When the streets have no name


Quand les mots n’ont plus aucune signification, quand ils ne servent plus à désigner sans ambigüité une chose ou une idée précise, mais son exact contraire,

Quand les politiques n’ont plus aucun scrupule, quand ils n’éprouvent plus aucune honte à dire une chose et son contraire, à dire une chose et faire l’inverse, à changer en permanence de positions,

Quand les journalistes n’ont plus aucune déontologie, quand ils ne se voient plus comme quatrième pouvoir, ni même comme contre pouvoir, quand ils ne s’imposent plus de connaître les faits et de les rapporter intacts au plus grand nombre, quand ils n’ont plus le désir ou les capacités de confronter leurs interlocuteurs à leurs contradictions,

Quand les citoyens n’ont plus aucune culture, quand ils ne se sentent plus le devoir de rester informés de leur histoire, de l’Histoire et de l’offre politique qui leur est proposée, quand ils ne respectent plus la condition fondamentale de la démocratie:

« quelque faible influence que puisse avoir ma voix dans les affaires publiques, le droit d’y voter suffit pour m’imposer le devoir de m’en instruire », Jean-Jacques Rousseau dès l’introduction Du Contrat Social

Quand les êtres humains n’ont plus aucune empathie, quand ils acceptent, sans même que cela leurs paraisse insoutenable, l’idée que l’on puisse dénier à d’autres être humains le droit à être soignés, le droit à être éduqués, le droit à rester en famille, le droit à se loger convenablement, le droit à éprouver plus de difficultés que d’autres sans pour autant devoir être condamnés à l’opprobre, l’abandon et l’oubli, le droit à essayer d’être heureux

Alors …

Alors tous les ingrédients sont réunis pour que soit parfaitement scénarisée, que soit quotidiennement jouée et que soit goulument dévorée l’affligeante parodie de démocratie qui nous est proposée aujourd’hui. La scène est grandiose et les marionnettistes bien cachés au sommet des cintres financiarisés.  Le spectacle qui nous est offert met en émoi le tout-France.  Les spectateurs-zappeurs-voteurs de se passionner pour ce vaudeville grandiloquent, ce jeu de rôle dans lequel seuls ont survécus Sarkopen, le Nain halluciné, et Hollandreou, le Mage déboussolé.

Tout le monde comprendra qu’il est fondamental pour les marionnettistes que nous continuions de croire que nous sommes en démocratie, que nous sommes donc maîtres de nos destins, que nous avons le choix entre une politique économique libérale de droite et une autre politique économique qui serait de gauche, que nous pouvons donc changer d’orientation, qu’une réelle alternative nous est proposée.   Que d’efforts déployés pour nous présenter cette farce de manière crédible.  Un exemple ?  Tiens, écoutons le Nain halluciné sur RTL, la radio des beaufs réactionnaires, hier matin:

Ce qu’assène péremptoirement, et à plusieurs reprises, M. Sarkozy dans cette interview est inexact.  Malheureusement!  Devrais-je ajouter en véritable homme de gauche.  Mais c’est totalement faux.  M. Hollande ne propose absolument pas dans son programme « d’embaucher soixante et un mille fonctionnaires ».  Non, il ne propose pas « de créer 60 000 emplois de fonctionnaires »!  C’est faux!  Pourquoi suis-je donc le seul à réagir, à m’indigner que l’on puisse ainsi mentir ouvertement?  Et un président de la République en plus!

Poursuivre la lecture de « When the streets have no name »

La MES est dite, amen


Les français ont voté.

Ils devront maintenant « choisir » au second tour entre une politique économique dictée par les instruments européens au service de la finance inhumaine (MES, TSCG, Pacte Budgétaire, Semestre Européen, Traité de Lisbonne) et … une politique économique dictée par les instruments européens au service de la finance inhumaine (MES, TSCG, Pacte Budgétaire, Semestre Européen, Traité de Lisbonne).  Ils ont donc choisi de ne se laisser aucun choix.

Peut-être n’êtes-vous pas très nombreux à lire mes billets.  Probablement qu’une très grande majorité des français a voté sans même avoir le début du commencement de la moindre petite idée de ceux que proposaient exactement les candidats.  Sûrement que ce billet ne servira encore pour pas grand chose.  Il est pratiquement certain que je vais redonner les 2 programmes qui restent en lice pour des nèfles.  Combien de gens vont les lire?  Mais tant pis, c’est plus fort que moi, je veux toujours parier sur un sursaut d’intelligence des citoyens.  Voici donc le non-choix que nous nous sommes laissé:

 

Aujourd’hui, je m’en veux énormément.  De m’être laissé aller, encore une fois, à croire que nous serions capables, nous français, en tant que peuple adulte et responsable, d’avoir le courage d’emprunter un nouveau chemin vers une nouvelle société, une société de partage, de coopération et de solidarité.  À mon âge!  Quelle indécrottable jeune con je fais!  Bon, je me trouve une excuse (il faut bien, c’est moi quand même ;-)) dans le fait que c’était la première fois depuis des lustres que cette perspective existait réellement dans un véritable programme de gouvernement, et était proposée démocratiquement aux français.  Dommage.

Poursuivre la lecture de « La MES est dite, amen »

Dimanche, je me rendrai dans l’isoloir avec enthousiasme


Et cela ne m’était pas arrivé depuis … hum … voyons voir … depuis 30 ans … ah non, même pas, puisqu’en 1981, j’étais jeune, insouciant tendance anarcho-allez-tous-vous-faire-foutre-je-ne-voterai-jamais-pour-aucun-de-ces-guignols … ben … depuis jamais alors!  C’est ça!  C’est la première fois de ma vie de citoyen que je vais allez voter en sifflotant, le pas alerte, les idées claires, la conscience reposée, le cœur en émoi et la main ferme.  Un véritable vote positif, d’adhésion, et non pas, comme ce fut souvent le cas, un vote par défaut ou par élimination.

Ne vous inquiétez pas, je ne vais pas m’appesantir sur le sujet.  Je pense que vous savez d’ores et déjà pour qui je vais voter et pour quelles raisons.  Et, de surcroît, il y a de fortes chances que vous vous en foutiez grave.  Je comprends.  Pas de problèmes.  Laissez moi juste vous donner le lien vers un texte de John Marcus qui explique pourquoi il va voter Jean-Luc Mélenchon.  Tout d’abord parce que je trouve ce texte très bien écrit.  Très, très bien écrit.  Que c’est beau un écrivain … qui écrit … la nuit ou le jour, peu importe.  Ensuite et principalement, parce que j’y retrouve beaucoup de mon propre cheminement d’esprit.

Certes, à mon goût, il met trop en avant la personne de Jean-Luc Mélenchon par rapport au collectif du Front de Gauche.  Mais en même temps, il faut reconnaitre que, aujourd’hui, dans notre société du zapping continuel où notre attention intellectuelle a été éduquée à ne rester concentrée que par tranches de quelques secondes à peine, les plus belles, les plus généreuses, les plus ingénieuses, les plus innovantes, les plus séduisantes, les plus brillantes, les plus courageuses, les plus pragmatiques des idées n’ont aucune chance de se faire connaitre par le plus grand nombre sans une stratégie politique et/ou un plan marketing savamment étudiés.  Et il est indéniable que Jean-Luc Mélenchon possède les traits de caractère requis (qualités ou défauts, je laisse chacun se faire sa propre idée) pour porter et imposer nos idées humanistes sur le devant de la scène.  Et pour cela, je l’en remercie.  Comme le dit avec enthousiasme John Marcus:

A posteriori, il me semble que la réussite de [cette campagne], en un temps record, est tout simplement exceptionnelle et démontre l’intelligence stratégique et la bravoure de Jean-Luc Mélenchon. Il s’agit même, sans doute, d’un cas d’école qui sera étudié un jour sur les bancs de Sciences Po : bravo l’artiste ! »

Si je devais résumer les motivations de mon choix … ben … je laisserais encore John Marcus le faire:

« Le projet [du Front de Gauche], contrairement à une subtile propagande, n’est pas une politique de la terre brûlée, motivée par d’anciennes idéologies mal dépoussiérées : il s’agit seulement d’en appeler à la responsabilité des citoyens afin que ces derniers puissent reprendre leur destin en main en replaçant l’homme sociétal au centre de leurs préoccupations et de leurs décisions. Vouloir construire une société meilleure qui n’accepte pas que le produit collectif soit confisqué par une poignée d’individus, qui refuse la destruction des communautés de destin à cause d’une accumulation excessive des fortunes, qui revendique que le vieil héritage commun de l’humanité – culture, science, capital, environnement – ne soit pas privatisé, qui s’oppose farouchement à ce que l’intérêt général soit sacrifié au bénéfice exclusif d’intérêts particuliers, n’est pas, en soi, un programme si révolutionnaire que ça. »

Encore 2 mots.  Si vous me le permettez.

Je m’adresse d’abord aux gens de gauche qui ont encore, malgré tous mes efforts, l’intention d’aller voter pour le candidat du parti socialiste, croyant sincèrement qu’il va vraiment tenter quoi que ce soit pour lutter contre la finance et défendre le peuple.  Je les supplie de visionner les 2 films qui suivent.  Je les supplie d’avoir ce courage, d’ouvrir les yeux, de se rendre compte une bonne fois pour toutes de ce que représente François Hollande.  Un homme de droite (de centre-droit pour être sympa) qui a été choisi, après le naufrage de leur chouchou fmi-ien, par le système financier européen pour continuer la casse sociale démarrée en France par Sarkozy, puis imposé à la bonne foi des français par une propagande aussi sournoise qu’efficace, un lavage de cerveau médiatique constant, permanent, omniprésent et avoué des médiacrates, comme par exemple par Maurice Szafran de Marianne:

« DSK puis Hollande ont été les candidats de la presse, ils ont été soutenus par les éditorialistes qui sont plutôt de droite, (…) la presse de droite a soutenu Hollande »

Le premier de ces films était attendu puisque je vous en faisais le teaser ici.  Il s’agit d’une grande enquête de Pierre Carles qui explique comment la presse présélectionne les candidats à une élection au mépris des règles démocratiques.  Il est sorti.  Le voici:

Le second film est une interview de Nicolas Doisy, chief economist à Chevreux (Crédit Agricole), réalisée par François Ruffin, dans laquelle ce spéculateur nous fait part « du script qui est déjà écrit » (selon ses propres termes) en cas de victoire de François Hollande à l’élection présidentielle, je cite: « les électeurs seront plus perdants que les marchés »:

Enfin, et promis c’est mon dernier mot, pour ceux qui envisageraient vraiment d’aller voter Sarkozy, je rappellerai juste le bilan de ce triste personnage:

Voilà, je n’ai plus rien à ajouter.  Ah si …

Résistance!

Un Américain pour sauver l’honneur … d’une profession

La bonne nouvelle, c’est que ça commence à devenir insupportable pour beaucoup de monde.  Les féroces chiens de garde du système que sont les « grands » médias français, les « grandes » chaines de télé ou de radios, les « grands » titres de la presse écrite, leurs « grands » journalistes, éditorialistes, analystes et experts, sont maintenant découverts pour ce qu’ils sont par le très grand nombre.  Nous, nous le savions déjà et je le dénonce d’ailleurs souvent ici.  Mais qu’il m’est doux aujourd’hui de lire par exemple cet article de Marianne, en forme de mea culpa involontaire , qui dénoncent la partialité et le gigantesque fiasco journalistique que représente la campagne électorale de 2012.

Avant d’en venir au sujet principal de ce billet, un article paru récemment dans The Guardian, faisons un point rapide sur l’état de ce fiasco journalistique français (c’est pas moi qui l’ait dit, cette fois ;-)).

Personne ne doute plus aujourd’hui que, babines retroussées, crocs sortis, bave à la commissure des lèvres, jarrets tendus, toutes griffes dehors, nos braves médiacrates français n’ont pour seul et unique objectif que de défendre et évangéliser les bienfaits de la pensée unique, de la doxa néolibérale et de son arme de destruction massive, le bipartisme accommodé à la sauce du vote utile.  Jean-Luc Mélenchon, comme d’autres insoumis, est donc à leurs yeux un hérétique honni qui doit être remis au plus vite, si ce n’est sur le droit chemin, tout au moins dans sa boite de 3% d’intentions de vote.  Il subit donc, comme il se doit, le tir d’artillerie lourde de la part de nos grosses têtes de la propagande.  L’Acrimed a publié une excellente revue des « meilleurs » portraits stérilement et naïvement à charge éructés par quelques uns des plus célèbres médiacrates français à l’encontre du candidat du Front de Gauche.

Sur la forme, citons quelques perles de nos grands penseurs:

Poursuivre la lecture de « Un Américain pour sauver l’honneur … d’une profession »