La France complice de crime contre l’humanité

Encore une session historiquement infamante cette après-midi à l’Assemblée nationale.  L’accord Européen relatif à la Grèce a en effet été adopté par une écrasante majorité de nos chers députés Munichois :

Daladier Hollande est probablement heureux ce soir.

Et les députés « socialistes », comment dit-on déjà?, ah oui,  » frondeurs « , qu’ont-ils donc fait nos « frondeurs » ?  Ont-ils enfin « frondé » ?  Et les écologistes ?  Ont-ils écologisé (en osant s’opposer pour une fois dans leur grise vie à la finance internationale) ?  Nan … j’déconnais … à part 1 ou 2 déglinguos, des oufs de la rougitude qui se sont vaillamment abstenus (putain, ça fait peur des malades pareils quand même !), ils ont tous bien entendu voté comme un seul homme le texte avalisant le coup d’État qui vient de se produire en Grèce et avilissant son peuple.  Tout ça pour éviter la guerre (économique) avec l’Allemagne.   Au prix du déshonneur.  On a le déshonneur, ça, c’est fait, et … vous connaissez la suite.

La liste complète des salopards qui nous ont rendu complices de ce crime international est ici.

Je conclue avec quelques extraits du discours de Zoé Konstantopoulou, la présidente du parlement grec, prononcé le 11 juillet dernier.

(…)

Nous toutes et tous sommes et serons jugés au regard de notre attitude et de nos décisions, de nos oui et de nos non, de nos actes et de nos omissions, de notre cohérence, de nos résistances, de notre abnégation et de notre désintéressement.

Depuis cinq mois, le Gouvernement [de Tsipras] livre un combat inégal dans des conditions d’asphyxie et de chantage contre une Europe qui a trahi les objectifs inscrits dans ses statuts, à savoir le bien-être des peuples et des sociétés, une Europe qui utilise la monnaie commune, l’euro, non pas comme moyen d’atteindre le bien-être social, mais comme levier et instrument d’assujettissement et d’humiliation des peuples et des gouvernements rebelles, une Europe qui est en train de se transformer en une prison cauchemardesque pour ses peuples alors qu’elle a été construite pour être leur maison hospitalière commune.

Le peuple grec a confié à ce Gouvernement la grande cause de sa libération des chaînes du mémorandum, de l’étau de la mise sous tutelle et de la mise sous surveillance qui a été imposée à la société sous le prétexte de la dette, une dette illégale, illégitime, odieuse et insoutenable, dont la nature, comme l’ont démontré les conclusions préliminaires de la Commission pour la Vérité de la Dette Publique, était déjà connue par les créanciers depuis 2010.

Une dette qui n’a pas surgi comme un phénomène météorologique, mais qui a été créée par les gouvernements précédents avec des contrats entachés de corruption, avec des commissions, des pots-de-vin, des clauses léonines et des taux d’intérêt astronomiques dont ont tiré bénéfice des banques et des compagnies étrangères.

Une dette que la Troïka, en accord avec les précédents gouvernements, a transformée frauduleusement de dette privée en dette publique, sauvant ainsi les banques françaises et allemandes mais aussi les banques privées grecques, condamnant le peuple grec à vivre dans des conditions de crise humanitaire, et en mobilisant et rétribuant pour ce faire les organes de la corruption médiatique chargés de terroriser et tromper les citoyens.

Cette dette, que ni le peuple ni le gouvernement actuel n’ont ni créée et gonflée, est utilisée depuis cinq ans comme instrument d’asservissement du peuple par des forces qui agissent à l’intérieur de l’Europe dans le cadre d’un totalitarisme économique.

Au mépris de la morale et du droit, l’Allemagne n’a pas acquitté jusqu’à aujourd’hui ses dettes à la petite Grèce résistante dont l’histoire reconnaît l’attitude héroïque. Des dettes qui dépassent la dette publique grecque et représentent un montant de 340 milliards d’euros selon les calculs modérés de la Commission de la Cour des Comptes qui a été créée par le gouvernement précédent, quand la prétendue dette publique grecque a été chiffrée à 325 milliards d’euros. L’Allemagne a bénéficié du plus grand effacement de dette après la Seconde Guerre Mondiale afin qu’elle se remette sur pied, avec le concours généreux de la Grèce. Or, c’est cette même Allemagne qui a accordé sa protection à des responsables d’entreprises coupables d’actes de corruption avec les précédents gouvernements et leurs partis politiques, comme Siemens, et elle les a protégés en les soustrayant à la justice grecque.

Pourtant, l’Allemagne se comporte comme si l’Histoire et le peuple grec avaient des dettes envers elle, comme si elle voulait prendre sa revanche historique pour ses atrocités, en appliquant et en imposant une politique qui constitue un crime non seulement envers le peuple grec, mais aussi un crime contre l’humanité, au sens pénal du terme car il s’agit ici d’une agression systématique et de grande envergure contre une population avec l’objectif bien prémédité de produire sa destruction partielle ou totale.

Et malheureusement, alors qu’ils devraient se montrer à la hauteur de leurs responsabilités et du moment historique, des gouvernements et des institutions se rendent complices de cette agression.

(…)

Soumettre le peuple et le gouvernement à des conditions d’asphyxie et à la menace d’une violente faillite, par la création artificielle et préméditée des conditions d’une catastrophe humanitaire, constitue une violation directe de toutes les conventions internationales qui protègent les droits de l’Homme, de la Charte de l’ONU, des Conventions européennes, mais aussi des Statuts mêmes de la Cour pénale internationale.

(…)

Les créanciers font du chantage sur le gouvernement. Ils agissent frauduleusement alors qu’ils savaient depuis 2010 que la dette n’était pas soutenable. Ils agissent consciemment, puisqu’ils reconnaissent dans leurs déclarations la nécessité de l’octroi d’une aide humanitaire à la Grèce. Une aide humanitaire pour quelle raison ? Pour une catastrophe naturelle imprévue et inattendue ? Un séisme imprévu, une inondation, un incendie ?

Non. Une aide humanitaire qui est la conséquence de leur choix conscient et calculé de priver le peuple de ses moyens de subsistance, en fermant le robinet des liquidités, en représailles à la décision démocratique du Gouvernement et du Parlement d’organiser un référendum et donner la parole au peuple pour qu’il décide lui-même de son avenir.

(…)

Le peuple grec est le deuxième à subir une telle agression à l’intérieur de la zone euro. Il a été précédé par Chypre en mars 2013.

La tentative d’imposer des mesures que le peuple a rejetées par référendum, en utilisant le chantage de la fermeture des banques et la menace de la faillite, constitue une violation brutale de la Constitution et qui prive le Parlement des pouvoirs que lui attribue cette même Constitution.

Chacun et chacune a le droit et a le devoir de résister. Aucune résistance dans l’histoire n’a été facile. Cependant, nous avons demandé le vote et la confiance du peuple pour affronter les difficultés et c’est face à ces difficultés que nous devons maintenant réussir.  Et sans avoir peur.

 

Publicités

4 Replies to “La France complice de crime contre l’humanité”

  1. @tachyon
    C’est bien sûr le 11 juillet qu’elle a prononcé ces mots. Pardon pour la coquille. J’ai corrigé. Merci pour votre vigilance.

    @obermeyer @partageux
    Effectivement François Delapierre avait trouvé le bon mot pour qualifier ces individus qui nous asservissent. Et Zoé Konstantopoulou a raison de parler de crime contre l’humanité.

    Le lundi matin, j’avais également en tête une autre image. Celle d’un viol collectif perpétré par dix huit petites frappes (Eurozone, Commission européenne, BCE,FMI) menés par le caïd du quartier, l’Allemagne, au tréfonds d’une sombre cave Bruxelloise. La victime, la Grèce, passant de main en main dans cette terrible tournante qui a durée plusieurs heures. Et son supplice n’est pas terminé.

    J’ai évoqué cette métaphore à un ami qui n’a pas du tout apprécié mon outrance.

    Et que lis-je aujourd’hui ? Dans la bouche de James Galbraith, Professeur à l’université d’Austin, et (anecdotiquement) fils de l’économiste John Kenneth Galbraith ?

    « ce n’est en effet pas un accord. C’est un viol ». Je ne suis donc pas le seul à avoir eu ce sentiment.

    J'aime

  2. Très bien ! Rectification : ce discours a été prononcé le 11 juillet 2015 (et pas le 11 janvier ce qui nous placerait avant les élections…)

    J'aime

  3. Cette femme , Zoé Konstantopoulou en a vraiment dans les tripes , pas comme tous ceux qui se couchent en espérant garder leurs privilèges. Elle sera à Marseille en août invitée par attac, ainsi qu’Eric Toussaint le rapporteur sur l’audit de la dette grecque. Quoiqu’il en soit je ne pense pas l’histoire terminée avec les votes sur le soit disant plan d’aides. Les conséquences de ce coup d’état financier n’ont pas fini de se manifester et nous devrions avoir encore des surprises dans les mois à venir. François Delapierre avait bien raison quand il traitait nos grands financiers de salopards !

    J'aime

  4. « Salopards ». « Crime ». Merci d’employer les mots qui conviennent sans tortiller du cul en nous promenant avec le « sens de l’État » et autres grandes phrases creuses qui ne servent qu’à cacher le crime avec préméditation.

    On note par ailleurs une belle constante de la représentation nationale. 81 refus de donner les pleins pouvoirs à Pétain en 1940. Guère mieux aujourd’hui. Salopards !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s