Effets secondaires des pseudo-vaccins anti-covid

Une petite synthèse rapide à la fin juillet.

Je rappelle rapidement que seuls 4 produits sont autorisés de manière temporaire et conditionnelle en UE (et dans tous les pays dits développés) pour servir de « vaccins » contre le COVID-19. Ils sont donc commercialisés sous Conditionnal Marketing Authorization au niveau Européen :

  1. Comirnaty, le produit Pfizer / Biontech (techno = ARNm)
  2. COVID-19 Vaccine Janssen (techno = VV)
  3. Spikevax, COVID-19 Vaccine Moderna (ARNm)
  4. Vaxzevria, COVID-19 Vaccine AstraZeneca (VV)

On connait tous les limitations des systèmes de déclaration des effets secondaires des médicaments. Principalement, ça tourne autour de la difficulté qu’il y a à démontrer le lien de causalité entre l’administration d’un médicament et des symptômes qui surgissent par la suite chez un patient (surtout si on s’en tient à la méthode très rarement applicable du Challenge-Dechallenge-Rechallenge). Un autre reproche fréquent tient à l’origine de la déclaration des effets secondaire : est-ce que tout le monde peut déclarer ou seulement le corps médical ? D’expérience, on sait que les systèmes de reporting d’effets secondaires sous-estiment généralement très largement les réels effets des médicaments. Au minimum, d’un facteur 10, dit-on.

Mais peu importe pour ce qui concerne cette petite synthèse.

Car tous ces arguments ne tiennent plus (ou tiennent de manière parallèle) si on compare entre eux, pour différents produits, les effets secondaires indésirables déclarés dans le même système de reporting.

J’ai par conséquent regardé les chiffres d’effets indésirables dans 2 systèmes en ligne:

C’est parti.

Union Européenne

Au total, pour les 4 produits expérimentaux injectés depuis seulement 7 mois dans les épaules européennes, on a donc presque 780 000 effets indésirables reportés. Mais de quel effet indésirable s’agit-il ? J’aurais aimé me concentrer sur la mort, mais je n’y suis pas parvenu (avec ce système de merde). Ok, donc 780 000 effets indésirables.

Que je vais comparer, issus du même système de merde, avec différents produits interdits pour soigner le COVID :

HCQ et IVM qui à eux deux et depuis que ce système de reporting existe, donc depuis plusieurs décennies, comptabilisent moins de 21 500 effets indésirables.

780 000 contre 21 500, quels produits interdit-on ?

Tiens, pour rigoler (si on peut encore), voici le rapport des effets indésirable du produit phare recommandé par le gouvernement en cas de symptômes, le fameux Doliprane de la thérapie 3D Made in Europ (Domicile, Doliprane, Décès) :

Eh oui, un bon 67 000, plus de 3 fois plus que HCQ et IVM réunis ! Mais bon, c’est vrai que le Doliprane, au moins, ça ne fonctionne pas, alors qu’avec les autres on prenait quand même le risque que au moins 65% des personnes s’en sortent sans bobo …

USA

Place au VAERS. J’ai réduit mes requêtes au seul effet secondaire définitif que constitue la mort.

Pour les « vaccins » anti-covid, on a déjà, tenez vous bien, plus de 5200 morts déclarées dans le VAERS, juste pour les USA !

Comparez avec les vaccins anti-grippe, par exemple, qui existent depuis des décennies :

Le VAERS existe et enregistre des rapports d’effets secondaires depuis 30 ans.

En 30 ans, on a donc 64 morts aux USA liés aux vaccins contre la grippe. Et en seulement 7 mois, on en a 5200, presque 100 fois plus, pour les produits anti-covid.

Il n’y a de pire aveugle que celui qui ne veut pas voir, comme disait ma grand-mère.

Étude de la DREES du 29 juillet concluant que 84 % des personnes hospitalisées ne sont pas vaccinées

Je ne comprends plus rien. Quelqu’un pourrait-il m’aider ?

Continuant de ne plus faire confiance à personne, en tous cas à personne qui parle dans la boite à images, je suis donc allé vérifier par moi-même cette étude de la DREES, l’officine gouvernementale des statistiques, étude qui fait les choux gras de tous les médias depuis hier. Normal, rendez-vous compte ! Quelle aubaine pour la doxa officielle, enfin une étude qui abonde dans le sens du gouvernement français et qui semblerait militer pour une « vaccination de masse » puisqu’elle conclut que :

Les non-vaccinés représentent près de 85 % des entrées hospitalières conventionnelles ou en soins critiques.

DREES, 30 juillet 2021

Cette étude, la voici.

Je vous mets directement le tableau clé, celui qui est en haut de page 6, et qui contient ce fameux pourcentage de 84% :

Je vous ai surligné en rouge le 84% fatidique. Effectivement, 84% des gens qui sont entrés en hôpital sur la cohorte observée, étaient non vaccinés. En nombre absolu, c’est 5654 personnes non vaccinées sur les 6758 entrées à l’hôpital.

Repartons des chiffres bruts.

Dans cette étude, on a au final 5654 personnes non vaccinées qui sont entrées à l’hôpital sur un total de 115 315 personnes non vaccinées dans la cohorte observée (chiffres surlignés en bleu). Cela représente donc 5654 : 115615 soit 4,9%. Pour les personnes complètement vaccinées, on a 504 entrées à l’hôpital sur une base de 7577 personnes, soit 6,7%.

En d’autres termes :

4,9% des personnes non vaccinées PCR+ finissent à l’hôpital, contre 6,7% pour les personnes complètement vaccinées.

Ça change la perspective, non ?

C’est tellement gros que j’ai peur de faire une erreur énorme. Est-ce que je me trompe lourdement quelque part dans mon interprétation (mais où?) ou ont-ils encore essayé de nous prendre pour des cons ?

Pourtant, au plus je regarde ce tableau, au plus cela me parait clair. Le nombre de personnes non vaccinées dans cette étude est tellement plus gros que le nombre de vaccinés, qu’il semble totalement normal que l’on ait plus d’entrées à l’hôpital. Notez que ce pourcentage de 84% est conservé avant et après l’entrée à l’hôpital (je vous l’ai surligné en jaune). Dit autrement, il me semble à moi, d’après cette étude que

Le fait d’être vacciné ou pas n’influe pas sur vos chances de finir à l’hôpital. Vous aviez 84% de personnes non vaccinées dans la cohorte PCR+ observée au départ, et vous finissez avec 84% de personnes non vaccinées à l’hôpital. Normal.

Et ils le reconnaissent d’ailleurs eux-mêmes dans leur étude (page 5) : « Dans l’ensemble, les proportions selon le statut vaccinal du nombre de cas testés positifs, du nombre d’entrées en hospitalisation conventionnelle et du nombre d’entrées en soins critiques apparaissent donc proches. »

Par contre, je ne suis pas d’accord avec la conclusion qu’ils en tirent (et que je ne comprends carrément pas) : « Cela suggère à la fois que la protection apportée par la vaccination est forte, mais qu’elle est de même ampleur face au risque de développer un cas de maladie, qu’il soit grave (nécessitant une hospitalisation) ou non (ne donnant pas lieu à hospitalisation). »

Pour moi, cela signifie exactement l’inverse, à savoir que la protection apportée par la vaccination n’est pas détectable puisqu’elle ne change en rien la proportion d’entrées à l’hôpital, ou dit encore autrement, la « vaccination » ne protège pas des formes graves. Où est-ce que je me trompe ?

Si on s’attache maintenant à l’étude du nombre de décès, on note 720 décès sur les 115315 non vaccinés, contre 103 sur les 7577 complètement vaccinés, soit 0,6% de morts chez les non vaccinés contre 1,4% chez les vaccinés, plus de 2 fois plus !

Et regardez encore le taux de personnes qui « ne se sortent pas des soins critiques ». Chez les non vaccinés, on a 720 personnes qui sont mortes sur les 1441 qui étaient en soins critiques, donc environ 1 personne sur 2. Chez les complètement vaccinés, c’est 103 sur 115 ! Relisez bien ça : presque

90% des personnes vaccinées en soins critiques meurent contre « seulement » 50% chez les non vaccinés.

Et je ne vous parle même pas du fait que, d’après les dates de cette étude, le variant delta n’était pas encore prédominant alors qu’il est aujourd’hui à plus de 90% des cas de covid et qu’il va probablement encore empirer la situation puisqu’on sait que les produits injectés ne sont pas efficaces contre le delta.

Et je ne vous parle pas non plus du fait que, bien qu’il s’agisse d’une étude observationnelle, ses résultats ont immédiatement été repris par l’intégralité des médias en manque d’arguments pour tenter de défendre leur inoculation forcée. Fini le nec plus ultra de l’étude scientifique, la sacro-sainte RCT avant d’entériner un résultat ?

Est-ce que quelqu’un pourrait reprendre mes chiffres ? Je deviens fou.

[EDIT 15h30]

On me fait 2 remarques :

  1. Peut-être fallait-il prendre les chiffres de la colonne « dont RT-PCR positive » plutôt que ceux de la colonne « Ensemble ». J’ai refait tous les calculs avec ces chiffres, et les conclusions restent les mêmes. Par exemple, 3968 (au lieu de 5654) non vaccinés hospitalisés, cela fait 3,4% des non vaccinés qui sont hospitalisés, et 364 complètement vaccinés à l’hôpital, ça fait 4,8%. On conserve donc une différence de 1,5 point de pourcentage.
  2. Peut-être les colonnes « Test RT-PCR » et « Admissions et décès hospitaliers » n’ont-elles aucun rapport, peut-être que les 5654 non-vaccinés hospitalisés ne font pas partie des 115315 non-vaccinés. Pourquoi pas ? Je comprends l’argument, mais alors d’où sortent ces 6758 hospitalisés ? Une chose est sûre, il ne s’agit pas de l’intégralité des hospitalisés avec covid sur la période (du 31 mai au 11 juillet) qui tournent plutôt autour des 11500 (voir graphique ci-dessous). Dans ce cas, sur quel critère ont-ils été choisi ? Juste parce qu’ils arrangent la propagande officielle 😉 ? Comment être sûr que les 5000 hospitalisés manquants n’étaient pas tous vaccinés, renversant ainsi totalement les statistiques et les conclusions de la DREES ?
11345 hospitalisations sur la période

Ce genre d’étude est donc au minimum imbitable et inutile, voire dangereuse car elle permet, sans que personne n’y comprenne grand chose, d’affirmer une chose ou son contraire.

Pour tenter d’obtenir un peu plus de transparence, je répète qu’il est donc urgent d’avoir au quotidien, sur tous les sites de suivi de l’épidémie (Géodes, WHO, OWID), la répartition par statut vaccinal de tous les principaux indicateurs, à savoir au minimum les cas, les hospitalisations, les entrées en réanimations et les décès, et ce sur l’intégralité des données.

Et si … Rêvons d’un thermidor différent

JUGEMENT DU TRIBUNAL RÉVOLUTIONNAIRE *

Vu par le tribunal criminel révolutionnaire établi par la loi du 30 juin 2022, sans recours au tribunal de Cassation, et encore en vertu des pouvoirs délégués au tribunal par la loi du cinq juin de la même année séant au Palais de justice à Paris :

L’acte d’accusation dressé par l’accusateur public dudit tribunal, contre les accusés ci-devant Président de la République, Ministres et députés de la ci-devant cinquième république française dont la liste est annexée au présent acte, acte dont la teneur suit…

Vu les ordonnances de prise de corps rendues par le tribunal contre les dits élus, le procès-verbal de la remise de leurs personnes en la maison de justice de la Corderie, la déclaration du juré de jugement portant qu’il est avéré que,

1° le vingt-cinq du mois de juillet de l’an 2021, la ci-devant Assemblée nationale a adopté lors du scrutin public numéro 3949 portant sur l’ensemble du projet de loi relatif à la gestion de la crise sanitaire, par 156 voix pour, 60 voix contre et 14 abstentions, un texte législatif instaurant un « pass sanitaire » qui déshonore la république française en rompant avec la devise de la ci-devant république « Liberté, égalité, fraternité », texte qui institue, sur une base sanitaire incertaine, des sous-citoyens aux droits et libertés restreints ;

2° les accusés, ci-devants élus de la cinquième république, qui ont élaboré et voté pour l’adoption de cette loi ont ainsi gravement porté atteinte à l’unité de la Nation ou à la liberté des Français, ou à l’égalité entre ceux-ci ;

3° ils l’ont fait avec des intentions manifestement dogmatiques et irrationnelles déconnectées de toute préoccupation vaguement sanitaire pour les Français ;

Le Tribunal, après avoir entendu l’Accusateur Public sur l’application de la Loi, condamne lesdits élus, ci-devants Président, Ministres et Députés de la ci-devant cinquième république française, à l’indignité nationale, crime rétabli en France par l’ordonnance du 2 juillet 2021,

Conformément à ladite ordonnance, dont il a été fait lecture en séance,

Condamne lesdits accusés aux peines qui suivent :

  • 5 ans d’emprisonnement ferme
  • exclusion du droit de vote,
  • inéligibilité définitive,
  • exclusion des fonctions publiques ou semi-publiques,
  • perte du rang dans les forces armées et du droit à porter des décorations,
  • exclusion des fonctions de direction dans les entreprises, les banques, la presse et la radio, et de toutes fonctions dans des syndicats et organisations professionnelles, des professions juridiques, de l’enseignement, de la santé, du journalisme, de la recherche et plus généralement dans tous les organismes et institutions ayant affaire au bien public ;

Et Ordonne en outre que les biens desdits élus seront acquis à la République conformément à l’article deux du titre deux de la Loi du dix mars dernier, dont il a également été fait lecture, laquelle est ainsi conçu : « Les biens de ceux qui seront condamnés à l’indignité nationale seront acquis au profit de la République. ».

Ordonne enfin que le présent jugement sera, à la diligence de l’Accusateur Public, déclamé sur la place de la Révolution de cette ville, imprimé et affiché partout où besoin sera dans toute l’étendue de la république, sera reproduite in extenso dans toute la presse du pays, qu’elle soit écrite, radio, télévisuelle ou internet.

Fait et jugé à Paris, en l’audience du Tribunal, par Bernard-Marie Tonmané, président ; Tony Coufault, Antoinette Sourillon et Jeanne Deuouin, juges, qui ont signé la présente minute avec le greffier.

Le mercredi 9 thermidor deux mil vingt-deux, premier de la sixième république Française.

ANNEXE AU JUGEMENT – LISTE DES CONDAMNÉS

Poursuivre la lecture de « Et si … Rêvons d’un thermidor différent »

Notice Pfizer aux patients et soignants

A toutes fin utiles, et à l’attention principalement des innocents, ou des criminels qui pullulent sur FB en prétendant que le produit Pzifer n’est pas (n’est plus) en phase d’essai, je me permets de déposer ici la notice qui est délivrée aux USA aux personnes recevant une injection de Pfizer ainsi qu’aux personnels effectuant cette injection :

Notice Pfizer

C’est un document de 7 pages, sans aucune surprise (venant de Pfizer), mais dans lequel il est quand même intéressant de noter que :

1/ Pfizer insiste à plusieurs reprises sur le fait que le « Pfizer-BioNTech COVID-19 Vaccine is an unapproved vaccine that may prevent COVID-19. » En français, que leur vaccin est un vaccin non-approuvé qui PEUT prévenir le COVID-19.

2/ Dans la lumière de la loi PASS-SANITAIRE en cours de discussion finale au parlement français dans laquelle un amendement introduit l’interdiction de recevoir des soins en hôpital sans PASS, les américains indiquent bien à l’inverse que, même si vous refusez ce vaccin, cela ne changera en rien votre prise en charge médicale.

Extrait page 5

3/ Comme au niveau européen avec la « Conditional Marketing Authorisation » (CMA) délivrée par l’EMA, ou au niveau français avec l’AMM Conditionnelle, aux USA, le vaccin n’est autorisé que sous « Emergency Use Authorization» (EUA) délivrée de manière temporaire par la FDA en attendant la fin des essais.

4/ Cette EUA étasunienne n’est délivrée, comme en France l’AMMC et en Europe la CMA, que sous certaines conditions dont le fait qu’il n’existe pas d’alternatives adéquates approuvées disponibles (« no adequate, approved, available alternatives »), d’où, encore une fois, l’intérêt pour Pfizer et les autres récidivistes de l’arnaque sanitaire que tout le monde croit qu’il n’y ait pas de traitement.

Extrait page 6

C’est tout.

Insurrection

Mon crime ?
M’interroger légitimement sur l’efficacité et l’innocuité individuelle et collective de produits génétiques expérimentaux complètement nouveaux revendus juteusement par des récidivistes de l’arnaque sanitaire.

Ma punition ?
Plus de travail, plus de salaire ni de revenu, plus de soins ou d’examens hospitaliers, dentaires, médicaux, plus de soins vétérinaires pour ma Syriza, plus de loisirs payants, resto, bar, ciné, musée, salle de gym, expos, concert, plus de droits civiques (bon, ça en même temps, je m’en cogne grave), plus de voyages ni même de déplacements en train, plus de visites pour voir ma mère ! (liste vouée à s’allonger)

Mon « choix » ?
Abandonner mes principes qui font ce que je suis et tendre l’épaule, ou essayer de survivre la tête haute pleine d’idées noires…

Surtout ne pas parler d’apartheid, d’étoile jaune et toussa, ça n’a rien à voir, nous en France, c’est liberté, égalité, fraternité…

En attendant, je souhaite du plus profond de mon cœur, vraiment, c’est sincère, à toutes les raclures de fond de bidet qui ont pensé et voté ces mesures infamantes, la petite merde de l’Elysée en tête, les pires souffrances et malheurs possibles.

Insurrection.