Indignez-vous contre le vote pseudo-utile !


« Ralliez-vous à la gauche que dirige François Hollande ! ».  Voilà tout ce que Stéphane Hessel a trouvé à dire à Jean-Luc Mélenchon !

Un appel au vote utile venant d’un résistant !  Hallucinant !  Irréel !  Je rappelle qu’il a vendu plusieurs millions d’exemplaires de son ouvrage (enfin, petit opuscule de 20 pages pour être précis) « Indignez-vous » paru en fin d’année 2010 dans lequel il mettait en cause notre système économique, dénonçant les écarts de richesses grandissants.  Citons:

« Nous n’avons pas su tirer les leçons des erreurs de la crise économique, pourtant dévastatrice. »

« L’écart entre les plus pauvres et les plus riches n’a jamais été aussi important: et la course à l’argent, la compétition, autant encouragée. »

« L’actuelle dictature internationale des marchés financiers (…) menace la paix et la démocratie. »

Et de proposer comme alternative que « l’intérêt général » prime sur « l’intérêt particulier », et le « juste partage des richesses créées par le monde du travail » sur le « pouvoir de l’argent ».

Cela était très bien dit.  On ne saurait qu’approuver.  C’est la ligne directrice du Front de Gauche.  Alors je me demande: mais où est donc passée cette « indignation » tant plébiscitée et publicisée il y a à peine 13 mois ?

Car enfin j’aimerais bien comprendre contre quoi exactement on s’indigne en votant François Hollande ?

Je sais que l’indécis n’a pas encore complètement dévoilé son programme propre, mais tout de même, on connait ses positions.  On peut donc tenter de mesurer assez correctement le niveau d’indignation et de résistance que représente un vote pseudo-utile pour François Hollande.  Voyons voir:

  • S’indigne-t-on contre un niveau de SMIC ne permettant pas de vivre décemment ?  Ah non, il n’y touchera pas.
  • S’indigne-t-on contre l’instauration de politique d’austérité touchant les plus démunis ?  Ah non, il adhère totalement au dogme libéral de réduction des dépenses publiques.
  • S’indigne-t-on contre le recul de l’âge de départ à la retraite à taux plein ?  Ah non, il ne compte rien y changer.
  • S’indigne-t-on contre les écarts de salaire indécents existants dans les grandes entreprises ?  Ah non, il est contre la limitation de l’échelle des salaires dans les entreprises privées.
  • S’indigne-t-on contre les revenus exorbitants de certaines personnes considérées de fait comme l’égal de 800 personnes ?  Ah non, il est contre le revenu maximum.
  • S’indigne-t-on contre la dictature des marchés financiers ?  Ah non, il est contre l’interdiction des ventes à découvert et des produits spéculatifs, des stocks options (correction suite au discours du Bourget), des LBO, contre le contrôle et la taxation des mouvements internationaux de capitaux à des fins de spéculation, et d’autre.
  • S’indigne-t-on contre la casse des services publics ? Ah non, il ne réembauchera aucun des fonctionnaires décimés par Sarkozy (on ne sait toujours pas ce qu’il veut faire avec l’Éducation Nationale) et ne changera pas le périmètre des entreprises publics (énergie, eau, rail, poste, etc ne seront pas nationalisés)
  • S’indigne-t-on contre la course à l’argent et la compétition autant encouragée par l’Europe néolibérale ? Ah non, il a voté OUI au référendum sur le Traité Constitutionnel Européen (TCE) et a laissé passer la forfaiture du Traité de Lisbonne au Congrès de Versailles.
  • S’indigne-t-on contre les insultes et le sort misérable qui sont réservés, en notre nom à nous Français, à d’autres peuples européens, comme les Grecs, les Irlandais, les Portugais ?  Ah non, il est pour conserver à la BCE son indépendance et pour l’instauration de la règle d’or dans tous les budgets des états européens.
  • S’indigne-t-on contre la perte de démocratie en Europe ?  Pas du tout, il fait partie de ceux, avec ces amis socialistes et écologistes, qui ont voté et continuent de voter régulièrement au parlement européen tous les textes instaurant ces nouvelles institutions autocratiques supra-nationales qui ôtent le pouvoir des mains des peuples (voir à ce sujet par exemple mes billets: Mécanisme Européen de Stabilité, programmes de stabilité et programmes de réforme, ou semestre européen).
  • et je pourrais continuer comme ça pendant pas mal de temps (voir à ce sujet mon comparatif des programmes 2012).

Le programme de François Hollande, ainsi d’ailleurs que ceux de Sarkozy, Bayrou et Le Pen sont des programmes de collaboration avec le système capitaliste financier qui dévaste l’humain et la planète.  Les dernières déclarations de ce vieux monsieur, ancien résistant et ayant fait preuve de positions courageuses par le passé (comme par exemple sur la Palestine), sont donc incohérentes avec son histoire, incompréhensibles.  Elles nécessitent par conséquent, encore une fois, une petite explication sur le vote utile, notion qui s’est imposée à tant de personnes pourtant humanistes et intelligentes.  Comment est-ce possible ?

Disons d’abord que, comme vous avez pu le noter ;-), je ne fais pas partie de ces soumis à l’injonction générale.  Pourquoi ?  Je ne sais pas vous, mais moi, à plus de 50 ans, c’est la première fois de ma vie d’électeur que je vais avoir l’occasion de déposer un bulletin de vote (voire 4 bulletins de vote, 2 fois 2 tours)  pour des idées qui correspondent pratiquement exactement à ce qui trotte dans ma tête dure depuis tant d’années.  Jamais je n’avais trouvé, dans aucune élection, même pas en 1981, un programme et un ensemble de mesures qui coïncide aussi parfaitement avec ma vision de l’intérêt général, de ce qui est bien pour tous.

Et vous voudriez que je vote pour autre chose ?  Vous voudriez que je dépose un vote sans contenu et sans conviction pour une candidature volatile et sans profondeur auquel chacun est sommé de se « rallier » sans condition ?  Un vote par défaut pour un candidat sans aucune vision, aucun projet, aucun programme, aucun charisme, aucune cohérence, aucune conviction, aucune force, aucun courage, uniquement parce qu’il a une étiquette PS ?  Ceci afin d’éviter, prétendument, un nouveau syndrome avril 2002 ?

Non, mais vous plaisantez !  Contre la droite et l’extrême droite il faut un projet, pas un accord d’appareil.  L’appel au vote utile est précisément ce qui renforce la montée de l’extrême droite.  Ces appels au vote utile sont perçus, à juste titre à mon avis, comme des combines politiciennes qui démobilisent et écœurent  les citoyens.  Le vote utile est une offense au suffrage universel.  C’est une forfaiture contre la démocratie et la souveraineté populaire.  Un vote doit exprimer une opinion et non pas le résultat d’un calcul politicien à plusieurs bandes.  Le seul vote utile qui soit est celui qui découle de l’écoute, de l’analyse, puis de l’adhésion à un programme.  Vous vous apprêtiez à voter Socialiste ou Écologiste ?  Vous pensez avoir des valeurs de gauche ?  Écoutez alors cette vidéo (les autres peuvent également écouter, on ne sait jamais ;-)).  N’ayez pas peur.  Lancez au moins les 5 premières minutes.  Qu’est-ce que vous risquez ?

Vous êtes en phase avec ce discours ?  Alors vous avez trouvé votre vote utile, et pis c’est tout.

Vous l’avez compris, pour ma part, je n’ai pas succombé à cet appel au vote utile.  Mais comment se fait-il que tant de personnes, bien pensantes, intelligentes, humaines, se laissent embobiner par ce produit marketing mis en tête de gondole.  En déposant un vote pseudo-utile, elles croient éviter une situation de second tour qu’elles ne souhaitent pas revivre (ce qui est tout à leur honneur, au demeurant).  Elles fondent cette conviction sur la base d’un calcul politicien totalement faussé, pré-fabriqué de toutes pièces, aiguillé dès le départ.  En effet, « on » nous désigne les candidats pour lesquels il peut être « raisonnable » de songer voter.   « On » nous le rabâche à longueur de journée: de toute manière, ce ne pourra être que l’un de ces deux-là qui pourra l’emporter au second tour.  Tout autre vote est par conséquent inutile.  Il est donc inutile de disperser les voix au premier tour.  Votez utile dés le premier tour !  (nous y sommes).

Qui est ce « on » ?  Vous avez bien entendu reconnu les chiens de garde du système, les médias et les sociétés de sondages dont je présente quelques lettres de noblesse à la fin de ce billet afin que l’on ne me taxe pas de complotisme aigu.  Ce sont eux qui, pendant des mois, voire des années, nous fabriquent les candidats que le système est prêt à accepter.  Ceux qui sont sans danger pour la continuation des « petites » affaires de la classe dirigeante.  Il ne s’agit nullement pour ces chiens fidèles de rapporter des faits ni de photographier des tendances mais uniquement d’orienter l’opinion, de désinformer et endoctriner, afin de fabriquer des pseudo-choix démocratiques entre des candidats, qui, vus de la fenêtre des possédants, sont totalement interchangeables puisque ne voulant pas s’attaquer au système qui les engraisse.

Certains (probablement pas ceux qui ont réussi à lire jusqu’ici) penseront que je délire, que je vois le mal partout, que je suis un adepte de la théorie du complot.  Alors, spécialement pour eux, voici quelques faits qui montrent les collusions entre le monde des sondages et la classe dirigeante et qui sont moins connus que leurs équivalents dans le monde des médias (dont je ne leurs ferai donc pas l’affront de rappeler les liens incestueux)

Citons:

Roland Cayrol, habitué des plateaux télé, a longtemps été le directeur de l’institut CSA, avant de céder ses parts en 2008 ;

Pierre Weill, qui fut de toutes les soirées électorales, était à la tête de TNS Sofres, et  siège aujourd’hui au CA d’Air France ;

Pierre Giacometti, invité régulier de certaines chaînes, dirigea Ipsos France jusqu’en 2008, et gère aujourd’hui un important cabinet de conseil en communication ;

Stéphane Rozès, longtemps directeur général de CSA, dirige maintenant sa propre société de conseil CAP…

IPSOS, cet institut fameux, est détenu à 75% par Laurence Parisot, présidente du MEDEF.

CSA est détenu à 100% par Vincent Bolloré, milliardaire dont l’amitié avec Nicolas Sarkozy est bien connue.

Dominique Reynié, présenté en sa qualité de « politologue » ou de « professeur à Sciences Po » est aussi directeur général de la Fondation pour l’Innovation Politique, le think tank de l’UMP, dont les instances (conseil scientifique et conseil de surveillance) accueillent des gens aussi apolitiques que Nicolas Bazire (ancien directeur de cabinet d’Edouard Balladur et ami intime de Nicolas Sarkozy), Charles Beigbeder (homme d’affaires, candidat à la présidence du MEDEF en 2005, ennemi déclaré du Code du Travail), Jérôme Monod (autrefois conseiller politique de Jacques Chirac et PDG de la Lyonnaise des  Eaux) …

À la Fondation pour l’Innovation Politique, Dominique Reynié retrouve d’autres « politologues » médiatiques, comme Pascal Perrineau ou Pierre Giacometti. Lequel Pierre  Giacometti est par ailleurs un proche conseiller du président de la République, qui l’a remercié de ses bons et loyaux services en l’invitant au Fouquet’s au soir de sa victoire, avant de lui remettre la Légion  d’Honneur en janvier 2008.

Bon, je m’arrête là, mais vous voyez le genre …

Au XiXème siècle et au début du XXème, les grands dirigeants payaient, les jours d’élection, quelques pauvres hères pour déambuler dans les quartiers ouvriers, bardés de pièces d’argent, afin qu’ils achètent les votes de ces gens qui pour la plupart survivaient dans une misère crasse (lire par exemple, si vous avez le cœur bien accroché, le roman LA JUNGLE de Upton Sinclair).  Aujourd’hui, c’est plus discret.  Ils leur suffit de se rendre mettre des faiseurs d’opinions, médias et sociétés de sondage.  Mais que l’on ne s’y trompe pas, il s’agit là aussi d’achat de vote pur et simple.

Résistance !  Résistance et Indignation !

Indignation contre le vote utile également !

Indignation contre le vote fabriqué, le vote orienté, le vote imposé, le vote acheté, le vote contre la démocratie.

Advertisements

Une réflexion sur “Indignez-vous contre le vote pseudo-utile !

  1. Lu sur le net ( commentaire )

     » Pour faire honneur à M. Stéphane Hessel, grand résistant, et pour coller plus à l’esprit qu’à la lettre de sa dernière recommandation, je conjure M. Hollande, pour ne pas faire perdre la Gauche et la France en 2012, de retirer sans plus attendre sa candidature inutile et d’appeler massivement à voter Front de gauche aux prochaines élections présidentielles. Ce serait effectivement « sortir du bois » avec brio et rendre hommage aux luttes innombrables des citoyennes et des citoyens de ce pays, la France, 5° puissance mondiale, dont le peuple est impitoyablement attaqué par les marchés financiers en pleine crise structurelle du capitalisme néolibéral.  »

    Ici : Blog de Jean-Luc Mélenchon : http://www.jean-luc-melenchon.fr/2012/01/21/apres-metz/comment-page-2/#comments

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s