Adelante companeros !


Juste une petite brève, vite fait, pour marquer le coup.

Au matin du 8 octobre 1967, il y a 45 ans, Ernesto Che Guevara est capturé par l’armée bolivienne, avec l’aide d’officiers américains et d’agents de la CIA, à La Higuera, en Bolivie. Il y est exécuté le lendemain. Puis, son corps est transporté dans le village de Vallegrande, où des médecins « préparent » la dépouille mortelle du Che avant de la présenter aux médias du monde.

Je venais d’avoir 6 ans.

Au matin du 8 octobre 2012, ce matin, Hugo Chávez est officiellement réélu pour un nouveau mandat de 6 ans à la présidence du Venezuela, au terme d’un processus démocratique modèle, sans aucune comparaison possible avec les pitoyables parodies de démocratie que nous proposent les arrogants donneurs de leçons États-Uniens et Européens. Une participation exemplaire de plus de 80% (ça fait rêver, nan?) et un écart final de près de 10 points sur son rival, l’ultra-libéral Capriles. La révolution citoyenne socialiste peut ainsi continuer d’avancer son petit bonhomme de chemin en Amérique du Sud, dans l’irritation la plus sombre des médias du monde entier (je suis impatient d’entendre l’Apathie aboyer :-)).

Je viens d’avoir 51 ans.

Demain, malheureusement, nous continuerons, nous autres français, avec la plupart de nos co-galériens européens, à suivre la route exactement opposée, le chemin vers le néolibéralisme le plus échevelé, la course à la compétitivité, l’expédition dans le monde de l’austérité et du malheur, la quête de l’égocentrisme, la sanctuarisation du Moi-je. Car demain, 9 octobre 2012 (bon anniversaire quand même, Aurélie ;-)), les députés français, traitres à la souveraineté populaire, devraient voter, selon toute illogique, puisque l’ensemble de la planète économique s’accorde maintenant à reconnaitre que c’est une historique connerie, le honteux traité TSCG, économiquement absurde, socialement insupportable et démocratiquement inacceptable.

J’y reviendrai. Mais en attendant, ne boudons pas notre plaisir et savourons l’une des premières phrases du président vénézuéliens nouvellement élu, Hugo Chávez:

« Le Venezuela ne retournera jamais au neoliberalisme et continuera sa transition vers le socialisme du the 21st siècle »

Quarante cinq attente après, je continue d’y croire.

Adelante companeros !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s