquelle nous avons participé, ce n’est pas la gauche, c’est la droite dure ! Pour les sociaux-démocrates, la première priorité est que le patron fasse des profits. Avant tout le reste. Pour moi la vraie gauche doit se distancier au maximum des sociaux-démocrates et mettre la défense des travailleurs en tête de ses priorités. »  Ken Loach, Cannes 2016

Monsieur Ken Loach, pour les sauvages qui ne le connaitraient pas, c’est un engagement humaniste constant, la fidélité et la lutte, le politique au cœur du quotidien, c’est plus de 20 films réalistes et touchant, un regard implacable et fin sur notre société capitaliste et ses ravages, un récit « vu d’en bas » de l’histoire du vingtième siècle de la Grande Bretagne (une histoire populaire de la Grande Bretagne aurait dit Howard Zinn), c’est la dénonciation intelligente de la vulnérabilité des plus démunis, c’est aussi le rouge de Manchester, ses banlieues industrielles, ses fish & chips et ses équipes de foot (enfin, surtout United) …  Un bel homme de gauche.  Voici, une (très) petite rétrospective (à peine 1 minute) de quelques uns de ses films, réalisée en 2012 lorsqu’il a reçu le 4e Prix Lumière au festival Lumière 2012 à Lyon :

« J’ai entendu parler de votre ministre de l’Economie, oui. Et je crois que ce qu’on voit dans le film est inévitable si on ne continue pas à se battre. Vous savez, c’est quelque chose qui est à l’œuvre à travers toute l’Europe, à différents stades. Depuis 40 ans, la Grande-Bretagne est le pays qui applique les préceptes du néo-libéralisme de la façon la plus agressive. Depuis Margaret Thatcher, nous sommes ceux qui avons lancé les premiers la privatisation de l’industrie et des services publics. Des politiques qui ont entraîné la destruction de l’Etat-providence et de ses bienfaits pour les citoyens. Aujourd’hui, c’est l’Union européenne qui pousse en faveur de ces décisions qui favorisent les profits des grandes corporations. On voit le résultat en Grèce… Et ne vous trompez pas : ça va vous arriver aussi en France ! »  Ken Loach, Cannes 2016

Son film « The Spirit of ’45 » explique tout ce que l’équivalent de notre CNR outre-Manche avait mis en place à la sortie de la guerre et que les « réformes » néo-libérales (comme la loi El Khomri)  détruisent peu à peu depuis les années Thatcher dans tous les pays occidentaux (à divers stades d’avancement, ou plutôt de régression) :

« [Blair hier et Hollande aujourd’hui] estiment qu’être de gauche, c’est se mettre au service des entreprises pour qu’ils fassent des profits. Et que si à la fin on peut laisser un euro aux pauvres, c’est suffisant. Ce qu’ils oublient, c’est que le profit réclame des travailleurs mal payés, des taxes les plus faibles possibles et des compagnies privées qui contrôlent tout. Les sociaux-démocrates veulent peut-être faire le bien. Mais face à la loi du marché, c’est perdu d’avance. »  Ken Loach, Cannes 2016

Monsieur Ken Loach reçoit donc sa (deuxième) palme d’or pour son film « I, Daniel Blake » à Cannes ce weekend :

« Le drame le plus terrible, c’est la faim. Avec Paul, nous sommes allés à Nuneaton, ma ville de naissance, dans les Midlands. Nous avons rencontré un jeune homme qui faisait des petits boulots, ici et là. Il habitait dans une petite chambre, financée par une association de charité. Il avait pour seul mobilier un matelas sur le sol et un vieux réfrigérateur… On a ouvert la porte et il n’y avait rien dedans. On lui a demandé pendant combien de temps il lui arrivait de ne pas manger et il a dit : « quatre jours, la semaine dernière ». Il avait 19 ans, il aurait pu être mon petit-fils, et il n’avait pas mangé pendant quatre jours ! » Ken Loach, Cannes 2016

Standing ovation pour Monsieur Ken Loach.  Tout le gratin Cannois debout, la larme à l’œil, le papillon de guingois et la robe fendue, qui applaudit notre vaillant révolutionnaire socialiste octogénaire et qui pourtant, n’en doutons pas, dès les prochaines élections s’empressera de retourner bien vite au bercail droitier en votant pour un Hollande ou un Sarkozy, un Valls ou un Juppé, un Macron ou un Lemaire, un Montebourg ou une Kosciusco-Morizet, bref l’un quelconque des innombrables thuriféraires du système que dénonce précisément Monsieur Ken Loach depuis des décennies.  « Parce qu’il est bien gentil, le Ken, mais faut pas déconner, l’est quand même un p’tit peu trop rouge à not’goût. »

« Disons que je suis en colère au nom des autres. Regardez, nous sommes assis ici à Cannes, face aux yachts de milliardaires. Quelle ironie bizarre… Mais comment voulez-vous ne pas être en colère devant les choses que je vous décris ? J’espère transmettre ce sentiment à travers mon film. »  Ken Loach, Cannes 2016

Merci Monsieur Ken Loach.

(Interview source des citations de Ken Loach)