Disruption – in English in ze text


Disruption, ça veut dire perturbation, rupture ou déséquilibre.

En l’occurrence, il s’agit d’un film pour appeler à une grande marche citoyenne ce 21 septembre à New York (ouais ouais aux étasunis) pour demander (aux politiques) des mesures audacieuses afin de tenter de construire un avenir d’énergie propre.

Le sous-titre : Quand il s’agit de changement climatique, pourquoi faisons-nous si peu quand on sait tellement ?

Bon, le film n’est pour l’instant qu’en Yankee. Les organisateurs ont promis de le traduire bientôt en d’autres langues. Faudra donc venir vérifier régulièrement. Et puis, c’est un peu hollywoodien sur les bords. Avec force musique et une happy-end (c’est ce que les organisateurs espèrent en tous cas). Très pro.

Mais bon … je pense tout de même que (pour ceux qui sont fluent-in-english) cela vaut le coup de le voir. Pourquoi ?

Parce que, outre le fait que Disruption nous montre, parfois de façon quelque peu assommante, l’arrière-scène et les bonnes volontés pour tenter d’organiser, au sommet mondial sur le climat aux Nations Unies en septembre, le plus grand rassemblement pour la planète dans l’histoire, il parvient surtout, de manière remarquable, à synthétiser en moins d’une heure, à la fois les conséquences dévastatrices de notre inaction face au réchauffement climatique en cours, mais également la logique des intérêts privés implacables de l’industrie et du business-as-usual qui nous ont inexorablement conduit à ce carrefour social, moral et écologique.

En ce sens, c’est un film politique. Pratiquement un appel à l’écosocialisme. Et puis, quel bonheur de (re-)voir des étasuniens qui lèvent le poing (même si certains qui n’ont rien compris brandissent en même temps une pancarte OBAMA-BIDEN – mais faut pas trop leur demander, ce ne sont que des étasuniens, peuchère 😀 ) ! Rien que pour ces plans jubilatoires (à la fin du film), ne boudons pas notre plaisir.

Nous vivons une époque de changement social et planétaire rapide et nous sommes la première génération à ressentir les effets du dérèglement climatique, ainsi que la dernière à pouvoir y faire quelque chose. Donc, comme le dit Naomi Klein qui intervient à plusieurs reprises dans le film,

We have a responsibility to rise to our historical moment.
Nous avons la responsabilité de nous élever à la hauteur de ce moment historique.

On sait jamais, pour ceux qui sont à New York en septembre 😉 :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s