Le concile du Bilderberg 2013, préhistoire 2


Ça y est la philo, c’est fini.  Les futurs bacheliers peuvent maintenant s’arrêter de (re)penser le monde et se consacrer pleinement à savoir comment se faire de la tune.  J’ai trouvé rafraichissante, à l’inverse des lecteurs du Monde (mais est-ce étonnant?), la politisation de certains sujets de cette mouture 2013.  Comme quoi, mes propres sujets proposés ce week-end pouvaient constituer une utile préparation.  Je retiens 3 sujets:

  1. Peut-on agir moralement sans s’intéresser à la politique ? (Série S)
  2. Être libre, est-ce n’obéir à aucune loi ? (Série Techno)
  3. Que devons-nous à l’État ? (Série ES)

Avec tout ça, je me rends compte que je n’avais pas fait écho à la dernière grand-messe du Bilderberg qui s’est tenue du 6 au 9 juin à l’hôtel Grove près de Londres.  Voci qui va être corrigé.

Comme vous le savez, ce rassemblement annuel est à l’Église du Libéralisme, ce qu’un concile est à l’Église catholique.  Les prélats de chaque département de l’Église (industrie, finance, politique, armée, média, enseignement, people, etc) s’y réunissent pour établir et faire évoluer ensemble, mus par leur engagement indéfectible et leur discipline sans faille, les règles et dogmes de l’Église ainsi que les moyens pour les répandre à travers le monde.  Les canons de la foi, en quelque sorte.

Les participants

Cette année, l’ecclésiastique choisi pour présider les séances était une nouvelle fois:

  • le comte Henri de La Croix de Castries, Chairman et CEO (ce qui veut dire « grand chef blanc ») du groupe AXA, et ami de Nicolas Sarkozy et de François Hollande.

Parmi les autres français, nous retrouvons des évêques et cardinaux habitués de ces petites sauteries:

  • Nicolas Baverez, arrogant endormi à la face contrite de jubilation morbide devant les désastres de l’austérité, dont son dernier opus d’allégations sans démonstration et de poncifs les plus éculés de la doxa libérale s’intitulait « Réveillez-vous ! »,
  • Nicolas Barré, le bien nommé, directeur de la rédaction des Échos, tout est dit,
  • Christine Lagarde, directrice générale du FMI, affameuse en chef de centaines de milliers de personnes de par le monde (en Afrique, en Amérique du Sud, en Asie et maintenant en Grèce, en Espagne, au Portugal, etc, liste malheureusement vouée à s’allonger), qu’il faudra bien un jour ou l’autre poursuivre, au même titre que Michel Camdessus ou Dominique Strauss Kahn, pour crime contre l’humanité,
  • et Jean-Dominique Senard, le patron du géant du pneu Michelin, qui tente actuellement de défendre habilement les suppressions de postes du site de Joué-les-Tour, et dont la rémunération personnelle pour l’année 2012 s’élevait à … plus de 2,1 millions d’euros.

Toujours côté français, quelques nouveaux curetons ont gouté aux plaisirs indicibles de l’entre-soi oligarchique, comme par exemple:

  • François Fillon et Valérie Pécresse, deux UMP prétendument bon ton, vieille droite, soft et, partant, fréquentables, mais qui sont en réalité de droite libérale comme tout le monde.

Pour les européens, relevons juste:

  • David Cameron et Mario Monti, deux fanatiques illuminés qui ont vu, de leurs propres yeux vus, la Main Invisible du Marché Elle-même (dommage qu’Elle n’en ait pas profité pour leur administrer une bonne baffe)
  • et bien sûr, le président de la Commission Inquisition Européenne, José M. Durão Barroso, également directement et personnellement responsable d’innombrables malheurs pour lesquels, espérons-le, il devra un jour rendre des comptes.

Enfin, à tout saigneur, tout honneur, citons parmi les grands prêcheurs étatzuniens, deux magnifiques specimen:

  • Henry Kissinger, un criminel de guerre prix Nobel de la Paix (comme c’est souvent le cas, la noirceur de l’humour des Norvégiens ne reculant devant aucun ridicule), ayant officié sous les      administrations Nixon et Ford, directement responsable du coup d’État au Chili en 1973 et plus généralement de l’opération Condor en Amérique Latine, du bombardement du Cambodge et du Viêt Nam, de l’invasion du Timor oriental, ou encore du soutien formel des USA au dictateur indonésien Suharto,
  • et Eric E. Schmidt, non pas le romancier français Éric Emmanuel Schmitt, auteur notamment des excellents L’Évangile selon Pilate (2000) et La Part de l’autre (2001), mais bien de Eric Emerson Schmidt, CEO (grand chef blanc, souvenez-vous) du géant Google, le patron d’entreprise qui parlait à l’oreille des présidents élus.

Les sujets discutés

Comme tous ces prélats aiment à le rappeler pour épater la galerie des statues de cire médiatiques, leurs « discussions informelles » concernent les « problèmes majeurs auxquels le monde est confronté » (major issues facing the world).  Genre, nous autres, grands hommes, essayons de trouver, pour vous autres, bandes de gueux ingrats, des solutions aux grands maux de l’humanité :D.  Évidemment, quiconque s’est intéressée un tant soit peu à l’histoire de ces vampires internationaux, sait pertinemment, qu’ contraire, leur but principal est de mettre au point les tactiques qui permettent de les faire perdurer, les grands maux de la multitude correspondant souvent à d’énormes gavages pour leur caste.

Tant que ça rapporte, l’Église est satisfaite.  Officiellement, les sujets clés abordés cette année étaient donc:

Sujets officiellement abordés Problématique concrète du Capital correspondante
Can the US and Europe grow faster and create jobs? Comment continuer d’augmenter les profits grâce au jeu de taquin des délocalisations
Jobs, entitlement and debt Comment conserver l’eldorado de l’endettement privé et public auprès des banques privées
How big data is changing almost everything Comment développer les outils d’espionnage permettant d’accéder immédiatement à n’importe quelle information sur n’importe quel être humain de la planète
Nationalism and populism Comment accroître la propagande pour faire croire que les idées progressistes et humanistes (et ceux qui les portent) ne sont que des fadaises populistes dangereuses, tout en dé-diabolisant le fascisme et l’extrême droite, fidèles chiens de garde de l’Église
US foreign policy Comment accentuer la terreur qu’inspire les forces armées Etatzuniennes, le bras armée de l’Église, de par le monde
Africa’s challenges Comment maintenir l’Afrique dans l’état actuel, entrepôt de matière première et vivier de main d’œuvre lowcost
Cyber warfare and the proliferation of asymmetric threats Comment répandre le Patriot Act étatzunien au reste des nations du monde
Major trends in medical research Comment poursuivre le processus de privatisation de la santé, de création de nouvelles maladies, d’augmentation des profits des grands laboratoires pharmaceutiques, de brevetabilité du vivant
Online education: promise and impacts Comment mettre en place de nouvelles techniques de diffusion de l’illettrisme, de l’ignorance, voire de l’analphabétisation, comme vecteur de propagation de la Foi
Politics of the European Union Comment approfondir le processus de prise de contrôle tyrannique du Capital en Union Européenne
Developments in the Middle East Comment inventer de nouvelles expériences de chimie socio-politique explosive sur les populations arabes et moyen orientales
Current affairs Affaires courantes: principalement, comment encore améliorer la stratégie de propagande mondiale qui fait passer aux yeux de tous du blanc pour du noir et inversement.  Les axes d’amélioration actuels concernent, par exemple:

  • travestir la fraude fiscale internationale en … lutte contre la dite fraude fiscale,
  • faire passer des guerres de colonisation économique pour … des ingérences humanitaires pour exporter la démocratie,
  • ou encore, masquer des régressions sociales inimaginables il y a à peine 30 ans en … nécessités rationnelles incontournables qui seront bénéfiques au peuple dans un futur proche (qui ne cesse de reculer), le fameux trickle-down dont tout le monde parle mais que jamais personne n’a vu

Comme le laissait entendre le monde selon Philp K. NIC, le réchauffement climatique n’est donc pas perçu comme un « problème majeur auquel le monde est confronté » (major issue facing the world).  En tous cas, ce problème ne mérite clairement pas qu’on perde son temps à en discuter.

Que certains estiment aujourd’hui que le seuil fatidique des +2°C pourrait d’ores et déjà être compromis, pffft, quelle rigolade!  Que les émissions mondiales de carbone aient augmenté de 3% en 2011 par rapport à l’année précédente, et que la tendance depuis 2000 soit à une augmentation de 0,8% en moyenne chaque année, alors qu’il faudrait maintenant réduire de 5% par an les émissions de CO2 jusqu’en 2050 pour espérer contenir le réchauffement à +2°C, on s’en cogne!  Que ce taux de réduction de 5% n’ait jamais été réalisé sur ces cinquante dernières années, rien à foutre!   Que même en doublant notre taux de « décarbonisation  » actuel, nous soyons probablement voués à aller inexorablement vers un réchauffement de … +6°C à la fin du siècle,  trop d’la balle!

Que nous soyons « en train de créer un climat préhistorique dans lequel notre société va devoir faire face à des risques énormes et potentiellement catastrophiques », no problèmo, on gère!

Au contraire même!  Gavons-nous de gaz et de pétroles de schistes!  Et puis, vivement que cette putain de banquise fonde pour qu’on puisse enfin exploiter à fond tous les hydrocarbures qui submergent certainement son sous-sol!  Brûlons, carbonisons, incinérons, consumons, réchauffons!  Trop top!

C’est la fête du carbone chez les Bilderbergiens!

Pour finir, rappelons à toutes fins utiles que « la fin du siècle », ce n’est pas du tout pas l’an pèbre (comme on dit chez nous), et que nos enfants, bébés, écoliers, lycéens et probablement étudiants d’aujourd’hui, vivront pour beaucoup cette époque formidable, ce climat préhistorique.

C’est à se demander si les Bilderbergiens ont des enfants.


5 réflexions sur “Le concile du Bilderberg 2013, préhistoire 2

  1. Belle brochette d’oligarques au concile du bilderberg. Certains d’entre eux sont ou ont été ennuyés par la justice, pourtant ils prennent des décisions qui affectent nos existences. Le balai ne sera jamais assez large pour les dégager d’un seul coup.
    @Philippe: sur l’impact des activités humaines sur le climat et l’écosystème, lire le bon bouquin d’Hubert Reeves ( qu’on ne peut traiter de pessimiste ou de vendu notoire ) : mal de terre, publié en 2005 mais malheureusement toujours d’actualité.

    J'aime

  2. @Philippe
    Merci pour votre soutien.

    Concernant le réchauffement climatique, de plus en plus d’articles que je lis vont plutôt dans le sens du consensus sur le fait qu’il y a bien réchauffement climatique lié à l’activité humaine (AGW en anglais, pour « anthropogenic global warming »). C’était la conclusion de ce billet dans lequelle je faisais état de cette étude scientifique qui a analysé 11 944 articles écrits par 29 083 scientifiques et publiés dans 1980 journaux et revues de plus de 80 pays. Donc, étude qui n’était pas réduite aux scientifiques du GIEC. La conclusion est sans appel: +97% des scientifiques (GIEC ou pas) sont d’accord avec l’AGW.

    Vous pourriez me répondre qu’à une certaine époque, 100% des « scientifiques » croyaient que la terre était plate. Le ratio de scientifiques convaincus d’une théorie n’est donc pas un gage de véracité. Certes. Mais ce qui est intéressant, c’est la courbe, la tendance. Et cette dernière augmente. Il y a de plus en plus de scientifiques qui sont convaincus par l’AGW. Quand Newton a inventé la gravitation, 0% des savants y croyaient, puis, petit à petit ce ratio a augmenté pour atteindre aujourd’hui 100% (même en l’incluant dans le cadre de la relativité ou de la mécanique quantique). Bref, tout ça pour dire que, lorsque de plus en plus de scientifiques tombent d’accord sur une assertion, il y a fort à parier que l’assertion soit vraie.

    Comme vous le savez (puisque vous me lisez, ce dont je vous remercie encore), je ne suis pas le dernier lorsqu’il s’agit de détecter (ou d’imaginer, diront certains ;-)) la propagande là où elle se cache. Et en l’occurrence, j’ai plutôt l’impression qu’il y a … propagande inverse. A part sur Arte, je note en effet que la plupart des grands médias « main stream » relaie avec beaucoup d’insistance le scepticisme quant à l’AGW. Et cette propagande fonctionne parfaitement. Aux États-Unis par exemple, plus de 57% de la population met en doute l’AGW (comme vous ;-)) ou n’est pas au courant du consensus scientifique sur le sujet. Ce qui signifie qu’à peine 43% des américains sont d’accord avec l’AGW! Chiffre à comparer aux 97% des scientifiques! Ils appellent ça le « consensus gap ». Énorme trou.

    « à qui profite cette désinformation? »
    Là est effectivement la bonne question. Instiller le doute dans la tête des gens sur la réalité de l’AGW est le meilleur moyen pour que continue, s’intensifie et se diversifie toutes les exploitations d’énergie fossiles de par le monde. Car cela permettrait bien sûr aux grandes compagnies pétrolières de reprendre leur marche effrénée vers les profits colossaux. Comment? Il n’y a qu’à voir ce qui est en train de se passer avec les pétroles et gaz de schistes. Aux USA c’est déjà la ruée vers l’or, et le lobbying a déjà fortement commencé en Europe, et en France en particulier, pour que cèdent les dernières digues. Et quand j’entends des « responsables », politiques ou économiques, évoquer sérieusement l’exploitation future des hydrocarbures du sous-sol de l’Arctique dès que la banquise aura fondu, j’en ai des haut-le-cœur.

    Désolé d’avoir été aussi long, mais le sujet est complexe.
    Probablement à très bientôt, et merci encore.

    J'aime

  3. Merci pour vos articles dont la verve et l’humour sont rafraîchissants. Par contre, je ne vous suis pas dans votre appréciation d’un réchauffement climatique d’origine anthropique. On peut effectivement parler d’un changement climatique, et s’il y a eu réchauffement dans les années passées, nous voyons nettement aujourd’hui une inversion du phénomène. La propagande du GIEC est très loin de faire l’unanimité, même parmi ses membres ; à qui profite cette désinformation dont Gore s’est fait le zélé porte-parole ? Le jour où on verra des politiciens professionnels se préoccuper sans arrière pensée du bien-être de leurs concitoyens, votre blog n’aura plus de raison d’être… Donc je vais vous lire encore longtemps !

    J'aime

  4. @paupierre
    Heureux que vous trouviez ça utile.
    « c’en est désespérant de constater l’impassibilité des populations »
    Effectivement. Souvent je me demande d’ailleurs à quoi bon tout ça. Et puis ça repart.
    Merci pour votre commentaire.

    J'aime

  5. MERCI, MERCI, MERCI. Simply left est une véritable source d’informations. Aujourd’hui elle est particulièrement riche d’enseignements tous azimuts, même l’an pebre dont je ne connaissais pas l’expression, et puis MARINALEDA dont j’avais entendu parler. Le film me permet de mieux en connaître le fonctionnement. Et je n’oublie pas la traduction des sujets officiellement abordés à Bilderbeg. Tout est si clairement exposé que c’en est désespérant de constater l’impassibilité des populations, dont nous faisons partie ! Pourtant, nous constatons de plus en plus les modifications du climat…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s