La gravité de Newtown


Non, mais y’sont vraiment graves ces AmériKKKains !

Vous avez bien sûr suivi, dans tous les médias, le massacre de Newtown, une petite ville du Connecticut (un des 50 états des États-Unis d’Amérique, 51 si on compte Israël ;-)), un des plus graves massacres jamais commis dans un établissement scolaire dans ce pays pourtant coutumier de ces tueries.  Celle-ci a fait 26 morts, dont 20 enfants âgés de cinq à dix ans.

Je n’y reviendrai donc pas.

Sauf pour vous montrer en quoi cette tragédie va faire évoluer les esprits au pays de la NRA (la fameuse National Rifle Association du très raciste, très homophobe et heureusement très âgé Charlton Heston, entre autres délicats salopards).

En rien.

Voici en effet comment le Herald, quotidien de Caroline du Sud (un autre des 50/51 états zunis), a couvert le massacre en pages intérieures, hier samedi.  En l’accompagnant d’une énorme publicité pour des soldes de Noël (!!) sur … des pistolets automatiques, des revolvers et des fusils d’assaut Smith & Wesson.

Affligeant !  Même si le journal s’est évidemment rapidement fendu, a posteriori, d’excuses en bonne et due forme.  Ce n’était pas intentionnel, se défendent-ils.  Oops, sorry.  The biouuulet.  Comme si une erreur de mise en page pouvait excuser la volonté assumée de continuer à faire la publicité d’armes automatiques.

Pitoyable.

Un peu comme Renaud Dély, le directeur de la rédaction de notre très hexagonal Nouvel Obs., qui s’excuse par petit oiseau bleu interposé, d’avoir laissé son journal (et celui de Joffrin aussi, rendons à César) publier dans le Nouvel Observateur de cette semaine une page entière de publicité (une page entière !  une monstruosité !) pour une association de militants anti-avortement.

Vous avez probablement également suivi cette histoire.  Je ne mets donc pas l’image de cette monstrueuse pub dans mon billet.  Ni même un lien vers le Nouvel Obs. d’ailleurs.  Y’en a marre de leur apporter du trafic qu’ils ne méritent pas.

Démerdez-vous pour les trouver par vous même si vous ne me faites pas confiance ou si vous débordez de curiosité morbide.  Ouais, parce que, j’sais pas si vous avez remarqué mais les pro-life, comme ils se nomment eux mêmes de manière tout à fait paradoxale (ben oui, ils sont pour la plupart favorable à la peine de mort quand même, plutôt pro-death donc), sont souvent à la pointe du top quand il s’agit de manipuler le morbide.

Bref, démerdez-vous.

Advertisements

2 réflexions sur “La gravité de Newtown

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s