Pot-pourri de graphiques édifiants


Putain que tout cela est décourageant !

Serge a tellement raison quand il affirme qu’on n’a plus le temps:

« On n’a plus le temps de se plonger dans un livre « trop long », de flâner dans une rue ou dans un musée, de regarder un film de plus de quatre-vingt-dix minutes. Ni celui de lire un article abordant autre chose qu’un sujet familier. Ni de militer ni de faire quoi que ce soit sans être aussitôt interrompu, partout, par un appel qui requiert d’urgence son attention ailleurs. » Serge Halimi, Le Monde Diplo, Octobre 2012

Plus personne n’a le temps de rien.  Et encore moins de s’intéresser aux sujets déterminants pour notre avenir de citoyen et d’être humain, je veux bien sûr parler de sujets tels que le prochain éliminé de Koh-Lanta, ou le poids du nouvel iPAD, ou encore le dernier but de Zlatan avec la Suède (magnifique, au demeurant).

Culture du zapping oblige, toute idée, tout argumentaire, tout concept, toute réflexion se doivent aujourd’hui d’être exprimés en 1 phrase unique de moins de 15 mots si possible, sous peine de perdre irrévocablement l’intérêt, a priori déjà très frêle, et l’attention, toujours vacillante, de votre interlocuteur ou lecteur.  Bien sûr, s’il s’agit d’exprimer un goût prononcé pour les fraises, ou pour Brad Pitt dans la pub de Chanel n°5, passe encore (quoique), mais lorsque vous souhaitez expliquer, par exemple, pourquoi la poursuite effrénée de la compétitivité est une obsession aussi inepte que dangereuse, là, c’est pratiquement peine perdue.

Ceci est vrai à l’oral, bien sûr, dans nos discussions quotidiennes.  Et que dire du sort réservé à l’écrit !  Sans même parler de livres, qui prend encore le temps de nos jours de lire de rébarbatifs articles techniques sur l’économie ou la politique (la vraie, celle des idées, pas la vie politicienne de tel parti ou de tel politocrate diffusée par nos « grands » médias).  Finalement, très peu de gens, quand on regarde autour de nous.

J’aurais aimé vous présenter, et je l’espère, vous inciter à aller lire, deux nouveaux documents sortis dans le silence le plus absolu en cette fin-octobre début-novembre, deux documents majeurs pour la compréhension de ce que pourrait concrètement être une alternative réaliste à la pensée unique dominante.  Chacun de ces deux document est l’antithèse parfaite d’un autre document dont vous avez en revanche été copieusement abreuvé ces derniers jours.  Le yin et le yang, en double:

  • En finir avec la compétitivité (yang), un rapport de 27 pages des économistes de Attac et de la fondation Copernic, qui envoie aux oubliettes de l’ineptie économique le rapport Gallois (yin)
  • Le contre-budget du Parti de Gauche (yang), un budget de 24 pages des économistes du Front de Gauche, qui chiffre précisément ce que pourrait être une politique de gauche juste et efficace économiquement, s’opposant donc frontalement au budget austéritaire de droite néolibérale de Jean-Marc Ayrault et François Hollande (yin).

Mais, j’ai supposé que cela n’intéresserait finalement pas grand monde puisque TF1 n’en a pas parlé.  Alors, me suis-dit un matin dans mon bain vertical (la douche, quoi), pourquoi ne pas tenter une approche plus dans l’air du temps, plus accrocheuse peut-être.  Pourquoi ne pas parsemer mon billet de photos de seins nus et de vidéos de mariages princiers !  Inutile de frénétiquement scroller (anglicisme informatique qui signifie faire défiler vers le bas la page internet affichée en tournant la molette centrale de votre souris ordinateuresque) vers le bas de ce billet, ce n’est finalement pas la solution que j’ai retenue.  Désolé.

J’ai en effet préféré faire un billet regroupant, listant, enfilant les uns derrière les autres, sans aucune structuration ni enchainement logique, un certain nombre de graphiques et d’illustrations, pour synthétiser ma pensée sur ces sujets brulants que sont typiquement la compétitivité, le « coût du travail », la politique de l’offre, l’austérité à la grecque, tous ces sujets qui me tiennent à cœur et sur lesquels je me suis par ailleurs déjà abondamment et probablement inutilement exprimé auparavant.  Un zapping de schémas sans explications, ni analyses, ni décryptages, ni commentaires (ou si peu).  Que faut-il conclure de telle courbe ?  Que doit-on déduire de tel schéma ?  Comment juger ce qu’implique telle illustration ?  À chacun d’entre vous de tirer ses propres conclusions.

Une sorte d’hommage antagonique à François Lenglet, l’éditocrate « je-vous-ai-préparé-un-petit-schéma ».

Commençons par … une exception.  Je ne peux en effet m’empêcher d’accompagner le graphique qui suit d’un commentaire.  Pourquoi ?  Parce que c’est tellement énervant.  C’est pas faute de l’avoir dit et redit: les prévisions de la Troïka pour la Grèce (FMI, BCE,UE) étaient et continuent d’être totalement fantaisistes !  Regardez plutôt:

En pointillés, on voit les évolutions du PIB de la Grèce telles que prévues par la troïka, évoluant d’année en année.  La ligne pleine noire représente l’évolution réelle.

Extraits du rapport « En finir avec la compétitivité »

J’aime beaucoup celui-ci:

Extraits du contre-budget du Parti de Gauche

Voilà.

Ça vous a plu ?  Cela vous a-t-il donné envie d’essayer de trouver le temps de lire, ou au moins, de regarder ces documents d’un peu plus près ?

Non ?  Toujours pas ?

Putain, merde, je m’y prends vraiment comme un manche !  Désolé.

8 réflexions sur “Pot-pourri de graphiques édifiants

  1. Parfait…. vous jetez l’éponge. Voici donc un site ou lorsque l’on est pas d’accord avec l’auteur la discussion s’arrête… bel exemple d’ouverture. Continuez donc à vous faire des courbettes avec vos lecteurs consensuels.

    mes amitiés à JLM.

    .

    J'aime

  2. @SPIM

    Mon très cher SPIM,

    je vous remercie de m’avoir indiqué mon lien cassé vers le document PDF du contre budget 2013 du Front de Gauche. Cela m’a permis de corriger ce problème. Vous pouvez donc dès à présent le télécharger si vous le souhaitez. Avec toutes mes excuses. Vous conviendrez néanmoins qu’une simple petite recherche sur internet vous aurait permis de le retrouver très facilement si vraiment ce document vous intéressait. Mais peu importe, vous l’avez maintenant en cliquant sur le tableau de synthèse (à moins que j’aie encore fait une connerie).

    Je suis désolé si vous avez ressenti un ton condescendant dans mes propos. Cela doit sans doute venir du fait que nous n’abordons pas du tout les problèmes sur le même plan. Je vous parle d’inégalités des chances, vous me répondez « tout est un problème d’éducation et de prise en main individuelle ». J’ai en ligne de mire le principe d’accumulation du capital, et vous mixez un « le problème de très riche est intolérable…. mais pour moi il n’a rien avoir avec notre système fiscal… il est plutot le fruit du système capitaliste. » enchainé à un « Je ne suis pas sur que c’est en cassant notre systeme actuel sous prétexte d’une poignée d’ultrariches que nous résolverons le problème… Adoptons plutôt un système qui limitera d’office les rémunérations des sportifs, artistes, dirigeants du CAC 40 & co. » Je vous parle de solidarité, vous me renvoyez la fausse bonne idée éculée (et défendue par les très favorisés) « pourquoi ne pas adapter les remboursements/prise en charge des soins aux revenus de chacun » qui ne peut mener qu’à une médecine à plusieurs vitesses dont la qualité serait proportionnelle aux revenus (l’inverse même donc de la solidarité).

    Bref, je ne comprends rien à ce que vous voulez me dire (et la réciproque a l’air d’être vraie également).

    J’ai en fait beaucoup de mal à vous cerner. Je ne sais trop dire si vous êtes réellement un citoyen (qui se croyait de droite ;-)) sur la voie de l’ouverture à d’autres visions du monde ou si vous êtes tout simplement un troll venu me faire perdre mon temps. Si vous êtes dans le premier cas, faites quelques exercices (et ne voyez dans cette invitation aucun condescendance) de lecture, comme le Contre-Budget et L’Humain d’abord pour commencer, puis revenez discuter de tout ça avec moi.

    Mais je penche plutôt pour la seconde solution. Car je note que vous bourrez votre commentaire des poncifs que véhiculent les biens-pensants sur le Front de Gauche, du style « très utopistes », « soyons raisonnables », « arrêtons de nous bercer de douces illusions », « cas extrêmes dont le Front de Gauche est gourmand », « des termes aussi radicaux », « Stop à la démagogie », « Pourquoi vouloir toujours tout résumer à ces exemples extremes », « vos potions extremes », « utopistes et irréalistes ». Il est donc évident que vous ne connaissez par le début de la moindre petite idée de ce que la gauche est et veut faire. D’où mon conseil (quitte à paraitre encore une fois condescendant) de vous appliquer à vous même votre devise « je me botte les fesses…. » et informez-vous !

    Le Front de Gauche ne se bat pas contre une poignée de très riches, les grandes entreprises du CAC 40 (ou pas que ;-)) C’est un programme complet et cohérent. Bien plus complexe que ce que vous croyez, un programme et des idées auxquels il faut donc consacrer beaucoup de son temps.

    Il me semble à l’inverse de la conclusion dont vous vous bercez que vous avez une vision de la gauche, de la France, et probablement du monde, bien plus simpliste que ce qu’est la réalité, et que ce que le programme du Front de Gauche tente d’adresser.

    En attendant, il me parait stérile de continuer cette partie de ping-pong. J’arrêterai donc là les frais.

    J'aime

  3. Je passe au delà de votre ton, un brin condescendant, pour vous souligner que j’aurai bien aimé aller plus loin avec votre tableau sauf que le lien n’existe plus… bref, contrairement à vous je ne vais pas faire preuve de cynisme… mais admettez qu’il est difficile d’aller dans le détail d’un document auquel nous n’avons pas accès!
    Vous nous proposez du synthétique…. ne vous étonnez donc pas d’avoir des réponses du même tonneau.
    Il me reste maintenant à lire ce fameux programme. je vous en remercie.

    Concernant ce « sophisme débile ». Au delà du jugement de valeur et de la rhétorique mathématicienne (qui selon moi n’a aucune valeur sachant que nous parlons de l’humain) je prends l’exemple de n’importe quel Français aujourd’hui… n’a t’il pas la possibilité d’avoir 1000x plus accès à la culture que nos parents, nos grand-parents ? le vrai problème est plutot de savoir si le Français d’aujourd’hui a envie d’éteindre les médias de masse pour aller lire, voir un concert, se balader dans un musée…. tout est un problème d’éducation et de prise en main individuelle….

    Sur le 2e point, je vous rejoins, simplement les termes « oeuvrer pour un monde de paix » me paraissent très utopistes. Il faudrait comme vous le laisser entendre, insister sur le civisme, le vivre ensemble etc. avant d’avoir la prétention de parler de paix…. l’humanité se déchire depuis des millénaires le Front de Gauche souhaiterait avec 1,5 Mds oeuvrer pour y mettre fin…. soyons raisonnables…. arrêtons de nous bercer de douces illusions.

    Si vous m’aviez bien lu, j’admettais bien volontiers que le problème de très riche est intolérable…. mais pour moi il n’a rien avoir avec notre système fiscal… il est plutot le fruit du système capitaliste. Là encore si l’on s’éloigne des cas extrêmes dont le Front de Gauche est gourmand on se rend compte que notre fiscalité bien la redistribution de la richesse des « normalement riches » vers les « normalement pauvres ». Je ne suis pas sur que c’est en cassant notre systeme actuel sous prétexte d’une poignée d’ultrariches que nous résolverons le problème… Adoptons plutôt un système qui limitera d’office les rémunérations des sportifs, artistes, dirigeants du CAC 40 & co.

    Enfin, qui a parlé de supprimer la sécurité sociale ? je relis mes propos… non…
    Selon moi il faudrait la réformer… une idée simple : pourquoi ne pas adapter les remboursements/prise en charge des soins aux revenus de chacun ? là ou je ne vous comprends pas c’est sur le terme « abolir l’insécurité »… comme si aujourd’hui la CMU n’existait pas… biensur tout pourrait être perfectible, mais de là à utiliser des termes aussi radicaux !
    Lorsque vous dites que les moyens liés au social ne cessent de baisser je vous répondrai que j’ai croisé 2 élus qui nous ont présenté leur budget 2012… et quelle est la part la plus importante de leur budget ? l’aide au chômeur, aux seniors, aux handicapés n’a cessé d’augmenter dans les budgets de nos collectivités locales… loin de moi l’idée de dire que c’est mal… simplement il faut arrêter de dire que dans notre pays l’accès au service de l’Etat se réduit. Stop à la démagogie de nos politiques (de gauche comme de droite).

    Pour finir, le problème avec le Front de Gauche c’est que vous vous battez contre la poignée de très riches, les grandes entreprises du CAC 40…. mais que faites vous des autres ? Pourquoi vouloir toujours tout résumer à ces exemples extremes ? Est ce le portrait de la France d’aujourd’hui ? La France me semble bien plus complexe que cela et vos potions extremes me semblent une fois encore utopistes et irréalistes.

    bonne soirée.

    J'aime

  4. Très beau plaidoyer contre de fausses certitudes ressassées; et pour un mieux-être qui n’a rien d’utopique. J’aimerais corroborer vos affirmations point par point. Je préfère inviter les lecteurs à la réflexion, et à la diffuser au possible. Abon entendeur…

    J'aime

  5. @SPIM

    Bonjour SPIM,

    le tableau du « contre-budget 2013 » du Front de Gauche est, comme le titre l’indique, une synthèse. Il est donc normal de n’y trouver que des éléments … synthétiques qui peuvent, si on ne creuse pas plus avant, apparaître comme « des incantations plus en phase avec le monde de Mickey qu’avec notre triste réalité ».

    Si, comme vous le prétendez, vous cherchez réellement les explications précises et concrètes concernant les dispositions de ce contre budget, il vous suffit de … cliquer sur le dit tableau pour télécharger le document complet du contre budget. Vous y trouverez probablement toutes les réponses à vos prétendues interrogations. Et si même ce document ne vous semble pas encore assez précis, je ne saurais trop vous conseiller alors de lire in extenso le programme du Front de Gauche, l’Humain d’abord, où toutes les mesures chiffrées dans ce contre budget y sont détaillées par le menu.

    Une fois cette exercice élémentaire d’information effectué, vous ne manquerez pas alors de conclure, j’en suis persuadé, que ces lignes budgétaires synthétisées dans le tableau que j’ai donné ci-dessus sont loin d’être des « chiffres sortis du chapeau » et qu’un véritable programme de gauche est un idéal « louable » (comme vous dites ;-)) bien plus proche « du pragmatisme dont nous aurions besoin » que toutes les politiques néolibérales que nous subissons depuis 30 ans. Et vous serez alors convaincu que le « joli conte de fée pour enfant », c’est de prétendre que la lutte individualiste de chacun contre tous pour son propre intérêt personnel est LA solution pour améliorer la qualité de vie pour tous et le bien commun. Rien que de l’écrire devrait vous faire hurler de rire (ou de rage selon le degré d’implication que vous portez à ces choses de la société). C’est pourtant le pilier central de l’idéologie qui nous gouverne depuis des décennies.

    Maintenant, si vous le permettez, voici tout de même quelques réponses à votre commentaire:

    « il me semble que quiconque aillant le souhait de se cultiver, de se former peut y arriver avec un semblant de volonté et de « je me botte les fesses…. » l’accès à la culture n’a jamais été aussi facile ! »
    Je ne sais pas dans quel environnement vous vivez mais vous avez tort. Vous reprenez avec votre commentaire, consciemment ou pas, là n’est pas la question, l’argument anglosaxon « quand on veut vraiment, on peut », sophisme débile (faible) puisqu’il suffit de l’examiner sous sa forme contraposée (au sens mathématique), « si on ne peut pas, c’est qu’on ne le veut pas vraiment » pour se rendre compte de son inanité.

    « Oeuvrer pour un monde de paix »…. sans commentaires ! naiveté sur la nature humaine quand tu nous tiens
    Peut-être, après avoir lu le programme du Front de Gauche, pourriez-vous enchainer, si je peux me permettre, par la lecture de Jean-Jacques Rousseau, ou sa relecture, si c’est déjà fait (surtout que « l’accès à la culture n’a jamais été aussi facile »). La nature humaine ! Et la société, alors, qu’en faites vous ? Son but n’est-il pas justement d’essayer d’organiser, de canaliser, de « civiliser » cette « nature humaine » ? Le contrat social n’est-il pas une autre voie à la loi du plus fort ? Ce que vous appelez naïveté, j’appelle cela progrès.

    « Partager les richesses » – il me semble que notre systeme fiscal le permet déjà en grande partie
    Là, vous devez plaisanter, je suppose. Puisque vous dites vous être baladé sur mon site, vous avez certainement trouvé quantité de billets qui expliquent et détaillent à quel point les richesses produites sont de moins en moins partagées et de plus en plus accumulées par un petit nombre.

    « abolir l’insécurité sociale » alors que nous avons déjà un systeme social qui est déjà en faillite mais qui malgré tout est montré comme l’un des plus favorables au monde… ?
    Pour vous, si je vous comprends bien, le déficit du système de sécurité sociale (il n’est pas en faillite) est un argument pour … sa suppression ? Puisque les comptes ne sont pas équilibrées, nous devons supprimer des prestations sociales, expression, chez un peuple évolué, de la solidarité de ceux qui ont eu plus de chance dans la vie envers ceux qui galèrent ? C’est cela la solution ? Ne vaudrait-il pas mieux prendre le problème par le bon bout ? Moi, je vois les choses ainsi. Les richesses du pays ne cessent d’augmenter, donc les moyens existent. Au lieu de diminuer le montant alloué à la solidarité, il faut partir du besoin (voulons-nous, oui ou non, soigner nos malades, assurer une retraite convenable à nos anciens, permettre à ceux qui sont sans emploi de continuer de vivre, etc), et trouver alors les moyens pour satisfaire ces besoins. Je le répète ces moyens existent. Encore une question de redistribution.

    « Concrétiser les idéaux de la République…. » : encore faudrait il que nos chers concitoyens les connaissent et aient envie de les partager…. et lorsque je vois le nombre d’incivilité gratuite au quotidien, le chemin est long.
    Je vous rejoins sur la nécessité pour une société civilisée que ses concitoyens « connaissent et aient envie de partager » ses idéaux et ses valeurs. Et le chemin est, comme vous le dites, long. L’école laïque pour tous, la pluralité de l’information, l’éducation permanente, l’accès à l’art, la véritable égalité de chances, etc, Beaucoup de temps, beaucoup d’investissement, beaucoup de patience, beaucoup de volonté, beaucoup d’amour… Devons-nous pour autant renoncer ?

    SPIM, « salutations » et peut-être à bientôt 😉

    J'aime

  6. Le conte de fée et le rêve utopiste sont là car les Etats ne commandent rien en ce monde (surtout avec des dirigeants vendus). Les Etats et le pognon des peuples sont inféodés aux ultra-riches qui écrasent les populaces par l’intermédiaire de la Troïka et consorts; ces derniers ayant pour agents exécutants des marionnetes subventionnées (MEDEF en France et autres parasites illégitimes), à ces derniers étant « accollés » les innombrables courtisans profiteurs de tout acabit.

    J'aime

  7. bonjour,

    je parcours votre blog avec intérêt depuis plusieurs dizaines de minutes et même si je ne partage pas votre « couleur » politique je trouve votre démarche intéressante.
    J’ajouterai que je ne suis en rien un spécialiste des questions que vous abordez, je suis juste en quête de nourrir ma curiosité sur l’ensemble de ces sujets…
    Quelques remarques sur le tableau du « contre-budget 2013 » du Front de Gauche : présentez comme tel, ce tableau semble afficher des incantations plus en phase avec le monde de Mickey qu’avec notre triste réalité…. comment mettons en oeuvre plus « d’émancipation humaine » – il me semble que quiconque aillant le souhait de se cultiver, de se former peut y arriver avec un semblant de volonté et de « je me botte les fesses…. » l’accès à la culture n’a jamais été aussi facile ! – « Oeuvrer pour un monde de paix »…. sans commentaires ! naiveté sur la nature humaine quand tu nous tiens – « Partager les richesses » – il me semble que notre systeme fiscal le permet déjà en grande partie (j’exclu l’éternel débat sur les très riches qui ne concerne finalement pas grand monde… mais qui j’avoue pose problème)…. « abolir l’insécurité sociale » alors que nous avons déjà un systeme social qui est déjà en faillite mais qui malgré tout est montré comme l’un des plus favorables au monde… ?
    et enfin « Concrétiser les idéaux de la République…. » : encore faudrait il que nos chers concitoyens les connaissent et aient envie de les partager…. et lorsque je vois le nombre d’incivilité gratuite au quotidien, le chemin est long.
    Bref, il me semble que ces lignes budgétaires (avec des chiffres sortis du chapeau) ressemblent plus à des idéaux louables mais bien loin du pragmatisme dont nous aurions besoin…. et donc plutot à destination d’un joli conte de fée pour enfant.
    salutations.

    J'aime

  8. Je « m’attarde » comme vous sur les études approfondies dont je peux disposer sur des sujets importants, et ne me contente pas des brèves formatées par les médias qui voudraient nous crachouiller à chaque micro-seconde une info, son démenti ou son complément. Ce sujet de LA Dette par exemple, résumé pour populo formaté qui cache l’injustice profonde qu’est en soi-même l’argent. L’Argent, invention humaine d’exploitation de l’homme par l’homme, qui n’a finalement de valeur que ce que certains hommes décident de lui donner au fil des instants qui passent. En témoignent l’argent créé puis miraculeusement pulvérisé par les innombrables transactions financières elles-même créatrices de volatilités, inconcrètes par nature. La Dette, Les Dettes, dettes de qui, envers quelles personnes morales (donc immatérielles), mais qui se traduisent concrètement par le bonheur ou le malheur supposés des hommes. La guerre économique ne se voit pas. Ses balles, ses chars, ses bombes ont nom FMI, Banque mondiale, Troïka et consorts…. L’économie et se mécanismes ont-ils été inventés par des hommes intègres ou avides ? Méditez…si le coeur vous en dit !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s