Des nouvelles de … la Grèce … entre autres


Encore un petit billet sur l’international, désolé.

Ça y est. La Crimée a fait son referendum. Un referendum constitutionnellement tout à fait illégal, au moins aussi illégal que le nouveau gouvernement d’Ukraine (qui n’est nazi qu’à 20%-25% [1], ouf, rien de grave donc), ou que la déclaration unilatérale d’indépendance du Kosovo en 2008 par exemple, ou que l’occupation expansionniste d’Israël en Palestine, ou évidemment, que l’ensemble des interventions et ingérences étasuniennes de par le monde durant ces 70 dernières années. Que va-t-il se passer maintenant ? Escalade belliciste avec sanctions économiques de « l’Empire du Bien » et contre sanctions de « l’Empire du Mal » (n’oublions pas en effet que s’il y a des FDI, investissements directs étrangers, russes aux USA ou en UE, il y en a également énormément des occidentaux en Russie, tiens je pense soudainement aux titres de dette souveraine en dollars ou en euros détenus par la Russie), accélération du processus de signature du Traité de libre-échange entre UE et Ukraine, balkanisation du pays ? Ah, si seulement l’UE avait accepté en novembre 2013, la demande de la Russie de les inclure dans une négociation tripartite sur les accords de libre-échange de l’Ukraine avec ses voisins au lieu de suivre les va-t-en-guerre OTANiens en soutien des surexcités de Maïdan.

Une chose est sûre. Les médias, perpétuellement à la recherche de sang frais, quitteront bientôt la place Maïdan et la Crimée (qui parle encore de la Syrie?).  Le chef du régime étasunien a réussi à foutre le bordel aux portes de son rival de toujours. Le tsar russe a réussi (ou va réussir) à récupérer la Crimée. L’extrême droite a réussi une nouvelle percée sur la scène « démocratique » européenne. Reste sur le carreau le peuple ukrainien dépossédé de sa légitime révolution. Le peuple ? Pfff, pas assez photogénique. Sauf quand il est en colère comme sur Maïdan ou Tahrir. Le rouge lui va si bien. Le rouge qu’il verse bien sûr, pas le rouge qu’il arbore. La presse aux ordres va maintenant pouvoir se concentrer de manière plus méthodique sur la nouvelle assignation du régime étasunien, la prochaine cible de la pensée officielle, le Venezuela bien sûr. La droite anti-démocratique vénézuélienne ne peut en effet compter que sur un tir de barrage nourri (façon pluie de bombes à la Curtis LeMay) des médias « occidentaux » pour espérer pouvoir reprendre illégalement le pouvoir (faut les comprendre aussi, 18 élections perdues et un coup d’état foiré, ‘sont un peu démoralisé les Kapriles, López et autre Machado). Pour arriver à se ré-accaparer le pouvoir et les richesses du pays sans attendre les prochaines élections, ils ont besoin de leurs brigades internationales de désinformation au meilleur de leur forme et de tout le vocabulaire de la manipulation quotidienne de l’AFP et Reuters (vous savez à base de « manifestation pacifique », « intensification du mouvement », « raz-le-bol populaire », « répression policière », « dictature », « régime totalitaire »), et pour ce qui nous concerne plus directement, de nos plus brillants artilleurs de la démocratie à vitesse variable, les Christophe Barbier, Jean-Pierre Elkabbach, Jean-Michel Aphatie, Nicolas Domenach, Renaud Dély, Yves Thréard, Jean Quatremer, Laurent Joffrin, Daniel Cohn-Bendit, Claire Chazal et Laurent Delahousse, j’en passe et des meilleurs. Aux abris [2], le pilonnage va commencer.

Mais je me laisse emporter … Le but de ce billet était juste en fait de vous faire part d’une petite info concernant … la Grèce. Vous vous souvenez ? Le grand titre de tous les journaux, il y a quelques mois. C’est bon. Tout est réglé, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles maintenant. Normal, puisque la Troïka (CE + BCE + FMI) est passée par là, gros bêtas que vous êtes.

Ah si, juste un petit truc:

« Les coupes budgétaires dans les dépenses publiques imposées par l’Union Européenne au système de santé Grec a ramené le pays plusieurs décennies en arrière, avec un bon du taux de mortalité des nouveaux-nés de 43% depuis le début de la crise. »

Et c’est pas Rackham le Rouge qui le dit, c’est Jorgo CHATZIMARKAKIS, un député allemand de centre droit (du même groupe politique que la Bayrouesque De Sarnez, de droite quoi) du parlement européen. Un MEP comme on dit quand on est branchouille (MEP = Member of European Parliament).

Il rajoute, semblable à un enfant qui découvre le fil à couper le beurre :

« Les politiques d’austérité ordonnées par la Troïka ont dégradé la situation socio-économique en Grèce jusqu’à un niveau jamais vu depuis la seconde guerre mondiale. »

Que découvre-t-il encore ce bon petit soldat du libéralisme qui adore les causes tout en prétendant s’offusquer des conséquences ?  Ah oui, que

« ce que l’UE autorise la Troïka à faire en Grèce va à l’encontre des droits fondamentaux de l’homme. »

Sans déconner, t’es sérieux là Jorgo ? Espèce de dangereux populiste, va !

Rappelons que depuis le début de la crise, le pays a effectué des coupes drastiques dans le système de santé. En particulier les programmes à l’intention des groupes les plus vulnérables, comme les programmes de prévention contre la drogue, ce qui a causé une augmentation des infections VIH. Étonnamment😉 , les coupes ont créé de longues listes d’attente, une énorme surcharge de travail pour les équipes médicales restantes et un nombre croissant de personnes non couvertes par une assurance médicale. Une situation tout à fait inattendue. Un peu comme si 2 plus 2 faisait soudainement … 4.

La Grèce est réduite à s’en remettre aujourd’hui à des médecins volontaires des ONG humanitaires.

Et du coup, le repenti d’origine grecque Chatzimarkakis souhaite maintenant saisir le Conseil de l’Europe sur les problèmes du système de santé grec, en arguant que les droits fondamentaux ne sont plus assurés dans un des États membres de l’Union Européenne.

Ben ça alors, si seulement on avait pu prévoir😉 !

Un article à diffuser sur la place Maïdan pour ramener le calme en Europe peut-être.


[1] Notes sur l’Ukraine

Quatre postes de ministres (et pas des moindres vous en conviendrez) ont été dévolus à des membres du sympathique parti nazi Ukrainien, Svoboda. Quatre sur vingt, ça fait bien 20 % ou bien ?

Ah, pis si on ajoute le poste (anecdotique également😀 ) de

on arrive à 5 sur 21, soit pas loin de 25%.

Et n’en déplaise à M. Fabius qui affirmait le 11 mars au matin sur France Inter sans éclater de rire que

“Le parti Svoboda est un parti plus à droite que les autres, [mais il n’est pas] d’extrême droite”,

le parti Svoboda est bien le parti Nazi d’Ukraine.  C’est même écrit sur leur site web :

Il a juste changé de nom et de logo en 2004 dans le cadre du processus paneuropéen de dé-diabolisation de l’extrême droite (c’est sûr que Svoboda – liberté😀 – c’est plus cool que Parti National Socialiste). Son inoffensif chef nazillon, c’est Oleh Tyanhybok. Un débonnaire compagnon qui en 2005 dissertait tendrement sur les “activités criminelles de la juiverie moscovite” de son pays. Tiens, pour ceux qui ne voient pas qui est ce brave gars, le voici là accomplissant le fameux geste de reconnaissance des humanistes de tous poils :

Il a fait du chemin depuis le petit.

Tiens, ici avec un « digne » représentant du régime étasunien, la secrétaire d’État adjointe américaine pour les Affaires européennes et eurasiennes, Victoria Nuland (c’est la petite sournoise au milieu, je préfère préciser au cas où) :

Là, avec l’Union Européenne, si parfaitement personnifiée par la baronne Catherine Ashton, percutante cheffe de la diplomatie européenne (quoi que cela puisse bien vouloir dire) :

Et évidemment avec le représentant de la nouvelle France OTANienne, notre ministre des affaires étrangères de gôche, Laurent Fabius :

J’en connais un à qui ça doit donner des idées, hein Dieudonné !

Si vous tombez des nues, deux conseils. D’abord, arrêtez immédiatement France Télévision et Libération, puis allez voir d’innombrables autres magnifiques photos qui vous en apprendront plus sur cet avenant parti ici ou par exemple.


[2] Notes sur le Venezuela

Le meilleur moyen de se mettre aux abris, intellectuellement s’entend, est évidemment, comme toujours, de lire autre chose que la pensée officielle. La plupart de ceux qui me suivent sont déjà probablement, pour être du même côté, parfaitement au courant de ce qui se passe la-bas. Mais juste au cas où un ou deux d’entre vous ne sauraient pas où regarder pour déconstruire la manipulation en cours (et qui va s’intensifier, j’en suis persuadé), voici quelques sources à explorer de toute urgence (plus vite on se vaccine, meilleures sont les chances de réussite de l’antidote). Attention, il ne s’agit pas de malbouffe informative découpée en petites barquettes ingurgitables en une minute. S’informer requiert du temps, désolé.

  • Coup d’État lent au Venezuela : série d’articles de fond (Ignacio Ramonet, Jean Ortiz, Jacques Sapir, Maurice Lemoine et d’autres) sur la situation au Venezuela
  • Venezuela infos : blog tenu par Thierry DERONNE sur la révolution citoyenne des médias au Venezuela
  • Venezuela en Vivo : blog qui suit le processus bolivarien depuis 2005 avec chroniques, analyses, reportages et coup de gueule.

Et n’oublions pas 2002:

Voilà qui devrait vous donner une autre vision de la chose. Et vous occuper pendant un certain temps.

C’est comme « Les Experts de Miami », mais en vrai😉 .

5 réflexions sur “Des nouvelles de … la Grèce … entre autres

  1. à en lire cet extrait moi je dis ça sent pas bon du tout !

    Le présentateur vedette de la télévision publique russe a fait souffler un vent de guerre froide sur son plateau en affirmant que la Russie pouvait transformer les États-Unis « en cendres radioactives ».

    « La Russie est le seul pays au monde capable de transformer les États-Unis en cendres radioactives« , a déclaré Dmitri Kisselev, le présentateur vedette de la télévision publique Russie 24, considéré comme le maître de la propagande du Kremlin, ce dimanche 16 mars.

    Dmitri Kisselev s’exprimait avec derrière lui une image de champignon nucléaire s’élevant dans le ciel lors de son émission hebdomadaire Les informations de la semaine, destinée à diffuser le point de vue du Kremlin sur la politique internationale. Son émission portait notamment sur la condamnation par les États-Unis du référendum de ce dimanche pour le rattachement de la Crimée à la Russie.

    Dmitri Kisselev a été nommé en décembre dernier par le président Vladimir Poutine à la tête d’une nouvelle entité regroupant l’ancienne agence de presse RIA Novosti, la chaine de télévision RT et la radio Voix de la Russie. « L’objectivité, c’est un mythe qu’on veut nous imposer. La politique rédactionnelle doit être liée à l’amour de la Russie« , avait-il indiqué lors de sa nomination.

    Avec la crise ukrainienne, Moscou et Washington ont engagé un bras de fer qui a viré à la crise diplomatique majeure entre les deux grandes puissances, qui pourrait durablement affecter les relations internationales.

    http://www.rtl.fr/actualites/info/international/article/la-russie-peut-reduire-les-etats-unis-en-cendres-radioactives-previent-la-tv-publique-russe-7770506866

    J'aime

  2. Parmi la liste des référendum illégaux ou anticonstitutionnels, tu as oublié un exemple bien de chez nous : celui de Mayotte en 1976 qui rattacha l’ile à la France ( aujourd’hui un DOM ) alors qu’il était jugé illégal par l’ONU et les autres iles comoriennes. Mais bon, nous on peut , on n’est pas russes quand même !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s