La pauvreté est inacceptable, il faut supprimer … l’ISF

Coïncidence curieuse, le même jour, hier jeudi 17 novembre 2016, était publié le rapport statistique annuel du Secours Catholique sur l’état de la pauvreté en France 2016, et se tenait, sur une quelconque chaine du CAC40, le dernier débat de la primaire de la première droite (la seconde droite tenant la sienne plus tard, et la troisième droite ne tenant pas de primaire du tout).

Vous reconnaitrez qu’il serait négligent, au moins aussi inconséquent qu’un journaliste du Monde, de ne pas établir de lien entre ces deux événements concomitants .  Car, si le premier dessine clairement le paysage de la France des pauvretés où les inégalités ne cessent de se creuser, le second, Dieu merci (en hommage au secours catholique quand même), nous dessine tout aussi clairement le contour de l’ordonnance qu’il convient de méthodiquement et religieusement (toujours l’hommage) appliquer à notre souffrante France pour abattre le fléau.

Les 7 nains de la droite primaire, j’ai nommé Jean-François Copé, François Fillon, Alain Juppé, Nathalie Kosciusko-Morizet, Bruno Le Maire, Jean-Frédéric Poisson et Nicolas Sarkozy, rivalisent en effet d’astuces tout aussi ingénieuses que novatrices (autant que l’on puisse considérer le programme de l’ignoble Thatcher d’il y a 40 ans comme novateur) pour éradiquer en un tournemain cette affliction d’un autre age pour la 6ème puissance économique mondiale.

Faut-il tout de même avoir l’esprit chafouin, voire tortueux, pour ne pas reconnaitre Lire la suite

Les rouages de l’évasion fiscale dans la lutte des classes

Rencontre avec Monique et Michel Pinçon-Charlot, sociologues, autour de leur nouveau livre, «Tentative d’évasion (fiscale)», paru aux Editions Zones-La Découverte, et David Leloup, journaliste indépendant et réalisateur du film «L’homme qui voulait détruire le secret bancaire» (A Leak in Paradise).

Dans cette nouvelle émission «Regards», Monique Pinçon-Charlot, Michel Pinçon et David Leloup démontent les rouages de l’évasion fiscale et ses enjeux politiques. Depuis les plages paradisiaques des îles Caïman jusqu’au cœur de nos États où s’organise la fraude à grande échelle, ils mettent en lumière le cynisme et la cupidité des plus riches, mobilisés pour accumuler toujours plus d’argent… sur le dos des peuples.

Une émission proposée par la FGTB wallonne & produite par le CEPAG.

Réalisation: Yannick Bovy – Octobre 2016 – 29’30.

A voir également en ligne sur
www.fgtb-wallonne.be
www.cepag.be

Don Sarkozy et l’argent Libyen transporté par Takieddine

Ziad Takieddine, l’homme qui a introduit Nicolas Sarkozy auprès de Mouammar Kadhafi, raconte comment il a apporté au ministère de l’intérieur de ce même Nicolas Sarkozy, entre fin 2006 et début 2007, plusieurs valises (3 livraisons) d’argent liquide préparées par le régime libyen, pour un montant total de 5 millions d’euros.

Comment se fait-il qu’un type comme celui-là [Sarkozy] puisse prétendre encore une fois à la présidence de la république

Le peuple français doit réagir

Ça va exploser !  Je vous dis, ça va exploser !

Même la mafia était un peu plus respectueuse que ça.

Ziad Takieddine, le 12 novembre 2016

Merci Médiapart

Deux petites choses sur l’élection de Trump aux USA

Oui, juste 2 toutes petites remarques qui me sont venues à l’esprit ce matin, quand, le bol de café dans la main gauche, je zappais de la main droite restée libre (à moins que ce ne soit l’inverse) entre les diverses chaines du CAC 40 nous annonçant la surprise US du jour, l’élection « contre toute attente » du décérébré Trump.

Tout d’abord, et le plus important à mes yeux, c’est que cet événement démontre qu’il est encore possible de gagner des élections contre les faiseurs d’opinion, médias et instituts de sondage.  Et franchement, je (re)commençais à en douter (j’avais oublié peu à peu le référendum de 2005).  C’est une leçon très importante à tirer dans la perspective de l’autre élection présidentielle, celle qui nous intéresse (car franchement, l’élection US n’a aucune espèce d’importance et ne changera rien à … rien), la notre, qui arrive à grands pas.  Il est donc possible de convaincre largement, au sein même du peuple.  Alors, au travail !

La deuxième chose, plus légère, c’est qu’il est donc officiellement permis, à partir d’aujourd’hui, de dire du mal des US sans passer pour un infâme rouge victime d’anti-américanisme primaire.  Voulant à tout pris charger la mule Trump, les médias du CAC 40, et les lessivés du cerveau qui les écoutent, vont se mettre (et ont déjà commencé) à l’America-bashing.  Et ça, c’est cool.  Bien sûr, ce faisant, ils ne se rendront pas compte (ou, pour ceux qui en seront conscients, ils tenteront de nous cacher) que, dans le fond, la politique de Trump sera exactement la même que celle de tous ces prédécesseurs et que la merde qu’ils vont décrire est à imputer autant à Trump qu’à tous ses misérables devanciers, puisque seul le seul vrai maitre du jeu, le parti de l’argent, reste inchangé dans les coulisses, même si ses larbins changent sur la scène illuminée.  Mais ne boudons pas notre plaisir et attendons avec impatience les futures analyses (enfin) honnêtes sur l’état de décomposition avancée de la société étasunienne, sur sa population aussi inculte qu’arrogante et sur ses gouvernants aussi impérialistes que soumis au capital.

Et commençons tout de suite avec cette rediffusion (pour ceux qui ne connaissent pas Pierre-Emmanuel Barré, attention, oreilles chastes s’abstenir) :