Une tribune d’un autre monde


Non, mais sérieusement vous avez lu la tribune exclusive publiée avant-hier, le 10 février,  par le Monde et le Washington Post, tribune cosignée par les présidents français et étasunien, MM. Hollande et Obama ?

D’un autre monde ! Totalement déconnectée ! Au milieu de la mauvaise vieille bouillie indigeste aux sempiternels poncifs analgésiques flottent de vrais gros morceaux d’endoctrinement impossibles à déglutir. Un texte dans lequel le grotesque le dispute à l’effarant, le sournois à l’inadmissible et le lénifiant à l’inepte.

Extraits choisis (et commentés 😉 ).

« Les responsables français et américains échangent quotidiennement des informations pour lutter contre le terrorisme dans le monde. »

Et lorsque les échanges fonctionnent moins bien, il reste toujours PRISM, voulait ajouter M. Obama, l’œil narquois et le rictus condescendant (mais l’amendement a été rejeté par notre relecteur national). La France s’enorgueillit, selon les propos de notre Président, de participer à la lutte terroriste du régime étasunien contre le terrorisme ? Fière du Patriot Act, des tortures Guantanamesques et autres drones assassins ? Jaurès, reviens !

« Dans toute l’Afrique et sur les autres continents, nos experts en développement aident des agriculteurs à augmenter leurs rendements et à sortir de la pauvreté. Dans des enceintes telles que le G8 et le G20, les États-Unis et la France s’attachent à promouvoir une croissance forte, durable et équilibrée, l’emploi et la stabilité, et nous relevons des défis mondiaux auxquels aucun pays ne peut, à lui seul, faire face. »

Ce passage serait carrément hilarant s’il n’était pas, malheureusement, aussi insultant pour la capacité de mémoire des Africains. Les « experts en développement » du libéralisme, français et étasuniens, dont les plus « illustres » (genre Camdessus, Strauss-Kahn, Lagarde, Lamy pour quelques représentants français) se partagent depuis toujours la direction de l’OMC, du FMI et de la Banque Mondiale, s’attachent, comme chacun sait, à développer à marche forcée la conversion de toute la planète aux règles du néolibéralisme, en fait à son unique règle, « plus aucune règle économique », avec leur arme de destruction massive favorite, les Plans d’Ajustements Structurels accompagnés de leurs inséparables conditionnalités, dont on connait les résultats sur l’explosion de la pauvreté d’abord en Afrique, puis dans les autres pays infectés par ce virus léthal (tout récemment, la Grèce et le Portugal).

« Depuis le retour de la France dans la structure de commandement de l’OTAN, il y a quatre ans, nous avons développé notre coopération à tous les niveaux dans le cadre de notre engagement à renforcer constamment le partenariat entre l’OTAN et l’Union européenne. »

C’est vrai que, comme son prédécesseur, le très non-regretté Sarkozy, Hollande a toujours exprimé sa soumission servile envers son maitre et modèle, le grand frère qui n’était même pas né il y a 300 ans. Pitoyable.

« Mais c’est précisément parce que nos intérêts et nos valeurs sont si proches que nous avons été en mesure de faire franchir un nouveau cap à notre alliance. »

Que quelqu’un, fusse-t-il notre Président, puisse laisser à penser que mes valeurs, mes valeurs propres, à moi, personnelles j’veux dire, seraient « proches » de celles de ce régime voyou m’est tout simplement insupportable. Pour la postérité, pour la descendance que je n’ai pas, je tiens donc à solennellement témoigner ici et maintenant du fait que, en ce qui me concerne, je suis aussi proche des « valeurs » des États-Unis que La Pen de l’amour entre les peuples.

« Il faut qu’un plus grand nombre de pays prennent leurs responsabilités pour garantir la sécurité et la paix dans le monde et faire progresser la liberté et les droits de l’homme. »

Faire progresser la liberté et les droits de l’homme et garantir la paix en suivant l’exemple du régime théocratique de Washington DC ? Brrr, ça fait froid dans le dos ! Dieu 😉 nous en préserve.

« Nous nous associons avec les gouvernements et les citoyens qui cherchent à consolider les institutions démocratiques, à renforcer l’agriculture et à lutter contre la faim, à améliorer l’accès à l’électricité et à fournir des traitements pour sauver des vies en les protégeant des maladies infectieuses. »

Ils enfoncent le clou. Mais cela ne prend pas.  Enfin, j’espère, hein, vous z’êtes pas dupes, rassurez-moi ? Peut-être un brin de Coué, la-dedans. Ouais, à ce niveau de ridicule, ça ne peut être que ça.

« Le partenariat pour le commerce et l’investissement que nous cherchons à mettre en place entre l’Union européenne et les États-Unis constitue une vraie opportunité pour tirer parti des millions d’emplois que représentent déjà, de part et d’autre de l’Atlantique, les échanges entre l’UE et les États-Unis. »

Ah, enfin un petit mot sur le pas-fameux-du-tout grand marché transatlantique, le très discret TTIP. Une vraie opportunité, affirment-ils. Grotesque, plutôt une véritable calamité annoncée.

« Nos efforts en faveur de la croissance et de la relance de l’économie mondiale disposeraient ainsi d’une base pérenne. »

Et je repense alors, une pointe d’admiration respectueuse dans le cœur envers nos dirigeants successifs visionnaires, aux efforts en faveur de la relance de notre propre pays … et en particulier à notre dynamisante politique d’austérité, à notre vivifiante rigueur, notre stimulante politique monétaire et nos revigorantes coupes sombres dans le budget.

« Notre leadership en matière de lutte contre le changement climatique est une composante de ces efforts. Alors même que nos deux pays réduisent leurs émissions de carbone, nous pouvons développer les partenariats en matière d’énergie propre qui créent de nouveaux emplois et nous font progresser vers une croissance sobre en carbone. »

Et enfin, cerise sur ce gâteau indigeste, ces deux clowns, le Zavatta du nucléaire et le Fratellini du gaz de schiste, osent se présenter (et sérieusement, semble-t-il) comme leaders « en matière de lutte contre le changement climatique ».  Tout simplement, criminel.

Mais quel rabat-joie je fais ! Pardon.

Parlons plutôt de ce magnifique diner d’état offert par le roi Obama à son pair Hollande et à sa cour, menée outrancièrement par le duc de Gattaz et la marquise de Lagarde, une superbe réception de l’entre-soi oligarchique mondial. Une percutante démonstration des nouvelles valeurs républicaines, sens de l’intérêt général, sauvegarde et essor du bien commun, transparence démocratique, sobriété de la représentation politique, respect de la souveraineté populaire, en somme, tout ce qui fonde aujourd’hui nos deux belles républiques monarchiques.

Vive la France et que Dieu protège les États-Unis d’Amérique ! Et à votre santé, les gueux.

Bleuurp, pardon, une p’tite nausée passagère.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s