Dérive vers les années ’30

La France en plein choc des civilisations :

Comme malheureusement anticipé, finies les précautions oratoires, adieu les finesses, oubliés « l’islamisme » et « l’islam radical », la France serait maintenant face à … l’Islam !  Et ça ne choque même plus personne.

Les néocons atlantistes (et les terroristes, puisqu’ils poursuivent le même but, le chaos) ont donc gagné.

Et surtout, ne parlons pas, jamais, d’un quelconque deux-poids-deux-mesures, sous peine d’être immédiatement assimilé par les jesuischarlistes bon ton, sans autre forme de procès, à un dangereux apologiste du terrorisme ne rêvant que de pourfendre notre si chère et si versatile « Liberté d’Expression ».  Enfin, certain osent (encore) s’exprimer.  Ils sont rares et bien sûr peu médiatisés.  Voici par exemple (encore) Didier Porte.  Celui-là même que le très sérieux jesuischarliste Philippe Val, la principale cheville ouvrière de la dérive atlantiste du journal anciennement anarchiste et libertaire Charlie Hebdo, avait tenté de faire taire (en le virant tout simplement) alors qu’il était patron de France Inter :

Deux poids, deux mesures ?  Dieudonné (que je n’aime pas du tout et qui, à mes yeux, a inexorablement glissé sur une pente antisémite insupportable, je précise – bizarre comme on se sent aujourd’hui obligé de préciser, pour tous ces esprits simples qui voient le monde simplement, en noir et blanc, exactement comme quand je parle de la responsabilité première et indéniable du bloc occidental dans le conflit Ukrainien et que je me force de notifier immédiatement que je considère pourtant Poutine comme un mégalo, néolibéral, nationaliste, autoritaire, hyper-religieux, islamophobe et homophobe, au même titre qu’Obama, avec peut-être l’islamophobie et l’homophobie en plus) bref, Dieudonné, disais-je, emplit fiévreusement tous les écrans, tous les journaux et tous les propos de nos ministres pour avoir écrit sur Facebook (il sera jugé en correctionnelle pour « apologie du terrorisme », poursuivi par l’État français) :

Ce soir, en ce qui me concerne, je me sens Charlie Coulibaly.

alors qu’un calme assourdissant enrobe les propos de Philippe Tesson, un thuriféraire de longue date, de tout ce que la droite porte de plus malsain (ce qui fait beaucoup de choses, je vous le concède 😉 ).  Il s’est en effet laissé aller à un des infectes « dérapages » dont il est coutumier, et dont les éditocrates semblent friands, en déclarant sur Europe 1 en janvier 2015 (une plainte d’un quidam inconnu pour « incitation à la haine, injures publiques envers une communauté religieuse et diffamation » a été déposée à Paris qui pourrait – nous verrons – se terminer devant les tribunaux) :

C’est les musulmans qui amènent la merde en France aujourd’hui !

(Au passage notons la belle faute de syntaxe qui, bien que très courante, surtout dans le langage parlé, et surtout dans le langage énervé, n’en demeure pas moins pour le moins cocasse dans la bouche de ce prétendu écrivain chantre de la culture franco-française)

Je vous le dis.  Malheureusement, les néocons atlantistes ont déjà gagné.

De la même manière que les néolibéraux avaient déjà remporté la partie économique et sociale.

Et que, plus globalement, la classe capitaliste, qui est composée des néocons néolibéraux, l’avait déjà emporté face au travail.

L’Islam ferait peur à notre France, hein Barbier ? J’sais pas vous, mais moi, je trouve que l’époque a des relents nauséabonds de :

Pauvres de nous.

Advertisements

6 réflexions sur “Dérive vers les années ’30

  1. @des pas perdus et partageux
    Effectivement, « cette lente dérive pourrait conduire l’extrême droite au pouvoir » et « le futur triomphe de La Peine ». Les années 30.

    J'aime

  2. J’ai écrit un peu vite. Le rétropédalage dont je parlais ne fonctionne hélas que lors des discussions en face à face avec une seule personne. Dès qu’elles sont plusieurs, hélas, c’est l’effet meute. Et ces arguments à la mords-moi le nœud ce que tu résumes si bien.

    Je viens de lire des textes sur Der Stürmer, le Charlie hebdo allemand des années vingt-trente. Ses caricatures de la juiverie sont du même esprit que les dessins des moricauds de Charlie. Nez crochus des juifs. Tête de bite de Mahomet.

    Et j’ai le même étonnement. Aujourd’hui les athées (dont je suis), agnostiques et je-m’en-branle sont la majorité écrasante de la population. Pourtant certains se disent relégués par la toute puissance musulmane alors que les musulmans sont aussi minoritaires que les juifs de l’Allemagne pré-nazie. Et, en moyenne, bien plus pauvres que la moyenne des autres Français.

    Ça sent le futur triomphe de La Peine. Bien aidée par des gens y compris de gauche. Bien aidée par des athées qui seront parmi les premiers embastillés.

    J'aime

  3. @partageux
    « Tu vois la plupart des gens faire du rétropédalage rapide parce qu’ils prennent conscience de pousser le bouchon trop loin.  »
    Moi, j’en vois pas beaucoup. La plupart de ceux que j’entends sont plutôt du genre à attiser en permanence le feu avec des propos du style : « bien sûr il ne faut pas faire d’amalgame (ça, c’est pour la bonne conscience), mais il faut tout de même bien reconnaitre que et bla et bla et bla (flot ininterrompu de saloperies sur l’Islam) ».

    Là où je suis (bien sûr) totalement d’accord avec toi, c’est que tous ces pièges à cons (union nationale, jesuischarlisme exacerbé, liberté d’expression menacée, choc des civilisations en gros) cela permet de cacher « les questions centrales du capitalisme et ses corollaires : l’appauvrissement, la misère et la catastrophe écologique. » Sauf que je ne les appellerais pas des corollaires du capitalisme mais l’essence même du capitalisme.

    J'aime

  4. Je partage ta réflexion et ta conclusion. Les bougnoules prennent l’ancienne place des youpins. J’emploie ces mots à dessein. Comme je parle aussi des bamboulas et des romanichels, des tantouzes ou des vioques… Tu vois la plupart des gens faire du rétropédalage rapide parce qu’ils prennent conscience de pousser le bouchon trop loin.

    Mais on a du boulot, y compris chez nous, pour parvenir à faire entendre que les oukases anti-religieuses ou anti-communautaire sont de magnifiques pièges à con qui permettent de ne pas parler des questions centrales du capitalisme et ses corollaires : l’appauvrissement, la misère et la catastrophe écologique.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s