De Juncker ou Tsipras, lequel ment ?

Comme chacun sait, le 26 Juin 2015 au soir, vendredi dernier, le gouvernement grec, après cinq mois de confrontation exténuante, renonçait à perdre d’avantage de temps et d’énergie dans de pseudos négociations avec les « institutions » – anciennement appelées la Troïka et qui comprennent toujours la Commission Européenne du malsain Juncker, le FMI de la nocive Lagarde et la Banque Centrale Européenne du pernicieux Draghi ; ajoutez à ce trio infernal le funeste Obama et vous obtenez les quatre cavaliers de l’Apocalypse.

Juncker, et dans son sillage la ribambelle de veules petits chefaillons dirigeant pour son plus grand malheur la belle Europe ainsi que la tripotée de serviles petits chroniqueurs et éditorialistes sévissant dans tous les bons médias près de chez vous, tente de nous expliquer, affolé, que la responsabilité de cette rupture incombe uniquement à ces fourbes de grecs :

« Vendredi encore, après des mois et des mois de discussions et de débats, nous étions une fois de plus déterminés, patients, autour d’une table à travailler au meilleur accord possible.  Cet élan a été brisé de façon unilatérale par l’annonce du référendum et par la volonté de faire campagne sur le « non » à cet accord, et surtout en ne disant pas toute la vérité », déclare-t-il

Le gouvernement grec de M. Tsipras ne dirait donc, selon M. Juncker, pas toute la vérité quand il dénonce un ultimatum inacceptable qui nie le choix démocratique du peuple grec (qui s’est exprimé clairement en janvier dernier pour la fin des politiques d’austérité à la sauce européiste).  M Juncker, après les rituels verbiages et creuses ritournelles à base de diverses permutations des mots « Europe », « Démocratie », « Paix », « Réconciliation », « Volonté », « Dialogue », « Vertueux », ou encore « Solidarité », et se laissant probablement emporter par une crise de vapeurs Eltsiennes, ajoute même :

Il n’y aurait, selon-lui, aucune réduction de salaires ni de pensions de retraites dans ce plan, se défend-il. Et ce serait même un plan d’équité sociale et de croissance économique !  Nous allons y revenir.

« Ce n’est pas un plan d’austérité stupide ! » déclame-t-il même, l’air inspiré, façon Actor’s Studio.  Mais c’est qu’il m’aurait presque fait douter, le fourbe !  J’ai donc voulu vérifier.  Rien de plus facile, car figurez-vous que le sieur Juncker, dont seule la balourdise dépasse la sournoiserie, n’a rien trouvé de mieux que de publier, croyant probablement que personne, et surtout aucun « journaliste », n’aurait l’outrecuidance d’aller jusqu’à … la lire, la dernière proposition de la Commission Européenne, celle-là même repoussée par M. Tsipras et ses vigoureux négociateurs.

La voici également sauvegardée sur mon site avec quelques passages importants surlignés.

Même si la question ne déborde pas d’un suspens haletant, voyons donc qui de messieurs Juncker ou Tsipras ment effrontément.

Lire la suite

Russophobie manipulatrice ou la crise Ukrainienne vue par M. Chevènement

Même si je n’en partage pas complètement toutes les analyses, je me permets de reprendre de larges extraits de ce texte de Jean-Pierre Chevènement paru dans le Monde Diplo de Juin 2015 (et réservé en principe aux abonnés, dont je suis) afin que chacun, et en particulier mes amis proches qui, pour la plupart, sont persuadés que je dors avec un portrait de Poutine au dessus de mon lit, afin que chacun, disais-je donc, puisse voir ce qu’est une réflexion lucide, pondérée, indépendante, cultivée, intelligente et, pour tout dire, à mille lieues du manichéisme ambiant qui règne dès qu’on évoque, par ces temps troublés, le mot de Russie ou pire, le nom de Poutine (vade retro !).

Vue la publicité que je leur fais en permanence sur ce blog, j’espère que le Diplo ne m’en voudra pas trop et qu’ils ne me poursuivront pas pour avoir mis en libre accès des pans importants d’un contenu normalement payant.  D’ailleurs, j’en profite pour en remettre une p’tite couche (on sait jamais ;-) ) : hé, mes amis, si vous en avez les moyens, abonnez-vous au Diplo, et voyez le monde autrement qu’au travers les verres déformants du LibéFigarObsMonde.

Crise ukrainienne, une épreuve de vérité

par Jean-Pierre Chevènement, juin 2015

(…) l’Ukraine n’avait été indépendante que trois ans dans son histoire, de 1917 à 1920, à la faveur de l’effondrement des armées tsaristes.

L’Ukraine telle qu’elle est née en décembre 1991 est un État composite. Les régions occidentales ont fait partie de la Pologne entre les deux guerres mondiales. Les régions orientales sont peuplées de russophones orthodoxes. Les côtes de la mer Noire étaient jadis ottomanes. La Crimée n’a jamais été ukrainienne avant une décision de rattachement imposée sans consultation par Nikita Khrouchtchev en 1954. La tradition de l’État est récente : moins d’un quart de siècle. Les privatisations des années 1990 ont fait surgir une classe d’oligarques qui dominent l’État plus que l’État ne les domine. La situation économique est très dégradée ; l’endettement, considérable. L’avenir de l’Ukraine — adhésion à l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN) ou neutralité — est ainsi inséparable de la reconfiguration des rapports de forces à l’échelle européenne et mondiale. En 1997, M. Zbigniew Brzezinski écrivait déjà que le seul moyen d’empêcher la Russie de redevenir une grande puissance était de soustraire l’Ukraine à son influence (1).

Un dérapage accidentel

Le rappel des faits est essentiel pour qui veut comprendre. La crise ukrainienne actuelle était prévisible depuis la « révolution orange » (2004) et la première tentative de faire adhérer le pays à l’OTAN (2008). Cette crise était évitable pour peu que l’Union européenne, au moment du lancement du partenariat oriental (2009), eût cadré la négociation d’un accord d’association avec l’Ukraine, de façon à le rendre compatible avec l’objectif du partenariat stratégique Union européenne-Russie de 2003 : créer un espace de libre circulation « de Lisbonne à Vladivostok ».

Il eût fallu, bien entendu, tenir compte de l’intrication des économies ukrainienne et russe. L’Union eût ainsi évité de se laisser instrumentaliser par les tenants d’une extension de l’OTAN toujours plus à l’est. Lire la suite

50 raisons pour lesquelles l’Allemagne nous est chère, façon Bild

Le 23 mars 2015, à l’occasion de la visite à Berlin de Alexis Tsipras, le tabloïd allemand Bild titrait, avec tout le paternalisme dont les puissants savent faire preuve lorsqu’ils veulent se montrer bienveillants : « Les cinquante raisons pour lesquelles la Grèce nous est chère ».  La liste comprenait l’huile d’olive, Nana Mouskouri, le muesli au yaourt grec et Astérix aux Jeux olympiques.

J’ai bien réfléchi.  Et réfléchi encore.  Et puis, j’ai donc pondu ma propre petite liste des 50 raisons pour lesquelles j’aime tant l’Allemagne ;-)  Hé, Hanz, surtout ne te vexe pas, ce n’est que de l’humour !  Tu sais bien que j’adore vraiment l’Allemagne et … Marx et … Engels ;-)  Tiens, la bise à Fred de ma part !

Voici.  Dans le désordre.

  1. Pour le port si élégant des chaussettes dans les sandales
  2. Pour leurs grosses berlines réchauffant la planète
  3. Pour la Deutsche Qualität
  4. Pour la simplicité de leur grammaire, de leur conjugaison et plus globalement de leur si chantante langue
  5. Pour avoir arrêté le nuage de Tchernobyl à nos frontières
  6. Pour la couleur rouge centrale dans leur drapeau
  7. Pour la Lorelei
  8. Pour l’Ange bleu
  9. Pour leurs plats si légers à base de saucisses, choux et pommes de terre
  10. Pour Faust et les pactes avec le Diable
  11. Pour leur Schwarzwälder Kirschtorte (forêt noire)
  12. Pour leurs boissons à base de houblon
  13. Pour la taille de leurs verres (à bière)
  14. Pour Karl Lagerfeld et ses mitaines en cuir
  15. Pour les culottes courtes tyroliennes en daim pour hommes adultes
  16. Pour l’invention de la propagande à grande échelle avec Gutenberg et l’imprimerie
  17. Pour les héros des Grimms non pompés sur Charles Perrault, Blanche-Neige, le Petit Chaperon rouge, Hansel et Gretel et Tom Pouce
  18. Pour leur Critique de la raison pure
  19. Pour leur Généalogie de la morale
  20. Pour leurs flûtes enchantées
  21. Pour l’absurdité des situations kafkaïennes
  22. Pour leur désintérêt (voire leur agacement) par rapport aux marmots (un des taux de natalité des plus faibles du monde)
  23. Pour la finesse de l’Oktoberfest de Munich
  24. Pour les nounours de Berlin
  25. Pour la sureté de leurs compagnies aériennes
  26. Pour Louis II de Bavière et son château de Neuschwanstein
  27. Pour les chopes à bière en céramique (avec capuchon en étain, si possible)
  28. Pour ne pas avoir oublié Aloïs Alzheimer
  29. Pour Benoît XVI
  30. Pour Nina Hagen
  31. Pour la douceur de leurs prénoms féminins
  32. Pour Klaus Kinsky et surtout sa fille, Nastassja
  33. Pour leurs tresses blondes
  34. Pour le suspens haletant de l’inspecteur Derrick
  35. Pour avoir remplacé notre Père Noël par Saint Nicolas
  36. Pour  Thyssen Krupp, Bosch et BASF, ces transnationales si irréprochables
  37. Pour leurs centrales de lignite
  38. Pour la qualité de leurs autoroutes
  39. Pour avoir redéfini le foot comme étant un sport qui oppose 11 joueurs à 11 autres et à la fin c’est l’Allemagne qui gagne
  40. Pour leurs bergers (allemands)
  41. Pour la semelle en bois de leurs Scholls
  42. Pour nous avoir (définitivement?) débarrassé de Daniel Cohn-Bendit
  43. Pour la frange de Angela Merkel
  44. Pour les décolletés d’Angela Merkel
  45. Pour les sourires d’Angela Merkel
  46. Pour montrer la voie à Valls et Hollande sur la gestion des branleurs-chômeurs
  47. Pour l’Euro
  48. Pour la rigidité pathologique de Wolfgang Schäuble
  49. Pour l’ensemble de leur « œuvre » économique en Europe
  50. et finalement, pour avoir réussi ce tour de force de faire passer aux yeux de tout un chacun (enfin, surtout aux yeux de Alain Minc et Nicolas Doze) un insondable naufrage humain pour une immense réussite économique :

L’union européenne, implacable bande de djihadistes du néo-libéralisme | Ensemble

Traduit de l’anglais par Mathieu Darge sur le site d’Ensemble (FdG), voici un article de Stathis Kouvelakis, professeur de théorie politique au King’s College de Londres, qui fait partie du comité central de Syriza :

Grèce : l’heure de la rupture | Ensemble.

Extraits :

La peur de la sortie de la Grèce de la zone Euro (Grexit) ne doit plus nous paralyser.

La décision du gouvernement Syriza de transférer la totalité des réserves disponibles du secteur public à la Banque de Grèce marque un tournant politique. (…)

(…)

Le gouvernement grec a été contraint de signer un accord inéquitable (arrêt du principal mécanisme d’approvisionnement en liquidités des banques grecques) sous la pression du retrait accéléré des dépôts des banques et de la menace de leur effondrement.

Maintenant, avec l’épuisement des fonds publics, désormais insuffisants pour assurer à la fois le service de la dette et les obligations incompressibles de l’État, il est évident que le seul temps gagné a été à l’avantage des institutions européennes et que la partie grecque est exposée à l’intensification du chantage tant ses positions se détériorent.

Le climat belliqueux, sans précédent, de la réunion de l’Eurogroupe de Riga, au cours de laquelle le Ministre grec des Finances, Yanis Varoufakis, a été cloué au pilori par ses homologues (y compris ceux de pays pesant d’un aussi faible poids que la Slovaquie et la Slovénie) montre suffisamment clairement de combien d’humiliations le gouvernement grec a eu à souffrir au cours des deux derniers mois.

(…)

La partie grecque n’a pas pris en compte ce qui était évident, dès le début, à savoir que la BCE et l’Union Européenne n’allait pas rester à se tourner les pouces face à un gouvernement de gauche radicale. Dans leur arsenal, l’arme au plus gros calibre est le contrôle des liquidités, et il était totalement prévisible et logique qu’ils s’en servent immédiatement. Et, naturellement, les créanciers ont toutes les raisons de continuer à « serrer le nœud » (l’expression est d’Alexis Tsipras) jusqu’à ce qu’ils aient contraint la Grèce à une capitulation totale.

(…)

Avec la méthode et le contenu de la décision sur le transfert des fonds, i.e. par décret ministériel, le gouvernement (…) pourrait bien avoir créé les conditions, pour des « cacerolazos » à la grecque, ces formes de protestations utilisées par les forces réactionnaires et les oppositions soutenues de l’étranger dans les pays d’Amérique Latine qui tentent de renverser les gouvernements de gauche.

(…)

C’est le moment précis de tenir un discours clair, le seul qui peut avoir un impact et mobiliser le peuple, précisément parce qu’il le traite avec respect, en adulte, agent de son propre destin.

Lire la suite

Signer l’appel «La Grèce, une chance pour l’Europe» du CAC

Cet appel initié par le Collectif pour un audit citoyen de la dette publique dénonce le discours de discorde entre les peuples européens porté par les institutions européennes qui accusent des «Grecs irresponsables» et menacent de les exclure de la zone euro.

Il rappelle que les audits citoyens de la dette publique en cours dans plusieurs pays européens (dont la Grèce et la France) démontent les discours mensongers sur l’orgie de dépenses publiques qui aurait soi-disant provoqué la flambée des dettes.

Il demande instamment à François Hollande de s’opposer à l’étranglement financier de la Grèce et de la démocratie en Europe, et conclut sur un appel à mobilisation pour la semaine d’action européenne contre l’austérité et en soutien au peuple grec, organisée par les mouvements sociaux européens du 20 au 26 juin dans toute l’Europe.

Pour signer la pétition.

Noam Chomsky : l’interview qui dénonce l’Occident | euronews, the global conversation

Noam Chomsky : l’interview qui dénonce l’Occident | euronews, the global conversation.

Extraits:

« Rappelez-vous que la pire campagne terroriste dans le monde est de loin, celle qui est orchestrée à Washington même. C’est une campagne mondiale d’assassinat. Il n’y a jamais eu de campagne terroriste de cette échelle . »

Dette publique grecque : l’audit citoyen est lancé

Eric Toussaint, porte-parole du CADTM, s’est exprimé à la conférence de presse tenue le 7 avril 2015 au parlement grec pour lancer la commission de la vérité sur la dette grecque (commission d’audit de la dette publique grecque) :

Rappelons qu’Eric Toussaint et le CADTM avaient déjà participé à l’audit de la dette équatorienne en 2008, audit qui avait permis de découvrir que 70% de la dette publique de l’Équateur ne devait pas être remboursé (pour illégitimité, illégalité ou caractère odieux).  Et c’est exactement la décision qu’avait alors prise Rafael Correa, président de l’Équateur.  Le plan de restructuration à 30% de la dette équatorienne avait d’ailleurs été accepté sans piper mot par 95% des créanciers de l’Équateur d’alors (FMI, Banques, et autres fonds institutionnels).

Espérons que la Grèce saura faire la même chose.

Puis, ce sera peut-être le tour de l’Espagne, avec Podemos …

La France ?  Pffft, j’y crois plus une seconde.  Tout le monde a l’air bien trop heureux comme ça à continuer de voter pour la droite dès qu’on leur en donne l’occasion.