Les Grecs choisissent la sortie de l’Euro


Après quelques heures pour digérer (brrrrp, pardon, c’est pas complètement passé encore), je me suis finalement persuadé qu’il fallait tout de même en dire un petit mot.  Je veux bien sûr parler de ça:

Les élections législatives du 17 juin 2012 en Grèce !

Grâce À cause du bonus des 50 sièges accordés au vainqueur, le parti de droite Nouvelle Démocratie (ND) aura 128 sièges (sur 300).  Et tout porte à croire, à l’heure où je dégueule ces quelques lignes,  qu’il trouvera même le moyen de s’allier aux restes du Parti socialiste (12% des voix, 33 sièges) pour obtenir la majorité absolue (151 sièges) afin de former un gouvernement pro-mémorandum, comme ils disent, c’est à dire, un gouvernement favorable aux plans d’austérité imposés par la troïka (Europe, BCE, FMI).

Il est indéniable que ce scrutin a été travesti sous les oripeaux d’un référendum sur le maintien du pays dans la zone euro.   Pur montage mensonger, puisque Syrisa est également fermement attaché à l’Euro, et même, probablement, plus encore que les autres formations politiques (mais j’anticipe mes conclusions, un peu de patience).  Et du coup, depuis hier, les titres de la presse, inculte ou collaborationniste, enfoncent le clou: les Grecs choisissent l’Euro.  La victoire de l’Euro.  etc.  Vous voyez le genre.

Mais, quelle victoire amère que celle qui (re-)donne le pouvoir aux mêmes politiques qui depuis le début de la crise accepte s’en sourciller tous les sacrifices, toutes les injures, toutes les offenses, toutes les soumissions !  Quelle victoire paradoxale que celle qui (re-)met au pouvoir les députés Antonis Samaras, député ND depuis 1977 (35 ans !), qui a été plusieurs fois ministre, ainsi que Evangelos Venizélos, député du PASOK, le PS local, depuis 1993 (plus de 20 ans !), et qui a également été plusieurs fois ministres !  Quel constat d’échec et quel aveu d’impuissance que d’être forcé de remettre aux commandes ceux qui vous ont conduits dans le mur !   Alors pourquoi ?

Le peuple Grec est-il à ce point demeuré pour croire que ces vieux routiers du système auront la volonté, la capacité et la liberté de changer quoi que ce soit à la situation dans laquelle se noie la Grèce aujourd’hui, que ce soit vis-à-vis de l’armée d’occupation Européenne ou des collabos de l’intérieur, particulièrement les armateurs et les popes ?

Bien sûr que non.  C’est juste que l’infâme chantage auquel s’est livré l’ensemble des classes dirigeantes européennes et mondiales, politiques et médiatiques, a parfaitement fonctionné.  La peur viscérale l’a encore emporté sur le courage raisonné.  Les Grecs voulaient tellement rester dans l’Euro.  C’est tout à leur honneur, d’ailleurs.  Mais mettez-vous à leur place 2 minutes (allez, un peu de courage).  On leur a tellement répété que voter Syrisa signifiait sortir de l’Euro.  Voilà.

Pourtant, encore une fois, rien n’est réglé.   Bien au contraire.

Je résume.  L’économie grecque est ruinée, et pour plusieurs années.  Le tissu social a totalement explosé.  Le contrat social est parti en fumée.  Le peuple est humilié.  Le cycle récessionniste est enclenché pour les 10 années à venir, au bas mot (jusqu’en 2020 au mieux, selon le dernier mémorandum).  Le déficit de la Grèce ne pourra pas entrer dans les clous du traité budgétaire européen (TSCG) d’ici à janvier 2013, date de son entrée en vigueur, je le rappelle à toutes fins utiles.  La dette grecque va donc continuer d’augmenter, inexorablement.  Oh, bien sûr, l’UE tentera d’affaiblir le puissant Tsipras, leader de Syrisa, en lâchant un peu de lest vers Samaras afin que ce dernier apparaisse, pendant quelques brefs instants, comme un sauveur, comme celui qui a réussi à obtenir un report supplémentaire pour quelques échéances trop lourdes à supporter pour le budget anémique du pays.  Mais sur le fond … le problème reste identique, non, pardon, pire que ça, le problème vient de monter d’un cran.

Les politiques de récession de la troïka ne font qu’augmenter le risque de sortie de la zone Euro pour la Grèce !

Car le problème principal de la zone Euro, ce n’est pas les prétendues dépenses inconsidérées de certains États (même si, pour chaque pays, il faut regarder bien sûr ce qui peut être améliorer, en particulier du côté de l’évasion fiscale des gros revenus et des entreprises).  Quitte à me répéter, je sais (mais faut bien lutter avec les mêmes armes que l’ennemi), la Grèce, comme les autres pays attaqués par la finance, ne pourront JAMAIS sortir de la tourmente tant qu’ils devront rembourser des intérêts exorbitants (premier poste du budget de beaucoup d’états européens) en … empruntant à des banques privées (au lieu de la Banque Centrale) selon des taux aussi disparates.  La monnaie unique ne pourra pas survivre très longtemps si l’Allemagne peut emprunter ses euros à 1,4% sur 10 ans, alors que les euros de l’Italie lui coûtent 6%, ceux de l’Espagne 7,1% et ceux de la Grèce … 26% !  Tout ceci n’est que pure folie dogmatique.

Concluons par cette déclaration, à la fois porteuse d’espoir et paradoxalement tellement déchirante, d’Alexis Tsipras, leader de Syrisa:

« Le futur nous appartient (…), en attendant, nous ferons tout pour mettre en place des réseaux de solidarité et de survie pour la population »

Advertisements

3 réflexions sur “Les Grecs choisissent la sortie de l’Euro

  1. […] « mettre en place des réseaux de solidarité et de survie pour la population ».
    On peut peut-être y participer, concrètement, avec de l’argent quoi, nous au Front de Gauche ?
    En mettant en place un plan d’aide aux GRECS (pour changer des « plans d’aide aux créanciers de la Grèce »).
    Je vais en parler à la réunion du comité PG ce mercredi.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s