La « néo-République » des Charlie

Je ne l’ai pas encore lu, ça ne saurait tarder.

Je veux bien sûr parler du dernier livre d’Emmanuel Todd, « Qui est Charlie? ».

Beaucoup de personnes, visiblement sans l’avoir beaucoup plus lu que moi, ont néanmoins d’ores et déjà donné leur sentiment sur l’analyse de Todd.  Il s’agit la plupart du temps, comme sur France Inter (part I et part II), de sentiments de haine contenue, à la limite du pétage de plomb, où se mêlent frustration coupable et incompréhension totale.  J’avais donc envie, à mon tour, de donner mon propre avis personnel à moaaa (une p’tite crise d’égo de temps en temps, c’est mal, docteur?), pour la postérité de mon chat, en me basant sur l’interview de Todd dans l’Obs du 30 avril. (en attendant de lire le livre)

En deux mots, mon sentiment ?

Quand on se souvient de mes propres hésitations et de mon cheminement intellectuel (si on peut appeler ça comme ça 😉 ) juste après les attentats de Paris en janvier dernier, j’avoue que j’éprouve un énorme soulagement à entendre un autre grand penseur de notre temps, en l’occurrence M. Todd, après quelques rares et très peu médiatisés autres comme … BHL 😀 nan j’déconne … comme Frédéric Lordon, exprimer avec autant de clairvoyance, de précision, de talent et d’audace certains des doutes et pressentiments qui m’habitaient confusément et qui m’avaient alors conduits à ma décision finale quant au défilé du 11 janvier et, plus globalement, à ma position vis à vis du mouvement des Charlie.

L’interview de Todd dans l’Obs peut être considérée, semble-t-il, comme une synthèse de son livre.  Je me suis donc risqué à une synthèse de cette brillante interview.  Une synthèse de la synthèse, si vous voulez.  J’espère ne pas avoir dénaturé sa pensée puisque comme je l’ai dit, et très humblement, elle reflète ce que moi-même j’ai en tête (de manière nettement plus bordellique, bien sûr).

Et de grâce, restons courtois et gardons en tête que Todd est un sociologue, un scientifique de l’humain, qui travaille sur des grands nombres, des cartes, du long terme et que, par voix de conséquence, certains des résultats qu’il expose, nécessairement, ne coïncideront pas avec chacun des cas individuels que ces statistiques recouvrent.  D’où le sentiment d’énervement que beaucoup ont ressenti à la lecture de cette interview.  Cette frustration légitime de ne pas se sentir personnellement représenté par une statistique n’enlève pourtant rien à la valeur scientifique que cette dernière matérialise et ne saurait, de toute manière, excuser les réactions outrancières comme celle, pitoyable, de cette sotte de Sophia Aram (sur France Inter toujours), réaction totalement inadaptée, même sous couvert de prétendu humour, à la qualité du travail intellectuel de Todd.  Non, mais franchement, proposer aux gens, et en particulier à Todd, comme unique alternative, soit de ne pas s’interroger sur les racines sociologiques du défilé du 11 janvier, soit de devoir « demander aux clients de l’hyper casher de s’excuser d’être juif » !  Non mais quelle intégrisme intellectuel !  La pensée unique manichéenne au service de l’atrophie de l’intelligence.  Soit vous êtes avec nous, soit vous êtes … antisémite !  C’est ce qu’elle ose nous dire !  Pauvre petite gourde inculte (pour reprendre ses propres termes) !

Voici donc ma synthèse de l’interview de Todd qui exprime si parfaitement ce que je pense :

« Lorsque j’ai commencé à voir la carte des manifestations du 11 janvier, leur distribution selon des paramètres régionaux, socio-professionnels et religieux, j’ai eu la révélation instantanée que les discours unanimistes étaient bidon.

« Il faut aller au-delà du mensonge, au-delà des bons sentiments et des histoires merveilleuses que les gens se racontent sur eux-mêmes. Un simple coup d’œil à de tels niveaux de mobilisation évoque une pure et simple imposture. Il y a certainement une quantité innombrable de gens qui ne savaient pas ce qu’ils faisaient là le 11 janvier. Mais nul n’est censé ignorer pour quoi il manifeste, tout de même.

« Quand on observe la carte des manifestations, la première chose qui frappe, c’est ce que l’Insee appelle avec élégance la prédominance des « cadres et professions intellectuelles supérieures ».

L’autre variable qui, pour moi, d’une certaine manière, est encore plus importante encore, c’est la surmobilisation des vieilles terres issues du catholicisme.

« Ce sont les régions qui ont résisté à la Révolution et dans lesquelles l’imprégnation catholique est restée très forte jusqu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

« Ce qui a inspiré ma méfiance immédiate, c’est que le 11 janvier, la mobilisation a été du simple au double entre la France de tradition athée et révolutionnaire et cette France périphérique, historiquement antirépublicaine. Ce sont les régions les moins républicaines par le passé qui ont le plus manifesté pour la laïcité, avouez qu’il y a là quelque chose d’étrange.

« Ce que j’ai eu, au fond, face à ces manifestations, c’est une sorte d’illumination concernant la vraie nature du système social et politique français. C’est-à-dire pas du tout une République prenant en compte toute la population, plutôt ce que j’appelle une « néo-République » qui n’aspire à fédérer que sa moitié supérieure éduquée, les classes moyennes et les gens âgés.

« La « néo-République » est cet objet sociopolitique étrange qui continue à agiter les hochets grandioses de la liberté, de l’égalité, de la fraternité qui ont rendu la France célèbre dans le monde, alors qu’en fait le pays est devenu inégalitaire, ultraconservateur et fermé.

« Or la réalité de la société française aujourd’hui, c’est quoi ? Une société dominée par des classes moyennes qui ne croient plus à rien, qui ne savent plus où elles vont, qui se sont seulement lancés dans la construction d’un euro qui ne mène nulle part. (…)  ce qui m’inquiète n’est pas tant la poignée de déséquilibrés mentaux qui se réclament de l’islam pour commettre des crimes que les raisons pour lesquelles, en janvier dernier, une société est devenue totalement hystérique jusqu’à aller convoquer des gamins de 8 ans dans des commissariats de police.

« Pour le moment, anxiétés religieuse et économique mises à part, ça ne va pas trop mal pour les classes moyennes françaises qui tiennent le pays… On lance les minorités les unes contre les autres, c’est génial, c’est du billard ! Les ouvriers « de souche » marginalisés et maltraités s’en prennent aux milieux populaires arabes, les jeunes Maghrébins s’en prennent aux juifs et réciproquement, et pendant ce temps rien ne se passe, le système reste intact.

« Je plaide pour qu’on les laisse tranquilles, les musulmans de France. Qu’on ne leur fasse pas le coup qu’on a fait aux juifs dans les années 1930 en les mettant tous dans le même sac, sous la même catégorie sémantique, quel que soit leur degré d’assimilation, quel que soit ce qu’ils étaient vraiment en tant qu’êtres humains. Qu’on arrête de forcer les musulmans à se penser musulmans. »

Merci Monsieur Todd.

EDIT 18/05/2015 :

Une très bonne émission qui laisse le temps à Emmanuel Todd de s’expliquer, ce qui permettra à tous ceux qui opposent aux arguments scientifiques de M. Todd des témoignages personnels sans aucun intérêt pour le débat (du style, « moi je suis allé défiler le 11 janvier et je ne suis pas islamophobe et en plus y’avait un arabe à côté de moi, comme quoi ce que raconte Todd c’est du grand n’importe quoi ! ») de se faire une meilleure idée de ses arguments :

 

ou en plus court (chez Mermet) :

Advertisements

2 réflexions sur “La « néo-République » des Charlie

  1. J’apprécie le Todd, post présidentielle, ça décoiffe tant son analyse est lucide. J’avais aimé son analyse sur L’Europe et L’Allemagne quand nous étions en plein délire antirusse.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s