Les dettes odieuses

Je vais vous parler de l’arme de demain …

Il m’arrive encore de « tomber » sur les journaux télévisés en zappant.  J’essaie pourtant d’éviter, c’est pas bon pour mon cœur, m’a dit le docteur ;o)

Et voilà donc tous ces pseudos journalistes qui continuent de répandre la bonne parole des doctes politiques libéraux du Dogme.  Les premiers, plus par incompétence, paresse et inculture probablement.  Les seconds, eux, en revanche, agissent à dessein.  Leur but est clair et  précis: généraliser de partout et pour longtemps la casse sociale, état et services publics (je vous en ai parlé lors de mon dernier mail).  Les voilà donc, encore et toujours, à justifier les sempiternelles mesures rétrogrades par les sempiternelles excuses bidon d’état trop dépensiers et de peuples assistés.  Les voilà qui redemandent encore et toujours plus de régression.

Je n’en peux plus de cette foi aveugle :o((

Je l’ai déjà évoqué brièvement mais je ne suis pas sûr que tout le monde soit aller regarder les tableaux que j’avais fourni en lien.  Donc je le répète: la dette souveraine des états est principalement due au cumul des intérêts … de la dette !  Un graphique étant plus parlant, tenez, pour la France on voit ça:

https://i0.wp.com/media.simplyleft.eu/articles/2011-07-17/dettepub2.png

Sans les intérêts, c’est à dire si la France avait pu emprunter (impossible de 1973, je rappelle) à sa banque centrale à un taux 0%, par création monétaire, il n’y aurait PAS DE DETTE !

Mais la France n’est pas encore attaquée par Moody’s, Fitch et Standard & Poor’s, me direz-vous !  C’est vrai.  Regardons donc d’autres pays, et en particulier ceux qui le sont (Grèce, Irlande, Portugal, Espagne et Italie maintenant).  Le graphique qui suit extrait d’un rapport officiel de décembre 2009 d’un organe de propagande bolchévique bien connu, j’ai nommé Natixis, montre sans hésitation que le solde primaire, c’est à dire le montant du déficit/excédent du budget de l’état sans les intérêts de la dette, de la Grèce n’est pas si terrible que ça.  A part pour 2004, il est même meilleur que celui de la France ou de l’Allemagne.

https://i0.wp.com/media.simplyleft.eu/articles/2011-07-17/natixis-solde-primaires-pigs.jpg

En d’autres termes, Natixis nous montre bien que sans les intérêts de la dette à payer chaque année, la Grèce (comme tous les autres pays européens), la plupart du temps, aurait eu un budget non pas déficitaire mais excédentaire.  Et donc une dette en diminution, et non pas en augmentation exponentielle.

Il ne s’agit donc pas de mauvaise gestion de l’état grec (même si on peut toujours s’améliorer, en particulier en prélevant plus sur les revenus du capital) mais bien d’un racket financier.

Alors, au lieu d’imposer des plans d’austérités insoutenables, surtout pour les plus fragiles, pourquoi ne pas chercher les vraies solutions ?  La remplaçante de DSK au FMI, adoubée par toute l’oligarchie politique européenne, de la droite aux pseudos-socialistes, disait le 11 juillet au sujet de la Grèce: « Nous savons tous que ce n’est pas suffisant, qu’il faut en faire plus » !  Plus !  Toujours plus !  Mais toujours dans la même direction.  Or « nous savons tous » (comme elle dit si bien et comme l’expliquait Jean-Pierre Dumas dans « Les Echos » le 20 juin, un autre organe de propagande bolchévique révolutionnaire bien connu) que la Grèce ne pourra pas refinancer sa dette, que ces plans d’austérités ne fonctionneront pas.

Que faire ?

La légitimité et la légalité des dettes doivent être soumises à un examen rigoureux, à l’image du travail accompli par la commission d’audit intégral des dettes publiques de l’Equateur en 2007-2008.  Les dettes qui seront qualifiées d’illégitimes, d’odieuses ou d’illégales, devront être déclarées nulles et les pays pourront refuser de les rembourser, tout en demandant des comptes en justice à ceux qui les ont contractées.  Vous ne connaissez pas le concept de dette odieuse ?  Regardez ce magnifique film qui vous explique tout cela en détails.  C’est un film grec !  (mais sous-titré en Français, don’t worry).  Comme quoi, on trouve finalement dans ce pays des personnes qui aime leur travail, journaliste en l’occurrence, sans profiter des allocations sociales ni travailler au noir, sport national à en croire tous les prêtres paresseux du Dogme.  Vous y découvrirez que, là encore, il ne s’agit pas de stalinisme intégriste.  Parmi les dernier pays à avoir invoquer ce concept de dette odieuse pour ne pas rembourser une dette souveraine, on trouve … les USA (pour la dette de l’Irak).

Je vais vous parler de l’arme de demain …
Déclarer ces dettes odieuses ou illégitimes !

C’est vrai, cela équivaut à un défaut de paiement.  Mais de toute manière, il y aura défaut (comme dit plus haut par Jean-Pierre Dumas et bien d’autres) … à la rentrée, cet automne, cet hiver.  Il y aura défaut.  Donc, autant que ce soit le peuple qui soit à la baguette plutôt que des institutions financières.  Au fait, en parlant de défaut de la Grèce, cela me fait penser: heureusement, les stress tests bancaires ont affirmé que, comme pour le nuage de Tchernobyl, la France sera épargnée. MDR, comme dirait les jeunes.  Mais j’y reviendrai avant mon départ en vacances, j’espère.

Voilà, je rends l’antenne aux « vrais media » pour une bonne lampée de faits divers sordides, de people faisant rêver, de petites phrases à 2 balles, de sondages bidonnés et de tv réalité lobotomisante,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s