Ces tout juste post-pubères qui mènent le monde


Écoutons, dans une interview de l’émission Buisness Weekly de cette semaine, sur Euronews, la sagesse de l’un de ces dieux vivants de la spéculation qui a daigné, dans sa grande mansuétude condescendante, prodiguer son avis éclairé sur le nouveau plan de rigueur espagnol décidé par Rajoy.

Je ne m’étale pas sur le fond.  Vous connaissez (si vous êtes ici ;-)) mon point de vue.  Je suis un homme de gauche, c’est un spéculateur.  La matière et l’anti-matière.  Juste, 2 petits extraits, cependant.  Cela sera suffisant, je pense, pour évaluer la brillance fulgurante des maitres du monde.  Brr …

La mise en bouche:

« … le gouvernement espagnol a pris de nouvelles mesures qui comprennent notamment une augmentation de la TVA, et je pense qu’il y aura aussi une augmentation des taxes indirectes … ».

Merde, et moi qui croyais naïvement que la TVA était justement une taxe indirecte, la principale taxe indirecte même, à ma connaissance.  Heureusement que les experts nous « décryptent » les événements, à nous, pauvres gueux incultes.  Mais, ce qui m’a vraiment fait pisser de rire est le raisonnement qui suit:

En réponse à une question de la journaliste d’Euronews sur la pertinence de la réduction des allocations chômage pour lutter contre … le chômage:

« Nous avons remarqué que la quasi totalité de la hausse du chômage en Espagne est liée aux personnes en contrats temporaires qui ont perdu leur emploi, alors que les gens en CDI ont été protégés par la loi. »

« Il faut donc que d’autres réformes du marché du travail soient mises en place, de manière à ce qu’il y ait plus de flexibilité sur le marché du travail, que des gens qui soient en CDI puissent aussi être licenciés à l’avenir. »

Imparable.  Paraphrasons, si vous me le permettez, juste pour mieux appréhender le vide abyssal qui emplit l’espace intracrânien séparant ses deux oreilles:

pour lutter contre le chômage, puisque les CDI sont mieux protégés, il faut réformer le système afin qu’ils puissent, eux aussi, être licenciés plus facilement.

Allez donc essayer de comprendre ce qui se passe dans ces jeunes cerveaux atrophiés !  Moi, j’y renonce.  C’en serait simplement risible, si seulement ce jouvenceau, en l’occurrence un certain Tobias Blattner, n’était pas affublé du titre aussi ronflant qu’effrayant (et probablement des joujoux spéculatifs qui vont avec) de Directeur de Recherche Économique pour Daiwa Capital Markets à Londres, alors qu’il ne semble même pas savoir ce qu’est une taxe indirecte.

C’est sa maman qui doit être fière, dites-donc.  Vous vous rendez compte, mâme Lucette, Directeur qu’il est, mon fils !  Voyez qu’on a bien fait de ne jamais le forcer à apprendre un vrai travail, finalement !

Bien, comme la journaliste, mais elle, beaucoup plus respectueusement, nul doute, je vous dis : thank you.  Merci.  Vraiment.  Trop intéressantes vos analyses !  Tiens, et si vous profitiez de l’été pour ouvrir un livre ou deux, Monsieur Blattner.

Mais dans quel monde vit-on !

Advertisements

2 réflexions sur “Ces tout juste post-pubères qui mènent le monde

  1. Et la journaliste ? Elle ne vous fait pas rire ? Et si… les journalistes cessaient enfin de nous présenter ces dits économistes fumeux comme la parole d’un Dieu incarnée ? Si elle aussi on l’obligeait à lire quelques livres pendant l’été ??? Généreux, Lordon, par exemple et quelques autres… Lorette

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s