Debtocracy vous a scotché, Catastroïka vous passionnera


Vous vous souvenez peut-être (j’espère!)  de DEBTOCRACY, le documentaire sur l΄histoire de la dette grecque et des dettes illégitimes et odieuses plus généralement, un documentaire vu par plusieurs millions de spectateurs et qui est toujours accessible sur la chaine « dette publique » de « à ma télé ce soir » (pour ceux qui ne l’auraient pas encore vu, honte à eux ;-)).  Eh bien, les mêmes réalisateurs, Aris Chatzistefanou et Katerina Kitidi, reviennent avec une nouvelle production, CATASTROÏKA qui cherche les conséquences de la liquidation totale de la Grèce.  En voici une bande annonce que je me suis permis de sous-titrée en français:

Le documentaire, qui est une véritable source alternative d΄information documentée, précise et chiffrée, revient sur les effets des privatisations, en détaillant plusieurs cas d’écoles historiques dans différents pays développés du monde et analyse comment ces processus sont reproduits également en Grèce actuellement.  Le pays est, en effet, comme vous le savez (j’espère!), sous le joug d’un mémorandum (délicieuse litote typique de la très parfumée langue dirigeante européenne) imposé par la Troika (BCE/UE/FMI) afin, prétendument, d’alléger le poids de leur dette publique.  Ce mémorandum de cheval inclue bien évidemment un programme de privatisations drastique.  Les parts détenues par l΄État dans les compagnies des eaux (Eydap-Eyath), pétrolière (Helpe), des Jeux (Opap), du groupe gazier (Depa) ont déjà commencé à être cédées à des groupes privés.

Le processus de privatisation décortiqué par les journalistes commence par une attaque du gouvernement et des médias contre les fonctionnaires, accusés de tous les déboires financiers du pays.  L’opinion publique, peu informée, soumise à un intense et subtil lavage de cerveau, et facilement enclin à se laisser aller à l’ostracisation, à la dénonciation d’autrui, suit très vite.  Les organismes publics sont volontairement laissés à l΄abandon par l΄État.  Qui, enfin, vend ces entreprises publiques à un prix sous-évalué.  Le scénario est connu et fonctionne pourtant très bien de partout.  Des exemples?  Le dépeçage de la Russie post-soviétique par Eltsine, l’absorption de l’Allemagne de l’Est par le secteur privé lors de la réunification, le désastre du chemin de fer en Grande-Bretagne sous Margaret Thatcher, les privatisations de la distribution de l’eau en particulier en France ou des réseaux de production et de distribution d’énergie et d’électricité comme en Californie.   Cette « méthode » conduit toujours à l΄explosion du chômage, à une baisse de la qualité des services proposés et à une augmentation des tarifs imposés pour ces « services ».  Entre parenthèses (ceci n’est pas dans le film), il faudrait être Stevie Wonder ou Lou Ravi pour ne pas voir ou ne pas croire que ce qui se passe aujourd’hui en France avec, par exemple, la  SNCF, la Poste, la santé ou l’éducation ne procède pas de la même stratégie délibérée en vue d’une privatisation complète.  Une attaque planifiée et méthodique déguisé sous les habits de la stratégie du choc, en l’occurrence, la crise.

Bref, le film,  sorti ce jeudi 26 avril 2012 dernier, n’existe pour l’instant qu’en sous-titrage Anglais, Bulgare, Italien, Espagnol ou Portugais.  Donc, si vous ne maitrisez pas une de ces très belles langues fleuries, ou, bien entendu, le Grec, qui est la langue parlée du film, vous devrez attendre la version sous-titrée française qui ne devrait plus tarder.  Vérifiez régulièrement, ça vaut le coup.  Pour afficher les sous-titres dans la langue voulue, cliquez sur l’icône CC en haut de la vidéo.  Voici le film (que je rajoute également à ma télé ce soir):

Il s’agit d’un documentaire avec permission de libre distribution et retransmission.  Mais vous pouvez soutenir les auteurs en aidant financièrement et devenir ainsi un co-producteur : http://www.catastroika.com/indexfr.php

Franchement, un grand moment de journalisme.  Ça existe encore!  En même temps, ils sont grecs.  Merde, mais alors, au fait, j’y pense, ce devraient être des branleurs incompétents et fainéants, magouilleurs et voleurs comme tous les grecs, nan?  C’est bien ce que nous assène depuis des mois tous leurs confrères européens en général, et français en particulier, nan?  Pauvre Ferrari, triste Pujadas, pitoyable Denisot, déplorable Doze, misérable Apathie, affligeant Sylvestre, funeste Demorrand, lamentable Elkabach, piteux Joffrin, prenez-en de la graine!

« Regulation is the application of democracy in the economy »
La règlementation est l’application de la démocratie à l’économie

« I think we have to learn lessons from the past: authority needs to come from the bottom, not from the top »
Je pense que nous devons apprendre du passé: l’autorité doit venir d’en bas et non pas d’en haut

Le film se finit sur une note optimiste en citant très brièvement quelques exemples de pays qui ont su retourner l’engrenage infernal, comme en Argentine, Bolivie ou Équateur.  Peut-être pourra-t-il en être de même en Grèce si Syrisa parvient à prendre les commandes lors des prochaines élections législatives qui doivent être planifiées aujourd’hui même (probablement le 17 juin):

« I hope that Greek people will fight it.  And I hope all the Europeans trade unions will help them fight it. »
J’espère que le peuple Grec se battra.  Et j’espère que tous les syndicats européens les aideront à se battre

« To all workers and students in Greece, I say that you resist with all your might and main »
Aux travailleurs et étudiants de Grèce, je dis: ‘Résistez de toutes vos forces’

Résistance!

Publicités

3 Replies to “Debtocracy vous a scotché, Catastroïka vous passionnera”

  1. J’ai enfin pu regarder « Debtocraty » dans une version audible pour moi… Merci. Lorette

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s